Changer d'édition

Metz veut planter 20.000 arbres d'ici 2030
Grande Région 2 min. 23.07.2019

Metz veut planter 20.000 arbres d'ici 2030

L'image verte de la cité messine va se confirmer dans les années à venir.

Metz veut planter 20.000 arbres d'ici 2030

L'image verte de la cité messine va se confirmer dans les années à venir.
Photo: asdf
Grande Région 2 min. 23.07.2019

Metz veut planter 20.000 arbres d'ici 2030

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La capitale mosellane veut reverdir son cadre de vie. Un embellissement en lien mais aussi une mesure écologique pour lesquels un budget de 1,5 million d'euros a été prévu sur dix ans.

En mai 2019, Metz accueillait un G7 environnemental. En ce début d'été, la ville a créé le buzz en noyant dans les eaux d'une de ses rivières une silhouette de Donald Trump pour marquer son opposition aux propos du président US réfutant le réchauffement climatique. Pour la capitale de la Moselle, l'engagement vers une écologie urbaine va prendre un nouveau visage avec l'annonce d'un vaste programme de plantations d'arbres.


Trump, la tête sous l'eau à Metz
Une tête géante du président américain flotte sur les rives de la Moselle, en plein cœur de la ville messine depuis jeudi. Une oeuvre visant à dénoncer l'inaction du républicain face au réchauffement climatique.

En charge de la biodiversité à Metz, Marylin Molinet entend relever ce défi: placer 10.000 nouveaux arbres au cœur même de la cité messine. Dans les colonnes du Républicain Lorrain de ce mardi, la conseillère municipale ne manque pas d'évoquer l'ampleur de cet engagement: «La difficulté, ce sera d'abord le manque de personnel. Pour planter 2.000 arbres la première année, c'est déjà compliqué. Notre pôle Espaces verts ne peut prendre en charge que 1.000 arbres/an. Nous devrons faire appel à un établissement d'aides par le travail pour compenser.»

De 5 à 3.000€ par arbre

Se pose aussi la question du coût. On parle d'1,5 million d'euros sur dix ans. Une somme importante mais qui trouve vite son explication. Pour 5 euros environ, il est possible de financer l'installation d'un arbrisseau dans une zone engazonnée. «Mais un arbre d'une certaine taille coûte entre 300 et 400 euros, et jusqu'à 700 à 800 euros si l'essence est rare.»

Pour un végétal à installer en plein centre-ville, la facture peut même dépasser les 3.000 euros. C'est qu'il faut alors payer des travaux importants parfois : «dépavage, creuser un sol dur, dévier des réseaux souterrains, mettre une plaque de protection.»

«La plantation ne nous sauvera pas»

Mais à l'exemple de Milan qui prévoit de planter pour 3 millions d'euros d'arbres sur la même période, Metz est aussi prête à faire l'effort. D'ailleurs, la réflexion sur le choix des essences à retenir a déjà bien progressé. «Par exemple, il y aura des conifères et des arbres à feuilles rugueuses près des axes de circulation routière car ils absorbent les particules fines et la poussière», indique Marylin Molinet. Les arbres aux feuilles lisses, eux, absorbent les polluants gazeux.

Même si l'opération verte fera du bien à l'atmosphère messine, rafraîchira certains quartiers ou limitera l'empreinte carbone de la cité, celle qui suit le dossier ne manque toutefois pas de rappeler que «la plantation d'arbres ne nous sauvera pas si on ne réduit pas les émissions de CO2». A bon entendeur.


Renaturierung Petruss
La nature va reprendre ses droits à la Pétrusse
Les conseillers communaux de Luxembourg ont accepté lundi soir le vaste projet de renaturation écologique de la vallée qui traverse la capitale. Elle sera achevée partiellement pour l'exposition horticole de 2023.

Metz rejoint en tout cas le club des villes se préoccupant de leur environnement. Comme un écho avec le vaste plan de renaturation de la Pétrusse que vient de lancer la capitale luxembourgeoise.





Sur le même sujet

Metz, capitale mondiale de l’environnement
Ces dimanche 5 et lundi 6 mai, la ville lorraine accueille un G7 tout spécial sur les enjeux de la transition énergétique. La société civile s'est également invitée pour dénoncer «la mascarade» des grandes puissances face à «l'urgence climatique».