Changer d'édition

Metz tend l'oreille aux frontaliers
Grande Région 4 min. 14.02.2021

Metz tend l'oreille aux frontaliers

Le maire Francois Grosdidier devra tirer les conclusions du sondage pour de futures actions.

Metz tend l'oreille aux frontaliers

Le maire Francois Grosdidier devra tirer les conclusions du sondage pour de futures actions.
Photo : Chris Karaba
Grande Région 4 min. 14.02.2021

Metz tend l'oreille aux frontaliers

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La capitale de la Moselle lance une vaste enquête auprès de ses habitants et ceux de la métropole messine qui travaillent au Luxembourg. Objectif : connaître leurs besoins pour mieux y répondre.

A elle seule, la Ville de Metz compte plus de 5.000 frontaliers. Ainsi, près de 20% de sa population vivrait dans la cité mosellane mais travaillerait 30 kilomètres plus au Nord, au Grand-Duché. «C'est une part trop importante, avec des attentes particulières pour ne pas y prêter attention», insiste depuis son élection le maire de la capitale départementale. Mais qui sont-ils et que veulent-ils ces frontaliers?


Metz, Bahnhof, Gare de Metz, SNCF, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
2021 pour «réenchanter le centre-ville de Metz»
Six mois après son élection comme maire de la capitale de la Moselle, François Grosdidier a défini, vendredi, ses ambitions pour la ville et les 230.000 habitants de la métropole.

C'est là tout l'intérêt de l'enquête qui sera lancée à compter de cette mi-février. Deux mois de flyers distribués et de questionnaires en ligne à remplir pour que les élus de la Ville et au-delà ceux de la métropole (300.000 habitants) puissent imaginer des services adaptés à cette catégorie. «Par exemple, dès le printemps dernier, Metz a su élargir ses horaires de crèches pour que les personnels soignants, mobilisés par la crise covid, puissent assumer leur rôle sans avoir ce souci de garde. C'est une piste qu'il faut étudier aussi pour les enfants de frontaliers. Et donc plus largement pour ceux de nos concitoyens qui travaillent en horaires décalés.»

Ce 15 février, l'adjointe au maire Anne Daussan-Weizman (en charge des coopérations transfrontalières) présentera les grandes lignes de ce sondage. Evoquant aussi bien les aspects d'accès aux services municipaux quand on travaille 40 heures loin de son domicile, que l'offre de loisirs, d'habitat, de services. «Pourquoi ne pas imaginer en gare de Metz, par exemple, une antenne décentralisée de la Maison du Luxembourg (qui fonctionne déjà bien à Thionville). Une cellule que les navetteurs pourraient trouver ouverte le matin avant leur départ ou le soir à leur retour du travail?», envisage déjà François Grosdidier.

Nous avons en commun cette "route bleue", la Moselle et on la sous-emploie!

Mais nul doute que les élus scruteront aussi attentivement les réponses apportées à tout ce qui concerne les déplacements quotidiens. Dans l'agglomération, mais surtout vers et depuis le Grand-Duché. «Améliorer l'autoroute, la doubler par endroit (quand, par où?) ou améliorer/optimiser le réseau ferré ne suffira pas à absorber le trop-plein de frontaliers qui nous attend. On le sait déjà.» Aussi, pour l'élu LR, ll faut arrêter de toujours se concentrer sur ces seuls «tuyaux bouchés» que sont l'A31 et le sillon SNCF Nancy-Luxembourg.


Lokales, online.fr, online.de, Illustration Tram, Verkehr, Mobilität, Tram, Transport, Mobilité,  Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La mobilité «made in Luxembourg» s'exporte en Lorraine
Entamée en juillet 2019, la réflexion menée par les responsables de la région Grand Est, du sillon lorrain et du ministère des Transports a abouti à des conclusions techniques publiées mi-décembre. Huit idées principales inspirées notamment des concepts appliqués au Grand-Duché en ressortent.

«Pensons à de nouvelles infrastructures de mobilité. Nos concitoyens ont sans doute, eux aussi, des visions de ce qui pourrait faire solutions, autant leur demander», lance François Grosdidier. Lui avance une hypothèse pour rendre un peu plus de débit aux «tuyaux» qui, de pannes en bouchons, finissent par user le quotidien de ses concitoyens : dévier le fret du trafic ordinaire pour qu'il encombre moins les axes de circulation qui servent aux frontaliers et aux locaux. 

«Un maximum du transport camions pourrait emprunter le rail; une grande partie des grosses cargaisons peut, elle, être délestée du réseau ferré vers les voies navigables. Bon sang, nous avons en commun cette ''route bleue'', la Moselle, et on la sous-emploie. C'est pourtant la voie la plus écologique pour relier la mer du Nord à la Méditerranée. Sans compter qu'elle est calibrée pour des péniches grands gabarits!»

Mais ça, c'est son avis. Et bien entendu, à compter d'aujourd'hui et de ce vaste sondage, la vox populi a la possibilité de se faire entendre. Et le maire de Metz de conclure : «On ne peut que se féliciter d'avoir ces 100.000 Mosellans travaillant au Luxembourg et dépensant chez nous. Mais dans cette population active, il y a beaucoup d'hommes et de femmes originaires d'autres régions et dont nous avons besoin maintenant, mais surtout pour l'avenir. Il faut donc leur montrer qu'il y a ici certes de l'emploi côté luxembourgeois, mais une qualité de vie qui mérite de faire sa vie ici.»   

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les variants fragilisent le sort de la Moselle
Le département français a vu flamber, sans explication, les contaminations avec les souches anglaise, brésilienne et sud-africaine du virus. Au point que l'Etat s'apprête à annoncer des mesures particulières pour ce territoire frontalier.
A researcher collects plasma with an electronic micropipette to analyze the results of the clinical study at Inotrem's laboratory in Vandoeuvre-les-Nancy, eastern France, on February 08, 2021. - The hospital resuscitation service conduct clinical trials with nangibotide of Inotrem, initially developed to fight septic shock but which could have effects on the most severe Covid-19 (novel coronavirus) patients by reducing excess of TREM-1 molecules. (Photo by JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)
«Metz n'a pas à demander de réparations au Luxembourg»
Le nouveau maire de la capitale lorraine ne veut plus entendre parler de rétrocession du Grand-Duché vers les communes lorraines. Par contre, François Grosdidier entend que le dialogue s'instaure sur les dossiers de la mobilité et de la formation.
Metz, Bürgermeister, François Grosdidier, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort