Changer d'édition

Les usagers du TER encore victimes du coup de la panne
Grande Région 4 min. 29.09.2020

Les usagers du TER encore victimes du coup de la panne

Depuis la fin août, les 25 rames circulant entre Nancy et le Luxembourg sont équipées du système ERTMS. Cette mise aux normes avait été décidée, côté français, en 2012.

Les usagers du TER encore victimes du coup de la panne

Depuis la fin août, les 25 rames circulant entre Nancy et le Luxembourg sont équipées du système ERTMS. Cette mise aux normes avait été décidée, côté français, en 2012.
Photo: Lex Kleren
Grande Région 4 min. 29.09.2020

Les usagers du TER encore victimes du coup de la panne

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Obligatoire depuis le 1er janvier 2020, la présence du système ERTMS sur l'ensemble des TER français franchissant la frontière continue de poser problème. En cause, notamment, l'absence d'harmonisation des normes sur l'axe du sillon lorrain, fréquenté par 12 millions de voyageurs annuellement.

Avec près de neuf mois de retard sur le calendrier espéré par le Luxembourg, les 25 rames de la SNCF assurant la desserte entre Nancy et Luxembourg répondent bel et bien aux dernières normes de sécurité. Désormais toutes équipées du système ERTMS, elles peuvent donc traverser la frontière et donc mettre fin au changement de train en gare de Thionville. Sauf que ce qui devait siffler la fin des difficultés pour les usagers du sillon lorrain ne porte pas encore pleinement ses fruits.


À eux de vous faire préférer le train
Pour répondre à la croissance constante des frontaliers français travaillant au Luxembourg, comme de ses usagers, la SNCF entend doubler ses capacités d’ici 2026. Analyse des détails de sa stratégie.

Depuis la fin août, les retards ou les annulations de train se multiplient en raison de «pannes» et autres «problèmes techniques» sur différentes rames. Autant d'événements qualifiés de «soucis enregistrés ces derniers jours» par la SNCF qui se garde bien d'avancer tout chiffre sur l'ampleur du phénomène, indiquant que cela se déroule «dans une proportion plutôt rare». Selon les associations d'usagers, cela représenterait jusqu'à deux annulations de train par jour, depuis la mise aux normes des rames. Un constat que Jean Rottner, président de la région Grand Est en charge de l'organisation des TER, résume de manière laconique sur les réseaux sociaux en évoquant de «gros problèmes de matériel».

Ce nouveau couac trouve son origine dans le nouveau programme installé par la SNCF et destiné à gérer le nouveau dispositif de sécurité des TER. «Ce logiciel est censé réaliser des calculs toutes les x secondes pour établir la courbe de freinage, mais il s'avère que de temps en temps, il n'est pas capable de les faire», résume Dimitri Janczak, secrétaire adjoint de l'association de voyageurs AVTERML-FNAUT. Un défaut dont l'origine précise s'avère compliquée à identifier, puisque pouvant être aussi bien lié à «une mauvaise installation des capteurs sur les voies, un manque de puissance des ordinateurs de bord ou bien encore dans les différences de normes en vigueur entre la France et le Luxembourg», estime l'informaticien de profession.


La SNCF tente de rattraper son retard
A trois mois de l'échéance fixée par le Luxembourg, la compagnie ferroviaire française continue d'équiper rapidement ses trains frontaliers du nouveau système de sécurité européen. Les voyageurs seront informés des changements à venir mi-novembre.

Autant d'hypothèses qui peuvent se cumuler, notamment en ce qui concerne les exigences imposées par les autorités luxembourgeoises, très strictes en matière de sécurité ferroviaire. Et ce, d'autant plus depuis le 14 février 2017, date de la collision entre un TER et un train de marchandises qui avait coûté la vie à un cheminot des CFL. Une approche nationale qui vient toutefois se heurter au manque de cohérence du réseau ferré européen. Car si le Luxembourg plaide pour que les chemins de fer jouent un «rôle clé dans le transport international de passagers au sein de l'Union», il peine à faire entendre sa voix à l'échelle européenne. Notamment en ce qui concerne la nécessité d'harmonisation dans le secteur.

Résultat: les 12 millions de voyageurs annuels du sillon lorrain subissent «des décisions qui ne sont pas forcément concertées et qui répondent le plus souvent à des besoins qui existent d'un seul côté de la frontière», estime Dimitri Janczak qui assure «avoir peu d'espoir pour une amélioration de la situation à court ou moyen terme».  

Selon la SNCF, les problèmes rencontrés sur le système ERTMS ont été «identifiés et résolus» dans la zone d'Uckange «il y a trois semaines», mais «une zone de fragilité» reste encore active autour de Thionville. A en croire l'opérateur français, les bugs informatiques détectés «sans conséquence pour la sécurité» seront supprimés «avec le changement de version - du logiciel, ndlr - prévu à partir du 18 octobre». Une mise à jour qui doit s'étaler sur une période de «deux mois maximum», soit jusqu'à la mi-décembre et le traditionnel changement d'horaire.

Aucune information quant au coût de cette opération n'a été communiquée. Idem en ce qui concerne l'instance en charge de ce surcoût potentiel, la facture pouvant aussi bien être imputée à la SNCF qu'à Alstom, fournisseur du matériel incriminé. Au Luxembourg, le système ERTMS est installé sur la totalité du réseau depuis le 1er juillet 2017, sans défaillance notable connue à ce jour.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les TER du sillon lorrain opérationnels pour la rentrée
Après bien des retards en raison de la grève de la fin d'année puis de la pandémie de covid-19, les 25 rames du réseau Nancy-Luxembourg seront toutes équipées du système de sécurité ERTMS à la fin du mois d’août, indique lundi la SNCF. Les frontaliers ne devraient donc plus avoir à changer de train.
la voix du luxembourg
Les passagers lorrains toujours en mal de TER
L'Association des voyageurs du TER Metz-Luxembourg veut peser auprès des autorités du Grand-Duché. Il est vrai que les difficultés rencontrées sur les rails par les frontaliers peuvent, à terme, pénaliser l'attractivité du pays.
Desk, Zug, Bahnhof, CFL, Öffentlicher Transport, TER, Streik, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La SNCF tente de rattraper son retard
A trois mois de l'échéance fixée par le Luxembourg, la compagnie ferroviaire française continue d'équiper rapidement ses trains frontaliers du nouveau système de sécurité européen. Les voyageurs seront informés des changements à venir mi-novembre.
À eux de vous faire préférer le train
Pour répondre à la croissance constante des frontaliers français travaillant au Luxembourg, comme de ses usagers, la SNCF entend doubler ses capacités d’ici 2026. Analyse des détails de sa stratégie.
Liaison Metz - Luxembourg: Le cadencement, pas au point avant 2020?
Depuis plusieurs jours, de nombreux frontaliers se plaignent du nouveau cadencement des trains mis en place par la SNCF. Des retards constants, des changements d'horaires qui n'arrangent personne, des ralentissements inexpliqués... La liste est longue et le Luxembourg est pointé du doigt par la SNCF.
22.3.2016 Luxembourg, gare, Bahnhof, haute protection, police, Polizei  photo Anouk Antony