Changer d'édition

Les inondations wallonnes dans le tourbillon politique
Grande Région 3 min. 22.09.2021
Polémique en Belgique

Les inondations wallonnes dans le tourbillon politique

Selon les premières auditions de la commission d'enquête, la gestion des inondations a été perturbée par une série d’acteurs techniques qui n’ont pas pris la mesure du drame qui allait se nouer.
Polémique en Belgique

Les inondations wallonnes dans le tourbillon politique

Selon les premières auditions de la commission d'enquête, la gestion des inondations a été perturbée par une série d’acteurs techniques qui n’ont pas pris la mesure du drame qui allait se nouer.
Photo: AFP
Grande Région 3 min. 22.09.2021
Polémique en Belgique

Les inondations wallonnes dans le tourbillon politique

Chasse aux responsabilités et cynisme nationaliste s’engouffrent dans les brèches de la catastrophe qui a frappé la région de Liège.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - Le week-end dernier, à Namur, les Fêtes de Wallonie placées sous le signe du covid ont trouvé leurs héros et héroïnes en la personne de bénévoles qui ont porté secours aux sinistrés des inondations des 14 et 15 juillet derniers. Ils ont été décorés pour leur implication au lendemain d’un drame qui a fait 38 morts et touché près de 100.000 personnes en région liégeoise.


A woman watches workers at a level crossing of a partly-destroyed street following heavy floods in Dinant, central Belgium, on July 29, 2021. - In mid-July western Europe was hit by devastating floods after torrential rains that ravaged entire villages and left at least 209 people dead in Germany and Belgium, as well as dozens missing. The flooding also caused damage in Luxembourg, the Netherlands and Switzerland. (Photo by BRUNO FAHY / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Des inondations wallonnes noyées dans le mystère
Le ministre-président Elio Di Rupo rejette l’idée d’une commission d’enquête parlementaire sur la catastrophe qui a fait 42 morts.

A quelques pas de là se déroulent les travaux de la commission d’enquête parlementaire qui cherche à comprendre si la catastrophe aurait pu être évitée. La réponse n’est pas évidente mais, à juger des premières auditions, il est clair qu’une série d’acteurs techniques n’ont pas pris la mesure du drame qui allait se nouer. Mal informés, les bourgmestres n’ont en conséquence pas fait évacuer à temps les zones ravagées.

Selon le parti CDH, l’administration wallonne avait accès, dès le 12 juillet à midi, aux données très inquiétantes de l’Efas (European Flood Awareness System). Un événement majeur était clairement attendu sur l'Ourthe en région liégeoise entre le 13 et le 15 juillet. Parallèlement, l’Institut royal de météorologie aurait tardé à sonner l’«alerte rouge» en raison des procédures en vigueur.


A resident walks among the destroyed buildings in Pepinster, near Liege, on July 19, 2021, following heavy rains and flooding across areas of France, Belgium, Germany and The Netherlands. - Rescue workers scrambled to find survivors and victims of the devastation wreaked by the worst floods to hit western Europe in living memory, which have already left more than 150 people dead and dozens more missing. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Tensions belgo-belges autour des inondations
La Wallonie serait incapable de gérer la catastrophe et ses conséquences, affirme la droite nationaliste flamande. Bonne ambiance alors que les sinistrés ne sont toujours pas sortis d'affaire.

Tout le monde a fait proprement son boulot, écrit en substance Le Soir. «Seul problème: on ne s’est pas beaucoup parlé, au-delà des communications stéréotypées imposées par les procédures. Et surtout, le cadre officiel n’était pas calibré pour un phénomène naturel inédit et aux conséquences potentiellement catastrophiques.»

Un tel constat renverrait à des pratiques engluées dans la routine, qui ne cadrent plus avec la gestion des événements météorologiques extrêmes associés aujourd’hui au réchauffement climatique. L’opinion publique n’a pas attendu la commission d’enquête parlementaire du Parlement wallon pour juger la gestion de la catastrophe. Selon un sondage, les inondations ont accentué le fossé entre le citoyen et la classe politique, largement pointée comme responsable.


This picture taken in Namur on July 25, 2021 shows the mud covering a street after the heavy rainfall of July 24. - In mid-July western Europe was hit by devastating floods after torrential rains that ravaged entire villages and left at least 209 people dead in Germany and Belgium, as well as dozens missing. The flooding also caused damage in Luxembourg, the Netherlands and Switzerland. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
L’administration wallonne rejette toute faute
Après deux épisodes diluviens, les autorités affirment que les avertissements reçus étaient trop imprécis pour augurer de la catastrophe qui se préparait en région liégeoise.

Cette dernière ne se laisse pas démonter. Le PS appelle ainsi le fédéral à financer en partie la reconstruction des infrastructures wallonnes détruites par les crues de la mi-juillet. Soit 600 millions d’euros. Le chantier global, lui, est désormais évalué à trois milliards d’euros. Cette demande fait des remous en Flandre où l'attitude socialiste est perçue comme une manière de se dégager des responsabilités régionales en faisant appel à la «solidarité nationale». Les socialistes gouvernent la Wallonie avec les écologistes et les libéraux. 


12.08.2021, Nordrhein-Westfalen, Altena: Toni Lehmann, Schwiegersohn eines betroffenen Ehepaares, hilft bei der Sanierung eines von der Flut beinahe völlig zerstörten Hauses in Altena. Die sauerländische Stadt gehörte zu den Orten, die bei dem Hochwasser vor rund einem Monat besonders stark betroffen waren. Inzwischen erholen sich die Menschen der Stadt langsam von den Folgen. Foto: Markus Klümper/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La difficile reconstruction des zones sinistrées
Le coût, la menace climatique et l’absence de main-d’œuvre compliquent sérieusement le chantier post-inondations en Wallonie.

Au nord du pays, les nationalistes profitent de l’aubaine pour demander d’échanger l’argent réclamé  contre de nouvelles réformes politiques que concéderaient les francophones à la Flandre. Ce troc, qui s’est invité à plusieurs reprises au cours des dernières décennies dans les réformes de l’Etat, a un nom : la «doctrine Maddens», du nom du professeur de la KULeuven qui l’a inspirée. «Quelle est la part ici de la responsabilité wallonne dans la catastrophe ?», s’interroge la radio publique francophone La Première

«Elle n’est pas nulle : dans la prévention, la gestion de crise ou dans l’après-crise. Mais elle n’est pas non plus décisive, au sens où l’essentiel du problème est lié au caractère exceptionnel des pluies. En outre, même si la Wallonie avait les performances économiques et les marges budgétaires de la Flandre, elle ne pourrait que très difficilement faire face seule. Appliquer la doctrine Maddens ici, relèverait d’un cynisme absolu… »

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Wallonie serait incapable de gérer la catastrophe et ses conséquences, affirme la droite nationaliste flamande. Bonne ambiance alors que les sinistrés ne sont toujours pas sortis d'affaire.
A resident walks among the destroyed buildings in Pepinster, near Liege, on July 19, 2021, following heavy rains and flooding across areas of France, Belgium, Germany and The Netherlands. - Rescue workers scrambled to find survivors and victims of the devastation wreaked by the worst floods to hit western Europe in living memory, which have already left more than 150 people dead and dozens more missing. (Photo by JOHN THYS / AFP)