Changer d'édition

«Les liens belgo-luxembourgeois voués à se renforcer»
Grande Région 7 min. 21.07.2022
Fête nationale belge

«Les liens belgo-luxembourgeois voués à se renforcer»

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois, considère Alexander De Croo, son homologue belge, comme un ami.
Fête nationale belge

«Les liens belgo-luxembourgeois voués à se renforcer»

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois, considère Alexander De Croo, son homologue belge, comme un ami.
Photo: SIP/Jean-Christophe Verhaegen
Grande Région 7 min. 21.07.2022
Fête nationale belge

«Les liens belgo-luxembourgeois voués à se renforcer»

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Les relations entre la Belgique et le Luxembourg vont bien au-delà de l'aspect économique, c'est une réelle et profonde amitié née sur une histoire commune qui lie les deux pays.

Ce 21 juillet marquera le 192e anniversaire de la Belgique. Une fête qui trouvera, à n'en point douter, une certaine résonance au Luxembourg. Il faut dire que les deux pays ont bien plus en commun qu'on pourrait le penser. Au cours de l'histoire, le Luxembourg et la Belgique ne firent qu'un et ce, jusqu'à l'indépendance du Grand-Duché. Lors de sa création, le rôle de la Belgique était ainsi de faire «tampon» entre la France et la Prusse. Ce territoire belge comprenait à l'époque l'actuel Grand-Duché, le Limbourg hollandais ainsi que le sud de la Zélande.


6.893 personnes sont soignées à l’hôpital actuellement dont 1.464 patients en soins intensifs.
«Une infirmière belge au Luxembourg gagne trois fois plus»
Afin d'éviter l'exode massif de ses infirmières vers le Grand-Duché, la province belge de Luxembourg relance une grande opération séduction. Une initiative suffisante ?

Un partage qui ne plait guère au roi des Pays-Bas, Guillaume Ier, qui se voit amputé d'une partie conséquente de son territoire. Afin de calmer ses ardeurs, on décidera de lui offrir l'actuel Luxembourg pour qu'il puisse y régner. Il deviendra donc dans la foulée le tout premier Grand-Duc du Luxembourg, tout en assurant son rôle de roi des Pays-Bas. Les années passent et en 1839, le Luxembourg obtiendra finalement son indépendance et n'aura plus aucun lien territorial avec les Pays-Bas. Tout cela pour dire que la création même du Luxembourg tel que nous le connaissons est liée à l'histoire de la Belgique.   

Un partenaire «privilégié» 

Aujourd'hui, le plat pays est considéré comme un partenaire «privilégié» du Grand-Duché. «Et ce, pour diverses raisons», estime Franz Clément, chercheur belge au Liser, centre de recherche en sciences sociales, et ancien bourgmestre de la commune de Martelange, frontalière au Grand-Duché. Pour lui, difficile de passer à côté des liens monarchiques. Le roi Philippe n'est autre que le cousin du grand-duc Henri. «Une visite d'État du roi Philippe au Luxembourg a d'ailleurs eu lieu il y a quelques années. Celle-ci avait eu un certain retentissement. Et puis, rappelons également que le défunt grand-duc Jean avait épousé Joséphine-Charlotte de Belgique, la fille de Léopold III».


President of the Democratic Republic of the Congo Felix Tshisekedi (L) and Belgium's King Philippe (R) are seen after a hand over of a ceremonial mask at the National Museum of the Democratic Republic of the Congo in Kinshasa on June 8, 2022. - Belgium's King Phillipe visited DRC's national museum in Kinshasa, established in 2019, where he handed over a ceremonial mask the ethnic Suku group use in initiation rites. 
The mask is on "unlimited" loan from Belgium's Royal Museum for Central Africa, he announced. 
The move comes after the Belgian government last year set out a roadmap for returning art works looted during the colonial era -- which remains a sensitive topic in DRC. (Photo by Arsene Mpiana / AFP)
Philippe, roi des Belges, réaffirme ses regrets au Congo
Le roi Philippe a prononcé le premier discours de son voyage en RDC. Il a notamment réaffirmé de vive voix ses «sincères regrets» pour l’époque coloniale.

Difficile également de faire l'impasse sur les partenariats militaires entre les deux pays. «Le Grand-Duché est clairement associé aux missions que la Belgique effectue à l'étranger à divers endroits, ce qui était déjà le cas à l'époque du Congo belge où des Luxembourgeois étaient présents comme coopérants mais également en tant que militaires». Aussi, rappelons qu'il y a un an, la ministre de la Défense belge Ludivine Dedonder et le ministre luxembourgeois François Bausch (déi Gréng) signaient une lettre d’intention pour la création d’un bataillon de reconnaissance belgo-luxembourgeois. Celui-ci doit voir le jour d'ici 2028.

Franz Clément est chercheur au Liser, centre de recherche en sciences sociales à Esch-sur-Alzette.
Franz Clément est chercheur au Liser, centre de recherche en sciences sociales à Esch-sur-Alzette.
Crédit: S.MN.

Cette amitié belgo-luxembourgeoise est d'autant plus marquée dans la province belge de Luxembourg et plus particulièrement dans le sud de la province, notamment dans le pays d'Arlon. «Là, on ressent encore une certaine nostalgie vis-à-vis de l'ancienne unité avec le Grand-Duché. Il y existe d'ailleurs bon nombre de passionnés qui parlent encore l'Arelerplatt ou l'arlonais qui n'est autre qu'un dialecte du luxembourgeois. De nombreux événements culturels entre artistes et communes belges et luxembourgeoises ont d'ailleurs lieu de manière régulière. Certains passionnés de cette région se prêtent d'ailleurs à rêver d'un rattachement de la province au Grand-Duché mais il faut être honnête, c'est de la science-fiction pure et dure», sourit le chercheur du Liser.


La Belgique s'échauffe autour de l'indexation salariale
Index, plein-emploi et compétitivité agitent les cerveaux à deux semaines de la «grande manifestation nationale».

Ce dernier rappelle que les deux pays sont devenus extrêmement différents au fil des années. «Avec des systèmes de gestion différents et des niveaux économiques différents. Mais il est vrai qu'il reste toujours de la part des Belges un attachement viscéral au Grand-Duché. Il n'y a qu'à voir le nombre hallucinant de Belges ayant demandé la nationalité luxembourgeoise au moment où cela était encore possible.» 

Mais la véritable preuve de l'union et de l'amitié profonde qui lie les deux pays tient en quatre lettres: UEBL pour Union économique belgo-luxembourgeoise. Ce traité, lancé en 1921 et qui a donc fêté ses 100 ans l'année passée, constituait à l'époque «la forme la plus avancée d'intégration économique et monétaire entre des pays souverains en Europe et fut un précurseur du Benelux, de l'Union européenne et de l'euro», comme l'indique le ministère des Affaires étrangères. «Ce traité, qui a donc 101 ans, continue encore d'exister et de se développer aujourd'hui», poursuit Franz Clément, que l'on retrouve derrière l'ouvrage «Belgique-Luxembourg: 100 ans de collaboration», paru l'année dernière aux éditions Larcier.

Un jackpot envié par la France et l'Allemagne

La création de l'UEBL a notamment permis de générer des effets bénéfiques pour la prospérité des économies et le bien-être des deux peuples respectifs grâce à bon nombre d'accords bilatéraux. «Je crois que l'exemple qui illustre le plus ce traité n'est autre que la rétrocession de l'impôt des travailleurs frontaliers belges qui travaillent au Luxembourg», estime le chercheur belge. En effet, rappelons que cette rétrocession fiscale agit comme une sorte de compensation financière pour les communes belges qui abritent des travailleurs frontaliers et dont ces derniers ne payent pas d'impôts dans leur pays de résidence. 


La foire agricole de Libramont s'habille de vert
La plus grande vitrine du monde agricole de la Grande Région est de retour cet été après deux ans d'absence. Et les Luxembourgeois sont de plus en plus nombreux à y participer.

Le Luxembourg indemnise donc plus ou moins ces communes en fonction du nombre de frontaliers sur leur territoire. Pour certaines communes belges situées à deux pas de la frontière grand-ducale, cette compensation représente un véritable pactole. Pour 2021, c'est une somme de 48 millions d'euros que le Luxembourg a versée à 553 communes belges. Arlon, le chef-lieu de la province belge de Luxembourg qui compte de très nombreux frontaliers parmi ses résidents, s'est ainsi vu accorder la coquette somme de 8,6 millions d'euros en 2022. 

Difficile aujourd'hui pour certaines communes de se passer de tels montants. Pourtant, ce principe de rétrocession fiscale n'existe pas du Luxembourg vers la France ou l'Allemagne même si ces derniers aimeraient qu'un système semblable soit d'application pour eux également. «Cela montre encore une fois que la Belgique est particulièrement privilégiée vis-à-vis des autres pays», soutient le chercheur du Liser. 

Des investissements pour remplacer la compensation

Pourquoi la Belgique y a droit et non les autres pays? Pour le comprendre, il faut remonter à 1975, lors de la création de la «compensation Martelange». «A l'époque, on s'est rendu compte que les commerces qui se trouvaient du côté luxembourgeois de Martelange profitaient énormément de la clientèle belge.  Cette taxation échappait à la Belgique et un premier accord de rétrocession financière du Grand-Duché en direction de la Belgique avait été décidé. Celui-ci a ensuite évolué vers le système de compensation que l'on connaît aujourd'hui au début des années 2000». Les Français et les Allemands ne sont toutefois pas laissés pour compte par le Luxembourg. «Le Luxembourg investit plutôt dans des aménagements du territoire chez ses voisins, comme des P+R ou des aménagements du rail par exemple.»


Ces dernières années, les ménages luxembourgeois ont mis beaucoup d'argent de côté.
La Belgique réforme ses pensions a minima
Un nouveau «bonus pension» est introduit pour inciter les travailleurs à ne pas prendre de retraite anticipée.

Et puis, les activités commerciales entre les deux pays s'inscrivent également largement dans cette union belgo-luxembourgeoise. «En 2015, en ce qui concerne les exportations du Luxembourg vers le plat pays, la Belgique se classait 3e et 2e concernant les importations, juste derrière l'Allemagne.»

Et la suite dans tout cela? Pour Franz Clément, il ne fait pas l'ombre d'un doute que les collaborations entre la Belgique et le Luxembourg vont s'intensifier à l'avenir. «Et ce, en raison du développement démographique, que ce soit au Luxembourg ou dans la région d'Arlon.  Je pense par exemple à des stations d'épuration transfrontalières qui par ailleurs existent déjà mais également à des chantiers autoroutiers communs ou encore à des horaires de trains harmonisés. Au niveau économique, les deux pays ont clairement un bel avenir en commun.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Avec 83 nouveaux cas observés dimanche, le nombre de nouvelles infections reste élevé au Luxembourg. Un fait qui amène le voisin belge à classer le Grand-Duché comme une zone à risque moyen, sans toutefois la moindre incidence sur le déplacement des travailleurs frontaliers.
(FILES) In this file photo taken on April 19, 2020 a Belgian Police officer controls the documents of a person in a car at the border between Belgium and France during a police patrol in Quevy, enforcing the social distancing rules, as Belgium is in its fifth week of lockdown to fight the COVID-19 outbreak, caused by the novel coronavirus. - An European coordination for a return to free movement between European countries is delicate, between health imperatives and economic emergency, after the closings of the borders which have damaged a symbol of the European Union. (Photo by BENOIT DOPPAGNE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La verte province devrait être aussi peuplée qu'une ville comme Gand à l'horizon 2033. Une projection qui pourrait impacter positivement l'activité économique du Grand-Duché de plus en plus tributaire de ses travailleurs frontaliers.
arlon_3