Changer d'édition

Les voisins veulent une compensation pour les frontaliers
Grande Région 20.05.2019

Les voisins veulent une compensation pour les frontaliers

Dominique Gros, maire de Metz

Les voisins veulent une compensation pour les frontaliers

Dominique Gros, maire de Metz
Photo: Guy Jallay
Grande Région 20.05.2019

Les voisins veulent une compensation pour les frontaliers

Dans une lettre adressée à Emmanuel Macron et Angela Merkel, quatre élus français et allemands réclament une compensation fiscale au Luxembourg voisin qui emploie 200.000 frontaliers alors que leurs communes supportent les investissements publics.

(MF) – «Il nous semble urgent de parvenir à un accord avec le Grand-Duché de Luxembourg sur la mise en place d'une compensation financière au profit des territoires allemand et français, tel qu'il existe déjà avec la Belgique».

C'est la revendication unique et clairement exposée par Dominique Gros, maire de Metz, Wolfram Leibe, bourgmestre de Trèves, Günther Schartz, administrateur du district de Trèves-Saarburg et de Joachim Streit, administrateur du district de Bitburg-Prüm dans une longue lettre adressée ce lundi 20 mai 2009 au président de la République française et à la chancelière allemande.

Trois fois plus de frontaliers

Les élus reconnaissent l'impact positif de l'économie luxembourgeoise sur leurs territoires via le pouvoir d'achat des 200.000 frontaliers qui y travaillent et affirment que leurs régions «profitent largement de la richesse créée au Luxembourg». Les 100.500 frontaliers qui vivent dans le Nord lorrain et autour de Metz dépensent par exemple 600 millions d'euros.

Mais les communes des régions dans lesquelles vivent ces frontaliers sont de plus en plus pénalisées. Les recettes fiscales perçues sur les salaires des frontaliers «profitent actuellement au seul Luxembourg, alors qu'à l'inverse, les services publics (écoles, routes, etc) sont utilisés par les travailleurs frontaliers» dont le nombre a triplé depuis 1997, assurent les quatre élus.

 Une compensation fiscale contractuelle est la règle, et non l'exception  

Depuis 2002 le problème est réglé avec le voisin belge puisque le Luxembourg verse une compensation financière de 30 millions d'euros par an à la Belgique dans le cadre de l'Union économique belgo-luxembourgeoise (UEBL). Un versement ajusté tous les trois ans.

Expliquant que dans les régions frontalières en Europe «une compensation fiscale contractuelle est la règle, et non l'exception», les élus demandent qu'une initiative diplomatique concertée entre la France et l'Allemagne parvienne à une transposition similaire à celle déjà pratiquée entre le Luxembourg et la Belgique.


Sur le même sujet

Le Luxembourg répond à Metz et Trèves par le silence
La demande de compensation financière adressée par les deux villes ne fera pas l'objet d'un commentaire officiel de la part du gouvernement luxembourgeois. Du fait que «la lettre ne nous est pas adressée», assure vendredi le ministère d'État.
Luxemburger Wappen. Place Clairefontaine, Hôtel de Bourgogne, Ministère d'Etat. Photo Guy Wolff
Les frontaliers belges s'adaptent au fisc
Il y a trois ans, presque jour pour jour, les gouvernements luxembourgeois et belge signaient un avenant à la convention fiscale entre les deux pays pour mettre en place une tolérance de 24 jours de travail pouvant être prestés en dehors du Luxembourg. Bilan.
4.3. Groussregion / Report Pendler / Arloner Autobahn bei Sterpenich Foto: Guy Jallay