Changer d'édition

Les passagers lorrains toujours en mal de TER
Grande Région 5 min. 23.01.2020

Les passagers lorrains toujours en mal de TER

Chaque jour, 12.000 usagers empruntent les lignes TER en Lorraine et Luxembourg.

Les passagers lorrains toujours en mal de TER

Chaque jour, 12.000 usagers empruntent les lignes TER en Lorraine et Luxembourg.
Photo : Lex Kleren
Grande Région 5 min. 23.01.2020

Les passagers lorrains toujours en mal de TER

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'Association des voyageurs du TER Metz-Luxembourg veut peser auprès des autorités du Grand-Duché. Il est vrai que les difficultés rencontrées sur les rails par les frontaliers peuvent, à terme, pénaliser l'attractivité du pays.

L'invitation annonce assemblée générale, mais ça commence comme une séance de thérapie collective. Chacun des membres de l'AVTERML échange sur ses galères: les trains annulés, bondés, en retard, en panne. Ces liaisons qui, chaque jour, balancent près de 12.000 travailleurs frontaliers d'un côté à l'autre de la frontière. Ces rames qui, année après année, accueillent de plus en plus de monde dans des conditions de moins en moins acceptables. Aussi, depuis 2015, l'Association des Voyageurs du TER Metz-Luxembourg écoute et défend les usagers.

Au fil des remarques remontées par ses 240 adhérents, l'association a fini par devenir un partenaire privilégié de la SNCF, mais aussi de la région Grand Est, l'autorité en charge des transports sur la Moselle et les départements voisins. Et même si la situation est loin d'être au beau fixe, l'AVTERML compte quelques «belles victoires» comme l'accès au TGV pour les frontaliers alors qu'un minimum de TER circulaient en cette période de grève ou encore l'arrêt à Cloche d'Or pour les bus de substitution.

«Désormais, c'est au Luxembourg qu'il faut nous faire entendre», a comme feuille de route pour 2020 la secrétaire générale de l'AVTERML, Aurélie Fischer. Motif: le développement économique ne pourra poursuivre sa route sans améliorer la perfusion quotidienne de sang neuf qui arrive via le rail. 

Déjà, l'association a pris contact avec l'OGBL. Histoire de sensibiliser le syndicat sur les galères de ces frontaliers français qui, chaque jour, passent plusieurs heures dans des wagons surchargés, avec l'incertitude d'arriver à l'heure à leur poste ou de retourner sans trop de tourments chez eux le soir. Un message que le bureau de l'AVTERML a aussi fait passer auprès de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL). 


Auswirkungen durch Streik der französischen Zuggesellschaft.Gare de Luxembourg. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Pas de cadeau des CFL pour les clients du TER
Suite à la grève qui a affecté l'offre de trains pour les frontaliers français, la SNCF a décidé de rembourser l'abonnement mensuel de décembre. A l'exception de la part revenant à la société de chemins de fer luxembourgeoise.

Pour l'association, le patronat luxembourgeois doit avoir conscience que même si des efforts sont faits sur les salaires ou les conditions de travail, un jour leurs employés pourraient leur tourner le dos, par lassitude des retards en gare, par fatigue des heures perdues dans des wagons arrêtés en pleine campagne, par stress d'arriver en retard à son poste. «Il faut bien comprendre que si l'on ajoute les trois heures (ou plus) qu'un salarié français passe dans les transports en commun, le taux horaire luxembourgeois ne devient pas si avantageux», note Aurélie Fischer.

Surtout, pour l'AVTERML, il est temps d'entamer le même dialogue constructif avec les CFL qu'avec la SNCF. Côté français, chaque mois, une rencontre a lieu pour faire le point sur les tracas et les avancées proposées. Aurélie Fischer et les membres du bureau de l'association regrettent qu'il n'en soit pas encore ainsi avec la compagnie de chemin de fer luxembourgeoise. «Mais, au Grand-Duché, les associations d'usagers ne sont pas forcément reconnues comme partenaires, ni habilitées à interpeller l'administration.»

Même attente de voir s'ouvrir la porte du ministre de la Mobilité, François Bausch (Déi Gréng). «Nous comprenons certaines positions du Luxembourg, et apprécions ses engagements de plusieurs millions pour soutenir des investissements d'agrandissement de quais ou d'achats de rames CFL. Mais sachant que le pays va avoir besoin d'encore plus de main-d'œuvre et que le réseau actuel est déjà saturé : que fait-on?"

Et l'AVTERML a plein d'autres sujets à aborder et de suggestions à proposer. Comme la réouverture de la ligne Thionville-Belval-Longwy ou étudier avec les CFL (mais aussi la Ville de Luxembourg pour les bus) la destination finale des usagers du train pour rationaliser horaires des cars et des trains . 

«Certains évoquent aussi la possibilité de créer un RER, comme le métro parisien, entre la France et le Luxembourg. Pourquoi ne pas envisager la création d'un GIE (groupement d'intérêt économique) entre CFL et SNCF pour concentrer les moyens sur cet axe essentiel pour nos deux pays?» Après tout, du côté des Alpes, Suisse et France ont su s'allier pour créer le Léman Express. Alors à quand le Moselle-Pétrusse filant sans encombre entre la capitale régionale et sa grande sœur capitale européenne?


Sur le même sujet

Dominique Gros réclame 200 millions au Luxembourg
Le maire de Metz monte à nouveau au créneau et réclame une «compensation financière» de la part du Luxembourg. Selon lui, les recettes perçues sur les salaires des frontaliers devraient en partie revenir aux territoires lorrains.
L'élargissement de l'A3 s'accélère
Si dans la présentation du budget, le passage à 2x3 voies de l'autoroute ne devait débuter qu'en 2021, le chantier sera entamé finalement dès l'automne prochain. Sur l'axe le plus emprunté du pays, voilà qui promet.
PK Autobahn A3, Ausbau von 2 auf3 Spuren.Foto:Gerry Huberty
Le secteur de la Cloche d’Or sécurisé en avril
Les procédures administratives entérinées, les travaux des passages pour piétons et d'une piste cyclable vont débuter la semaine prochaine entre Howald et la zone commerciale. Ces nouvelles infrastructures seront opérationnelles à la mi-avril.
Murs jaunes pour piétons à la Cloche d’Or  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le chantier Irrgarten entre dans sa phase finale
Initialement prévue pour décembre 2019, la fin des travaux au giratoire à proximité des pistes du Findel, est annoncée «au plus tard» pour la mi-avril. Une fois le câblage des feux de signalisation terminé, il deviendra alors un rond-point «turbo».
Une fois le câblage du nouveau système de signalisation installé, le rond-point Irrgarten sera complètement opérationnel vers la mi-avril
A1 et A6 encore soumises à des modulations de vitesse
La limitation de vitesse au pic de fréquentation sur ces deux axes autoroutiers qui devait être levée en ce début d'année repart de plus belle. Le ministère de la Mobilité doit maintenant tirer le bilan des six mois de phase test.
Brücke A6