Changer d'édition

Les vagues de chaleur impactent directement Cattenom
Grande Région 6 min. 21.11.2019

Les vagues de chaleur impactent directement Cattenom

Sécheresse mais aussi coups de chaud plus fréquents entraînent de nouveaux impératifs pour la centrale.

Les vagues de chaleur impactent directement Cattenom

Sécheresse mais aussi coups de chaud plus fréquents entraînent de nouveaux impératifs pour la centrale.
Photo : Guy Jallay
Grande Région 6 min. 21.11.2019

Les vagues de chaleur impactent directement Cattenom

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La multiplication des épisodes de fortes températures estivales n'est pas sans conséquences pour le site lorrain. L'Autorité de sûreté nucléaire étudie donc l'impact de ces phénomènes, notamment sur l'eau de la Moselle, source de refroidissement et élément indispensable à la production d'électricité.

En 2050, la  centrale nucléaire de Cattenom devrait fermer ses portes. Trois décennies encore à fonctionner pour le site industriel; trois décennies à subir les caprices de la météo et à dépendre de la Moselle. Seulement, la grimpée des températures et la répétition des fortes chaleurs questionnent l'organisme veillant à la sécurité des installations: l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Pierre Bois, chef de la division de Strasbourg, revient sur l'été 2019 et ses impacts. Chaud devant. 

Quel rôle joue la Moselle pour la centrale nucléaire de Cattenom?

Pierre Bois - «Elle a une double fonction. Comme toutes les centrales du même type, Cattenom a besoin d'eau. Le liquide puisé a pour objet d'assurer le refroidissement du réacteur (en fonctionnement normal comme en cas d'incident). C'est la partie sécurité. Mais l'eau a aussi un rôle dans le cycle de production de vapeur qui fait tourner les turbines générant l'électricité. Cattenom peut s'appuyer sur deux réserves: la rivière Moselle mais aussi l'étang artificiel du Mirgenbach.


Un cinquantaine de militants sont venus afficher leur soutien aux prévenus, devant le tribunal de Metz.
Jours amende requis contre les «9 de Cattenom»
Jugés en appel à Metz pour s'être introduits dans le site de la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle) en 2017, huit militants et un salarié de Greenpeace risquent de se voir infliger une peine financière. Décision rendue le 15 janvier 2020.

La multiplication des épisodes caniculaires de l'été dernier a créé quelques inquiétudes sur le fonctionnement de la centrale. De quel ordre?

«Ce n'est pas la sécurité du process qui a été à l'origine des préoccupations. Nous étions plutôt vigilants sur l'impact environnemental du fonctionnement même de la centrale. Si Cattenom doit produire de l'énergie, cela ne peut se faire au détriment de son environnement naturel. A commencer par la ressource en eau.

Là, nous étions confrontés à une situation particulièrement tendue. Le débit de la Moselle était très faible, et la réserve du Lac de Pierre Percée, au Sud de la Lorraine, lui-même à un niveau inhabituellement bas, aurait pu ne pas suffire à assurer le soutien à un débit minimal de 18 m³ d’eau/seconde qui est prévu par les accords internationaux entre la France et le Luxembourg. Cette situation était le résultat d’un printemps sec suivi d'un été très chaud.

Au point effectivement où, un temps, s'est posée la question de oui ou non devoir baisser le niveau de production de Cattenom pour ne pas faire excessivement pression sur le cours d'eau. Le retour des pluies a finalement permis de ne pas en arriver là. Je rappelle d'ailleurs que c'est bien la partie production d'énergie qui consomme le plus d'eau (et crée ces panaches de vapeur que chacun peut observer).

Outre son niveau, la température de la Moselle a elle aussi été particulièrement observée...

«Oui, car les rejets de la Centrale dans la Moselle ne doivent pas contribuer à réchauffer excessivement la rivière. Cela aurait des conséquences trop négatives sur le milieu naturel. L'écart entre amont et aval des installations d'EDF ne doit pas dépasser 1,5°C en situation normale. Si la rivière, en amont, affiche une température de 28-30°C, l’apport d’eau échauffée doit cesser. Le site doit alors basculer vers le tampon du Mirgenbach - le temps de refroidir les liquides avant rejet. Par contre, si la rivière affiche déjà 30°C, tout rejet d'eau de process est formellement interdit. Cette fois, le Mirgenbach accueille les eaux et les conserve. 


Visite Centrale Nucléaire de Cattenom.Atomzentrale . Foto:Gerry Huberty
Le sort de la Moselle entre les mains de Cattenom
C'est une des conséquences inattendues de la sécheresse: la centrale nucléaire pourrait diminuer son activité à défaut de pouvoir assurer un débit d'eau correct dans la rivière côté luxembourgeois.

Cet emploi de l'étang voisin de la centrale explique sa fermeture aux activités de loisirs habituellement tolérées. La retenue a été conçue dans le but premier de l'exploitation de la centrale, pas de la pêche ou de la pratique nautique. La recirculation des eaux dans le Mirgenbach pouvant dégrader la qualité de l'eau, limiter son usage au public est une obligation à laquelle l'exploitant a donc dû avoir recours. Et cette année, sur une période longue: du 25 juillet au 10 octobre.

Quelles leçons, l'Autorité de sûreté nucléaire retient-elle de cet épisode de fortes chaleurs?

«Tout d'abord, au-delà de l'été 2019, c'est la multiplication des dépassements de températures que nous observons. Ce que nous appelons des "agressions grand chaud". Cela pousse l'ASN à revoir certains des protocoles imposés aux exploitants de centrale nucléaire. Pour les questions de sûreté, nous demandons aux installations de veiller à diversifier les moyens de refroidissement à disposition.

L'accident de Fukushima en 2011 nous avait déjà alertés sur la nécessité de renforcer les installations vis-à-vis d’agressions naturelles dont l’ampleur pouvait dépasser celle prise en compte lors du dimensionnement initial. Après la perte de sa principale source d'alimentation en eau après le tsunami, la centrale n'avait plus été en mesure d'assurer le refroidissement de ses installations, avec les conséquences que l'on sait. Cattenom, avec le Mirgenbach en plus de la Moselle, dispose déjà de deux sources en eau. Mais elle va entreprendre des travaux pour renforcer ses systèmes d'alimentation. Cela touchera aussi bien sa station de pompage que le dimensionnement des canalisations entrant ou sortant du site lorrain.

L'Autorité de sûreté veille aussi sur un autre point...

«La fréquence de plus en plus rapprochée d'épisodes de fortes chaleurs doit interpeller aussi sur la température régnant au sein même des divers locaux de production. Qu'entraînent le réchauffement même des locaux et la montée en degrés de certaines pièces où sont basés des équipements importants pour la sûreté. Si la source froide vient à manquer, voire à ne plus être disponible, que se passe-t-il? La ventilation et la climatisation suffisent-elles à faire diminuer la chaleur à un niveau acceptable pour le bon fonctionnement des matériels dans les locaux? Quelle est la température critique? Pour répondre à ces interrogations, les démonstrations de sécurité sur site ont été réévaluées pour apprécier la bonne marche de tout le cycle même en cas d'"agression grand chaud".

Pour Cattenom, la prise en compte de l'ensemble des exigences renforcées sera notamment évaluée lors des troisièmes visites décennales de deux des quatre réacteurs nucléaires en service (pour les deux autres, ces visites ont eu lieu en 2016 et 2018). Celles-ci doivent intervenir dans les deux à trois ans à venir.»


Sur le même sujet

Le plan d'action de Cattenom ne passe pas la frontière
Les nouvelles mesures de protection prises en cas d'accident nucléaire sont actuellement communiquées dans un rayon de 20 km autour de la centrale. Un territoire qui a doublé en surface et inclut désormais le Sud du Luxembourg, mais géographiquement seulement.
Comme en 2016, la France va procéder à une distribution de pastilles d'iode stable dès cet automne. Une mesure qui concernera 112 communes situées à 20 km de la centrale de Cattenom, hormis au Luxembourg.
Camouflet infligé à la Belgique sur la centrale de Doel
Dans un arrêt rendu ce lundi, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) estime que la loi autorisant la prolongation de deux des réacteurs du site ne respectait pas les règles environnementales. Une décision qui n'aboutit cependant pas à la fermeture du site, comme le souhaite le Grand-Duché.
ARCHIV - 26.02.2016, Belgien, Doel: Hinter der Windmühle von Doel bei Antwerpen steigt Dampf aus dem Kernkraftwerk Doel. (zu dpa «EuGH urteilt über Laufzeitverlängerung belgischer Atommeiler») Foto: Oliver Berg/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La centrale de Cattenom interdit son étang
Si d'ordinaire l'étang du Mirgenbach est ouvert aux pêcheurs et aux plaisanciers, le plan d'eau situé à une centaine de mètres du centre nucléaire de production électrique doit être fermé au public. Un autre effet de la canicule actuelle.
Tihange 2 ne redémarrera que dans 48 h
A l'arrêt depuis plus de dix mois à cause des dégradations observées sur le béton, le réacteur n°2 de la centrale belge devait reprendre son activité dimanche soir à 23 heures. Mais il ne repartira que mardi soir. Explications.