Changer d'édition

Les frontaliers passés au crible
Grande Région 3 min. 14.01.2021 Cet article est archivé

Les frontaliers passés au crible

Les Français représentent près de la moitié des travailleurs frontaliers.

Les frontaliers passés au crible

Les Français représentent près de la moitié des travailleurs frontaliers.
Photo: Guy Jallay
Grande Région 3 min. 14.01.2021 Cet article est archivé

Les frontaliers passés au crible

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Profil, secteur d'activité, motivations... Qui sont véritablement ces travailleurs ? Au-delà des idées reçues, l’Association de soutien aux travailleurs immigrés (ASTI) a souhaité décrypter plus en détail ces étrangers qui traversent la frontière pour venir travailler au Grand-Duché.

Profil, secteur d'activité, motivations... Les stéréotypes sur les quelque 200.000 Français, Belges et Allemands qui traversent chaque jour la frontière pour venir travailler au Grand-Duché ne manquent pas. À l’occasion de son 40e anniversaire, l'Asti a donc souhaité démêler le vrai du faux lors d'une conférence-débat en ligne organisée ce mercredi. 

Si différents sondages confirment que le salaire reste un motif majeur pour ces travailleurs, l'argent est néanmoins loin de constituer la seule raison. Selon Rachid Belkacem et Isabelle Pigeron-Piroth, respectivement chercheurs aux universités de Lorraine et du Luxembourg, d'autres paramètres rentrent en effet en compte, tels que des offres d’emploi intéressantes et davantage en adéquation avec la formation suivie, des perspectives de carrière plus attractives ou encore un environnement international plus séduisant.  

Près de 70% d'hommes

De manière générale, les frontaliers seraient ainsi plus nombreux que les résidents à posséder un diplôme égal ou supérieur à bac+3. Selon les chercheurs, ces derniers travaillent essentiellement dans l’industrie manufacturière, dans le commerce ainsi que dans la construction et les activités financières. Le secteur de l’intérim - qui embauche 14% de ces travailleurs - se révèle surtout important pour les frontaliers français.  

Les hommes seraient par ailleurs plus nombreux que les femmes à franchir la frontière. Celles-ci ne représentent ainsi qu'environ 30% des frontaliers. Un phénomène peu étonnant, à en croire Isabelle Pigeron-Piroth. «Les hommes sont plus enclins à la mobilité, car souvent les femmes restent en charge des tâches ménagères et familiales», souligne la chercheuse.


Où résident exactement les frontaliers du Luxembourg ?
Nécessaires au fonctionnement de l'économie, les salariés qui franchissent quotidiennement la frontière pour se rendre sur leur lieu de travail habitent majoritairement dans un rayon de 30 km autour du pays. Des zones densément peuplées et amenées à l'être encore plus.

Parmi ces 200.000 travailleurs, la moitié vient de France, précisent les chercheurs. L’autre moitié est répartie à parts égales entre la Belgique et l’Allemagne. Et sans surprise, la capitale et Esch-sur-Alzette, deuxième ville du pays, demeurent les principaux pôles d'attraction.

Mais entre grèves et bouchons, les frontaliers sont de plus en plus nombreux à abandonner leur emploi au Luxembourg. Un phénomène croissant alors qu'ils constituent «une véritable force économique», assure Rachid Belkacem. L'actualité récente a en effet rappelé l'importance de ces travailleurs frontaliers qui viennent chaque jour «faire tourner l'économie et assurer une partie de son développement». 


12.10. Stau / Autobahn A3 / Düdelinger Autobahn / Grenzgänger / Frontaliers / Foto: Guy Jallay
Les frontaliers rapportent plus qu'ils ne coûtent à l'Etat
Le Statec a sorti sa calculette : au final, les finances publiques perçoivent plus de cotisations sociales et d'impôts sur le revenu qu'elles ne reversent d'aides aux 200.700 travailleurs venus de France, Belgique ou Allemagne.

Pour autant, prévient le chercheur, les futurs travailleurs frontaliers vont être confrontés à des mutations profondes dans les années à venir. Et notamment, souligne-t-il, en raison «du déclin démographique dans les régions frontalières, de la digitalisation et du développement durable».   

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si quelque 200.000 Français, Belges et Allemands traversent chaque jour la frontière pour venir travailler au Grand-Duché, près de 13.000 résidents luxembourgeois sont aussi considérés comme travailleurs frontaliers. Mais eux bougent nettement moins.
16.05.11 Lastwagenunfall ,Hettange-Grande,A31.Foto:Gerry Huberty
A comparer le salaire annuel moyen, les employés venant chaque jour de Belgique et d'Allemagne sont mieux payés que leurs collègues français. Mais ces derniers restent, de loin, les plus représentés sur le marché du travail luxembourgeois.
Luxembourg - Belgique - Photo : Pierre Matgé
Conséquence de la prolongation des accords de télétravail avec l'Allemagne, la Belgique et la France, l'ensemble des salariés non résidents restent sous le régime luxembourgeois jusqu'à l'été prochain, annonce lundi le ministère de la Sécurité sociale.
Wirtschaft, Gesundheitskasse ,CNS, sécurité sociale, AAA, association d'assurance accident, Unfallversicherung, zum Artikel Homeoffice, Guillaume Schimberg,
Le nombre de résidents de la région Grand Est travaillant au Grand-Duché a doublé entre 1999 et 2015, selon une étude de l'Insee publiée mardi. Le pays devance de loin l'Allemagne, la Suisse et la Belgique.