Changer d'édition

Les attestations de déplacement entrent en vigueur
Grande Région 30.10.2020

Les attestations de déplacement entrent en vigueur

La non-présentation d'une attestation de sortie sera sanctionnée d'une amende de 135 euros.

Les attestations de déplacement entrent en vigueur

La non-présentation d'une attestation de sortie sera sanctionnée d'une amende de 135 euros.
Photo: AFP
Grande Région 30.10.2020

Les attestations de déplacement entrent en vigueur

Avec le retour du confinement en France, l'attestation de déplacement dérogatoire fait, elle aussi, son retour. Il faudra obligatoirement s'en munir pour faire ses courses alimentaires, se rendre chez un médecin ou à la pharmacie, aller chercher ses enfants à l'école ou partir travailler.

(DH) - Lors de son allocution télévisée, mercredi soir, le président Macron l'a confirmé. A compter de ce vendredi 30 octobre, date du reconfinement en France, et jusqu'au 1er décembre a priori, les déplacements sont à nouveau limités. Et comme au printemps, les attestations de déplacement redevenues nécessaires. Ces dernières sont désormais mises en ligne, et téléchargeables.

Pour les frontaliers français, qui ne peuvent télétravailler, un certificat prouvant la nécessité de traverser la frontière et un justificatif de déplacement professionnel sont nécessaires. Ces documents doivent impérativement être signés par l'employeur.

Et comme au mois de mars, deux autres attestations restent disponibles selon les cas. Pour des déplacements n'excédant pas une heure, l'attestation permet de sortir de son domicile pour faire des courses, aller à un rendez-vous médical, ou sortir seul et à moins d’un kilomètre de chez soi.

L'unique changement, par rapport au printemps, tient a cette troisième attestation, dédiée aux trajets scolaires. Aux parents de la remplir pour aller chercher leurs enfants à l’école. Pour rappel, sans être muni d'une attestation pour justifier une sortie, il vous en coûtera 135 euros d'amende.

Après l'Irlande, le pays de Galles et la République tchèque, la France est le quatrième pays, ou région en Europe, à choisir de reconfiner l'ensemble de sa population. Une mesure drastique pour canaliser la progression foudroyante du virus. Ce vendredi après-midi, la Belgique pourrait adopter cette solution extrême afin d'éviter la saturation des soins de santé.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Europe serre la vis face au covid
Débordé par la violence de la deuxième vague de coronavirus, le Vieux Continent s'attend à un mois de novembre très difficile et multiplie les décisions.
View of an empty restaurant/bar terrace in Berlin on October 29, 2020, prior to a "semi-lockdown" starting on November 2, 2020, which will see a closing of bars and restaurants in Germany. - Germany imposed drastic curbs on people's daily lives to contain a surge in coronavirus cases with France following suit as more than 500,000 infections were reported worldwide in a new daily record. (Photo by John MACDOUGALL / AFP)
Metz annule son marché de Noël
Si quelques hésitations perduraient jusqu’il y a peu, le confinement a achevé de mettre fin au suspense pour la tenue des festivités de fin d'année dans la capitale lorraine.
lokales nachbarn
Vers un reconfinement en France ?
Face à la recrudescence de l'épidémie, les autorités françaises vont droit vers un «durcissement» des mesures de lutte contre le covid-19, avec dans tous les esprits la crainte du reconfinement.
Mannequins are seen by a window as retail shops prepare to open in Melbourne on October 27, 2020, after the state government lifted some restrictions on retail shops and restaurants after the city battled a second wave of the COVID-19 coronavirus. (Photo by William WEST / AFP)
Pas plus de quatre invités à la maison
Le nombre d'hôtes possibles divisé de moitié, le couvre-feu décrété (de 23h à 6h), l'annulation de toute compétition sportive amateur : voilà les trois principales mesures devant faire barrage à la recrudescence virale au Luxembourg. Elles seront prises pour un mois.
Politik, Briefing presse-Conseil de Gouvernement, Xavier bette, Paulette Lenert , Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort