Changer d'édition

Les hôpitaux du Grand Est lancent un «SOS soignants»
Grande Région 2 min. 14.04.2021

Les hôpitaux du Grand Est lancent un «SOS soignants»

Actuellement, 520 patients covid sont pris en charge dans les hôpitaux de la région Grand Est (contre 136 au Luxembourg).

Les hôpitaux du Grand Est lancent un «SOS soignants»

Actuellement, 520 patients covid sont pris en charge dans les hôpitaux de la région Grand Est (contre 136 au Luxembourg).
Photo : dpa
Grande Région 2 min. 14.04.2021

Les hôpitaux du Grand Est lancent un «SOS soignants»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Alors que leurs services d'urgence sont saturés en raison d'un nombre important de malades covid, les structures hospitalières de Lorraine, Alsace et Champagne manquent de personnels.

A l'été 2020 déjà, l'Agence régionale de santé du Grand Est (ARS) avait tiré la sonnette d'alarme. Les 212 hôpitaux de la région étaient à la peine : trop de patients à prendre en charge pour plus assez de professionnels. Et voilà qu'à nouveau, l'autorité sanitaire bat le rappel tous azimuts. Il faut plus d'infirmiers, d'infirmiers spécialisés en soins critiques, de kinésithérapeutes ou d'aides-soignants dans cette période où aux portes du Luxembourg et de l'Allemagne la circulation du covid reste forte.


08.04.2021, Berlin: Der Berliner Hausarzt Karl Schorn impft seine Patientin Nicole Brusselaers mit dem Biontech-Impfstoff gegen das Coronavirus. Foto: Paul Zinken/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'Etat mobilise toutes les blouses blanches
Des étudiants pouvant devenir laborantins, des masseurs-kinésithérapeutes autorisés à aider en centre de vaccination : la lutte contre l'épidémie de covid pousse le gouvernement à valider ces nouveaux rôles.

Temps partiels ou temps complets, les contrats ne demandent qu'à être signés. Un site internet, renfort RH, attend ainsi toutes les candidatures volontaires des professionnels de santé pouvant aider, même ponctuellement, pour soulager les équipes en place. Déjà dans les services, un demi-millier d'étudiants en santé ont été intégrés pour pallier les manques. 

Ces futurs diplômés en médecine, pharmacie, soins infirmiers accompagnent aussi 45 professionnels qui ont accepté de venir aider des structures hospitalières débordées, fatiguées. Il est vrai qu'actuellement le taux d'occupation en réanimation, soins intensifs ou unité de surveillance continue dépasse les 100%... Autrement plus de malades infectés par le coronavirus à prendre en charge qu'il n'y a de place...

Comme au Grand-Duché, l'Agence régionale de santé peut puiser dans les effectifs inscrits dans la réserve sanitaire. Mais cela ne suffit plus. Et même les majorations de salaire octroyées ne suffisent plus à attirer les candidats. Récemment, un reportage de France Télévisions, pointait d'ailleurs l'attractivité du Grand-Duché pour les blouses blanches frontalières. Autant de personnels en service d'un côté de la frontière et qui font défaut de l'autre... Mais comment résister à un salaire double au Luxembourg pour une infirmière?

La pénurie de main-d'oeuvre dans les carrières de santé, au Luxembourg, ne date pas d'hier. Mais la crise covid a accentué les tensions avec les pays voisins à l'heure où plus de la moitié des effectifs des hôpitaux sont occupés par des professionnels frontaliers. La ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP) s'en était émue l'hiver dernier; le Premier ministre a promis d'organiser plus de formations (d'infirmières notamment) au pays, mais les paroles ne se sont pas encore traduites en actes.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Luxembourg vient en aide au Portugal
Alors que la pandémie s'aggrave dans les hôpitaux portugais, le Grand-Duché va mettre à disposition médecins, infirmières et équipements médicaux qui arriveront via Luxembourg Air Rescue.
«Le pays a vécu sur une fausse sécurité sanitaire»
Si le Luxembourg vit depuis près d'un an en pleine crise sanitaire, la situation des personnels soignant était critique bien avant l'arrivée du covid-19. Explication et perspective avec Marie-Lise Lair, à l'origine du dernier état des lieux sur le système de santé.
Les infirmières se lassent du silence de Bettel
En première ligne, elles le sont depuis mars. En sous-effectif et en manque de formation depuis des années. Pourtant, les infirmières du Luxembourg (représentées par l'ANIIL) ne voient toujours pas d'améliorations à l'horizon.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 - Notaufnahme Urgences  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«Une licence innovante en sciences infirmières»
La crise sanitaire a placé le personnel soignant au centre de la lutte contre le covid-19. Anne-Marie Hanff, la présidente de l’Association nationale des infirmières et infirmiers du Luxembourg (ANIL), monte à nouveau au créneau pour une réforme en urgence des modalités de formation de la profession.
Le Luxembourg, véritable aimant pour les infirmiers
Si les besoins en matière de soins ne cessent de croître dans le pays, cette demande touche directement les pays voisins, puisque plus de la moitié du personnel soignant n'est pas luxembourgeois. Ce qui n'est pas sans conséquence pour les hôpitaux de l'autre côté des frontières.
CHEM, Centre Hospitalier Emile Mayrisch, Foto Lex Kleren