Changer d'édition

Les communes wallonnes dans le rouge
Grande Région 3 min. 27.05.2020

Les communes wallonnes dans le rouge

Sophie Wilmès n'en finit pas d'être chahutée à la tête d'un gouvernement décidément bien fragile.

Les communes wallonnes dans le rouge

Sophie Wilmès n'en finit pas d'être chahutée à la tête d'un gouvernement décidément bien fragile.
Photo: AFP
Grande Région 3 min. 27.05.2020

Les communes wallonnes dans le rouge

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Les municipalités ont dû prendre en charge une partie de la gestion de la crise sanitaire et son financement. Elles en paient aujourd’hui le prix fort.

De notre correspondant, Max HELLEFF (Bruxelles) - L’autonomie communale a un prix, et celui que devraient payer à l’avenir les communes wallonnes sera conséquent. Pourtant, en 2020, celles-ci auraient dû sortir la tête hors de l’eau : 342 millions d’euros étaient promis à être épongés moyennant des mesures d’assainissement prises par le Fédéral et par la Région wallonne. Aujourd’hui, bien au contraire, les experts estiment que la crise du covid-19 plombera les finances des communes à hauteur de 180 millions d’euros. Ce déficit pourrait monter à 300 millions en 2021.

Mais il n’y a pas que les pertes traditionnellement imputées aux crises qui malmènent les finances communales. «Si les habitants de ce Royaume sortent couverts ces jours-ci, constate Le Soir dans un éditorial au picrate, ils le doivent essentiellement à leur bourgmestre, à leur commune, au budget de celle-ci, qui n’en demandait pourtant pas tant.»


An employee works in the production of N95 face masks at a factory that produces 40,000 N95 masks per day, in Mexico City on May 21, 2020. - The company operates with the support of the city government and the National Autonomous University of Mexico (UNAM) and it will deliver 250,000 masks to the city hospitals. (Photo by ALFREDO ESTRELLA / AFP)
Les masques d'Avrox se font attendre
Samedi soir, la Belgique n'avait toujours pas vu débarquer le moindre masque commandé auprès de la société basée au Luxembourg. A défaut de perdre de l'argent, le pays perd du temps.

Ce sont en effet les communes qui doivent aujourd'hui fournir à leurs habitants une partie des masques nécessaires à la bonne marche des différentes phases de  déconfinement. L’absence de stocks suffisants imputée à la mauvaise gestion fédérale a été en partie palliée par le niveau local. Il faut y ajouter la multiplication des interventions de police, le soutien aux écoles, l’information de la population… autant de missions qui ont un coût et dont se seraient bien passées celles que l’on nomme parfois ici à la française les «municipalités».

Cette montée en flèche des dépenses devrait se répercuter sur les taxes communales dans les années à venir. Mais pas seulement : en Belgique, ce sont les communes qui gèrent en bonne partie la précarité de leurs concitoyens via les Centres publics d’aide sociale (CPAS). Or ceux-ci sont de plus en plus sollicités, notamment par les jeunes. Question : comment feront-ils demain pour soutenir les plus démunis à défaut d’un budget suffisant?


Lokales, Shopping  Center Belle Etoile, so macht Shoppen keinen Spass, Desinfektionsspender, Abstand, Sicherheitsbestimmungen, Mindestabstand, Höchstanzahl von Kunden,  der Corona-Krise, Lockerung,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Un panier moins cher au Luxembourg qu'en Belgique
Si des différences de prix entre les commerces de la Grande Région existent bien, le Grand-Duché obtient de bons points. Même dans le domaine des produits bio pour certaines enseignes, indique la dernière étude de l'Observatoire de la formation des prix, publiée vendredi.

Pour faire face à cette situation, des «mesures dérogatoires exceptionnelles» viennent d’être annoncées par le ministre régional en charge des Pouvoirs locaux, le socialiste Pierre-Yves Dermagne. L’une d’elles n’est pas passée inaperçue : les communes pourront «présenter un budget déficitaire à l’exercice propre de l’ordre de 3% maximum pour 2020 et de 5% maximum pour 2021».

Elles pourront également utiliser les réserves et provisions constituées lors des années antérieures, voire recourir à l’emprunt si la trésorerie manque. Jusqu'à 100 euros empruntés par habitant pour financer des plans de relance destinés notamment à aider les ménages et les entreprises.

Négocier avec un gouvernement, en affaires courantes ou muni de pouvoirs spéciaux, ne sert à rien.

André Antoine

Certains voient dans cette bouée de secours une réponse au «waterboarding» (simulacre de noyade) qui aurait été jusqu’ici imposé aux communes par le niveau fédéral,  via des rentrées fiscales moindres mais aussi par le financement annoncé de nouvelles missions. Dans les colonnes de L’Echo, le député humaniste André Antoine y voit l’opportunité de sceller enfin une «paix fiscale». «L’État qui ne respecte pas la neutralité budgétaire de ses décisions sur ses pouvoirs subordonnés se saborde lui-même», juge-t-il. Et l’ex-ministre d’y aller d’un croc-en-jambe au gouvernement fédéral de la libérale Sophie Wilmès : «Négocier avec un gouvernement, en affaires courantes ou muni de pouvoirs spéciaux, ne sert à rien.»


A white flag in flies in the wind atop the Royal Palace in Brussels on March 23, 2020, during a national lockdown in Belgium to curb the spread of COVID-19 (novel coronavirus). (Photo by THIERRY ROGE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La Belgique reste orpheline d'un «vrai» gouvernement
Le gouvernement fédéral «de plein droit» qui aurait dû sortir des urnes le 26 mai 2019 se fait toujours attendre.

Une manière comme une autre de dire qu’un an après les élections du 26 mai 2019, la Belgique a besoin d’un gouvernement de plein droit pour gérer l’après-crise sanitaire et remettre l’église au milieu du village…

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les masques d'Avrox se font attendre
Samedi soir, la Belgique n'avait toujours pas vu débarquer le moindre masque commandé auprès de la société basée au Luxembourg. A défaut de perdre de l'argent, le pays perd du temps.
An employee works in the production of N95 face masks at a factory that produces 40,000 N95 masks per day, in Mexico City on May 21, 2020. - The company operates with the support of the city government and the National Autonomous University of Mexico (UNAM) and it will deliver 250,000 masks to the city hospitals. (Photo by ALFREDO ESTRELLA / AFP)
Un panier moins cher au Luxembourg qu'en Belgique
Si des différences de prix entre les commerces de la Grande Région existent bien, le Grand-Duché obtient de bons points. Même dans le domaine des produits bio pour certaines enseignes, indique la dernière étude de l'Observatoire de la formation des prix, publiée vendredi.
Lokales, Shopping  Center Belle Etoile, so macht Shoppen keinen Spass, Desinfektionsspender, Abstand, Sicherheitsbestimmungen, Mindestabstand, Höchstanzahl von Kunden,  der Corona-Krise, Lockerung,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Déconfinement prudent en Europe, rebond en Asie
Des dizaines de millions de personnes en France, au Luxembourg, en Belgique et en Espagne ont commencé lundi à retrouver une partie de leur liberté de mouvement mais la crainte d'une deuxième vague reste entière au moment où le coronavirus resurgit en Corée du Sud et à Wuhan.
A waiter serves customers at a cafe in Tarragona on May 11, 2020 as Spain moved towards easing its strict lockdown in certain regions. - One of the worst-hit countries, Spain plans a phased transition through to end-June, with around half of the 47 million population being allowed out to socialise to a limited degree from Monday and restaurants offering some outdoor service. (Photo by LLUIS GENE / AFP)