Changer d'édition

Les masques Avrox refont tousser en Belgique
Grande Région 3 min. 24.02.2021

Les masques Avrox refont tousser en Belgique

Laurent Hericord et Brice Erniquin, les très discrets dirigeants d'Avrox, n'ont pas réagi face aux nouveaux doutes soulevés sur la qualité des masques fournis.

Les masques Avrox refont tousser en Belgique

Laurent Hericord et Brice Erniquin, les très discrets dirigeants d'Avrox, n'ont pas réagi face aux nouveaux doutes soulevés sur la qualité des masques fournis.
Photo : Guy Jallay
Grande Région 3 min. 24.02.2021

Les masques Avrox refont tousser en Belgique

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les protections fournies par la société luxembourgeoise à l'Etat belge contiendraient des particules nocives à la santé. Un chapitre de plus pour ce contrat décidément rocambolesque.

La Défense belge doit encore avoir près de 3,5 millions de masques Avrox dans ses stocks. Mais pas sûr qu'elle s'en serve de sitôt. En effet, une première étude de l'Institut de santé publique belge, Sciensano, vient de révéler que le tissu de ces protections contenait des nanoparticules d'argent et de dioxyde de titane. Deux éléments potentiellement nocifs pour celles et ceux qui viendraient à les respirer. 


coronavirus medical mask. protective mask for your desing, Wuhan Coronavirus, 2019-nCoV. concept top view.
Avrox visée par une information judiciaire
La société luxembourgeoise qui a fourni 15 millions de masques de protection contre le covid-19 se trouve sous le coup d'une enquête lancée par l'Office central pour la répression de la corruption. Les responsables de la firme estiment «ne rien avoir à cacher».

Si l'étude était, à ce stade, confidentielle, elle a fuité dans la presse belge. A commencer par la RTBF. Et l'on peut y découvrir notamment que les nanoparticules repérées auraient «des effets négatifs sur les voies respiratoires» des usagers. Plutôt gênant pour un masque en pleine épidémie covid. Le risque d'inflammation respiratoire serait même particulièrement marqué chez les particuliers souffrant déjà d'une pathologie respiratoire, avant même toute infection liée au coronavirus... 

Pour l'heure, dans un communiqué, Sciensano a souhaité calmer toute inquiétude. Les résultats en question n'étant le fruit que d'une première phase d'études. Il n'empêche que voilà un nouvel épisode qui vient remettre en lumière un contrat bien mal engagé dès le début de la crise sanitaire au printemps dernier. Si cette fois les doutes portent sur la nature toxique des matériaux employés dans la fabrication des 15 millions de masques commandés par l'Etat belge, d'autres problèmes ont déjà secoué ce dossier.

2,50 euros l'unité

Ainsi, des doutes sont rapidement apparus sur la nature même de la firme «établie» au Luxembourg. Société fantôme jusque-là et qui soudainement pouvait prétendre à postuler sur un marché d'une telle ampleur. Le doute avait ensuite porté sur la fiabilité d'Avrox à délivrer la commande en temps et en heure. A l'époque, à l'été dernier, la pénurie de masques était patente à l'échelle mondiale, et le fournisseur avait été contraint de livrer avec retard les masques produits en Asie. 


Des masques non conformes distribués aux dentistes
A travers un courrier envoyé mardi, le ministère de la Santé a averti tous les praticiens dentaires du pays que deux modèles de protections FFP2 ne remplissent pas certaines normes européennes. Ils ont aussitôt été retirés du marché.

Enfin, des interrogations n'avaient pas manqué de poindre sur le contrat passé entre les autorités belges et cette société inconnue dans le domaine de la fourniture d'accessoires de santé. A 2,50€ l'unité, Avrox n'était pas le candidat le moins-disant; les conditions techniques du marché avaient été revues pour s'adapter à la nature des produits délivrés par cette firme bien mystérieuse dont l'activité officielle restait jusque-là «le transport de personnes»...

Laurent Hericord et Brice Eriquin, les deux dirigeants de la société, avaient accepté de s'expliquer sur certains points, en juin dernier, au cours d'un entretien unique après des mois de demande d'explications. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Avrox réagit à la décision des autorités belges
La société "luxembourgeoise" pointée du doigt dans la livraison de masques potentiellement nocifs pour la santé prend acte du choix du ministère de la Santé belge. Elle se dit prête à collaborer à une enquête.
Le masque FFP2 reste encore facultatif
La ministre de la Santé luxembourgeoise assure qu'aucune obligation du port de ce type de protection n'est pour l'heure envisagée. Mais d'autres parties de l'Europe ont déjà adopté le FFP2 dans leur quotidien.
22.02.2021, Baden-Württemberg, Hemmingen: Eine Lehrerin mit FFP2-Maske unterrichtet in einer ersten Klasse an einer Grundschule mit Wechselunterricht. Nach einem zweimonatigen Lockdown haben ab dem 22. Februar in mehreren Bundesländern wieder Schulen und Kitas unter bestimmten Hygienekonzepten geöffnet. So findet an Schulen zum Beispiel Wechselunterricht statt. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le plasma entre dans la bataille anti-covid
La start-up Molecular Plasma Group a trouvé le moyen d'intégrer une fine couche de virucide sur des surfaces à usage unique. Le covid déteste, les soignants apprécient par contre...
MPG Molecular Plasma Group - Marc Jacobs - Foetz -  - 19/02/2021 - photo: claude piscitelli
Avrox visée par une information judiciaire
La société luxembourgeoise qui a fourni 15 millions de masques de protection contre le covid-19 se trouve sous le coup d'une enquête lancée par l'Office central pour la répression de la corruption. Les responsables de la firme estiment «ne rien avoir à cacher».
coronavirus medical mask. protective mask for your desing, Wuhan Coronavirus, 2019-nCoV. concept top view.
Les masques d'Avrox se font attendre
Samedi soir, la Belgique n'avait toujours pas vu débarquer le moindre masque commandé auprès de la société basée au Luxembourg. A défaut de perdre de l'argent, le pays perd du temps.
An employee works in the production of N95 face masks at a factory that produces 40,000 N95 masks per day, in Mexico City on May 21, 2020. - The company operates with the support of the city government and the National Autonomous University of Mexico (UNAM) and it will deliver 250,000 masks to the city hospitals. (Photo by ALFREDO ESTRELLA / AFP)
Ce mystérieux fournisseur de masques basé au Luxembourg
Le gouvernement fédéral belge vient de passer commande pour 40 millions d'euros de masques à une société établie au Grand-Duché depuis trois ans. Mais Avrox, basée à Luxembourg-Ville, livrera-t-elle bien les protections attendues?
People wearing protective face masks walk in Rue Neuve, a shopping street in Brussels centre on May 9, 2020, amid the country's lockdown to stem the spread of the COVID-19 outbreak caused by novel coronavirus. - Shops in Belgium will reopen on May 11, 2020. (Photo by JOHN THYS / AFP)