Changer d'édition

Longlaville produira des masques pour le Luxembourg
Grande Région 2 min. 22.05.2020 Cet article est archivé

Longlaville produira des masques pour le Luxembourg

 Un menuisier de Chiny s'est reconverti et fabrique désormais des protections en plexiglas pour les commerces.

Longlaville produira des masques pour le Luxembourg

Un menuisier de Chiny s'est reconverti et fabrique désormais des protections en plexiglas pour les commerces.
Photo: Gerry Huberty
Grande Région 2 min. 22.05.2020 Cet article est archivé

Longlaville produira des masques pour le Luxembourg

Avec la crise, de nombreux secteurs d’activité ont dû redoubler d'inventivité. C'est ainsi que dans le bassin de Longwy une usine de protections buccales verra le jour et que, de l'autre côté de la frontière, un menuisier belge réalise désormais des parois en plexiglas pour les commerces.

(DH) - Le déconfinement est amorcé dans de nombreux pays européens mais le covid-19 s'est invité dans nos vies pour de longs mois encore. Protections buccales et mesures sanitaires restent donc à l'ordre du jour. Une catastrophe pour les uns, un terreau propice aux initiatives pour d'autres. C'est ainsi qu'une usine de fabrication de masques va voir le jour dans le bassin de Longwy avec des débouchés tout trouvés: la France, la Belgique et le Luxembourg. Par ailleurs, de l'autre côté de la frontière, à Chiny plus précisément, un artisan réalise des parois en plexiglas pour les commerces.

Vestige des aciéries du bassin de Longwy, les Soufflantes de Longlaville vont retrouver un souffle de vie. Et cela après près de 40 ans de sommeil forcé. A l'initiative d'un entrepreneur local, le site devrait produire 600.000 protections buccales par jour à partir du 20 juillet, selon le Républicain Lorrain. Une production qui devrait bondir à trois millions d'unités quotidiennes au mois d'octobre selon les estimations de l'investisseur meurthe-et-mosellan à l'origine du projet. 

L'usine de Longlaville qui accueillera la fabrication de masques.
L'usine de Longlaville qui accueillera la fabrication de masques.

Ce dernier, Jean-Luc Doucet, a déjà injecté plus de six millions d'euros dans ce projet. Cinq autres millions pourraient suivre si les débouchés se confirment. De même le nombre de salariés devrait suivre la courbe de la production. A ce jour, trois employés sont chargés de la mise en place des infrastructures. Une douzaine pourrait les rejoindre le mois prochain alors qu'à terme près de 60 salariés sont envisagés.

Autre initiative, côté belge cette fois, dans la commune de Chiny, un menuisier indépendant a choisi de réaliser des parois en plexiglas pour les commerces qui, pour leur réouverture, doivent désormais respecter de nouvelles mesures sanitaires. Et le succès est au rendez-vous pour Sylvain Guillaume, un Gaumais de 24 ans. «Tout a débuté lorsque j'ai entendu à la radio une personne expliquant que les commerçants pourraient placer des vitres en plexiglas dans leurs magasins afin d'éviter la transmission du virus», indique-t-il à La Meuse

«Toutes mes activités étaient à l'arrêt donc je me suis dit que cela pouvait être une bonne alternative et tout s'est enchaîné à une vitesse folle», commente celui qui a déjà reçu près de 150 commandes. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le «buff» sème le doute
Les foulards en tissu distribués aux élèves des lycées la semaine dernière ne font pas l'unanimité. La société qui les produit a d'ailleurs rappelé qu'il ne s'agit pas de dispositifs médicaux contre le virus. Car il existe des critères à prendre en compte pour se protéger efficacement.
Lokales,  Schule, Erneuter,  Fieldgen, Schüler, Schülkinder, Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Beaucoup de masques, énormément de doutes
Qui se cache derrière Avrox, firme établie à Luxembourg et à qui l'Etat belge a passé commande pour 15 millions de masques? Le flou persiste et, chez nos voisins, le doute grandit de voir un jour la commande se concrétiser.
Christian worshippers attend a mass while wearing protective masks due to the COVID-19 pandemic at the Mart Shmoni church in Arbil, the capital of the autonomous Kurdish region of northern Iraq, on May 17, 2020. (Photo by SAFIN HAMED / AFP)
La ruée dans les commerces mosellans se fait attendre
L'entrée en vigueur des mesures de déconfinement a bien permis aux résidents du département français de sortir de chez eux, masqués, mais ne les a pas poussés à s'engouffrer à nouveau dans les magasins rouverts. Et ce, alors que l'ensemble des centres commerciaux sont accessibles.
Frontaliers, à vos masques !
Depuis lundi, plus de 200 militaires et salariés de POST sont sur le qui-vive afin de distribuer 10 millions de masques aux travailleurs frontaliers. Tous devraient recevoir leur courrier avant la fin de cette semaine.
Lokales, Verteilen der Masken an Unternehmer Verteilung durch Armee und Chambre de Commerce, Findel, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Et maintenant, la deuxième vague?
Il ne fait guère de doute, pour Rudi Balling (directeur du Luxembourg center for systems Biomedecine) que le covid-19 peut à nouveau frapper, et même fort. Le spécialiste rappelle qu'une partie de la réponse ne tient qu'au respect des consignes sanitaires. Donc à nous.
A member of the Red Cross takes the temperature of a man in a car as a preventive measure against the spread of the novel coronavirus, COVID-19, on the Guadalajara-Morelia highway, Jalisco State, Mexico, on May 2, 2020. (Photo by Ulises RUIZ / AFP)
Les masques s'échangent comme des petits pains
Destinée à recueillir les offres et demandes des particuliers et des entreprises en matière d'équipements de protection, la plateforme www.epi-covid19.lu a déjà reçu plus de 12.000 visites depuis son lancement à la mi-avril. En moyenne, elle accueille 1.100 visiteurs par jour.
Lokales, Verteilen der Masken an Unternehmer Verteilung durch Armee und Chambre de Commerce, Findel, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Ce mystérieux fournisseur de masques basé au Luxembourg
Le gouvernement fédéral belge vient de passer commande pour 40 millions d'euros de masques à une société établie au Grand-Duché depuis trois ans. Mais Avrox, basée à Luxembourg-Ville, livrera-t-elle bien les protections attendues?
People wearing protective face masks walk in Rue Neuve, a shopping street in Brussels centre on May 9, 2020, amid the country's lockdown to stem the spread of the COVID-19 outbreak caused by novel coronavirus. - Shops in Belgium will reopen on May 11, 2020. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Lundi 11 mai, le jour d'après...
Le Luxembourg s'apprête à sortir du confinement. Un drôle de réveil après deux mois d'un quasi-sommeil agité par le cauchemar du covid-19 et sa centaine de morts dans le pays. Lundi, place à un saut dans l'inconnu, vers «une nouvelle normalité» où tout a été bousculé.
A hairdresser cuts the hair of a client at a hairdressing salon in Bratislava on May 6, 2020, amid the novel coronavirus COVID-19 pandemic. - The Slovakian government is easing restrictions because of the low number of new coronavirus infections. Slovakia reopens from May 6, 2020 shops and most service providers, restaurants -- for outdoor seating only -- as well as museums and galleries. (Photo by VLADIMIR SIMICEK / AFP)
Fin annoncée de «la pénurie» de masques
Sujet de polémique en début de crise devenu outil indispensable du déconfinement, les protections buccales ne constituent plus une denrée rare, assure mercredi Paulette Lenert, ministre de la Santé. Qui précise que ces accessoires n'ont jamais été absents dans le secteur des soins.
Lokales, Politik, Illustration, Wirtschaft, Virus, Coronavirus, Maske gegen Ansteckung, Mundschutz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort