Changer d'édition

Les armes wallonnes s'enrayent
Grande Région 3 min. 12.08.2020

Les armes wallonnes s'enrayent

En Wallonie, la fabrication et la vente d’armes oscillent en permanence entre intérêts économiques et scrupules humanitaires.

Les armes wallonnes s'enrayent

En Wallonie, la fabrication et la vente d’armes oscillent en permanence entre intérêts économiques et scrupules humanitaires.
Photo: Shutterstock
Grande Région 3 min. 12.08.2020

Les armes wallonnes s'enrayent

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Le Conseil d’Etat a donné raison à des ONG qui dénonçaient l’octroi de licences d’armes à l’Arabie saoudite.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - En mars dernier, le Conseil d’État avait décidé en extrême urgence de suspendre les licences d’exportation d’armes à l’Arabie saoudite. 17 licences attribuées par le gouvernement wallon quelques mois auparavant étaient concernées. Trois entreprises wallonnes étaient citées dans le dossier: la FN Herstal, CMI Defence et Mecar.

Ces licences devaient essentiellement permettre l'exportation d'armes légères de la FN Herstal et de tourelles de char de la société CMI Defence à destination de la garde royale saoudienne.


(From L) N-VA chairman Bart De Wever, King Philippe of Belgium and PS chairman Paul Magnette leave after a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, on July 31, 2020, regarding the formation of a new government after the federal elections of 26 May 2019. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Semaine cruciale pour le duo Magnette-De Wever
Les négociations devraient s’intensifier pour tenter de convaincre les libéraux ou les verts de rejoindre la future coalition gouvernementale.

Quatre mois plus tard, le Conseil d'Etat vient de donner à nouveau raison à ces ONG (la Ligue des droits humains, la Coordination Nationale d'Action pour la Paix et la Démocratie et Vredesactie) en ordonnant en référé la suspension de l'exécution de plusieurs décisions prises par le ministre-président wallon Elio Di Rupo et liées au commerce des armes avec Riyad. Gelées une première fois en mars, les demandes d'autorisation avaient en effet été renouvelées peu après. 

Le socialiste Elio Di Rupo se retrouve ainsi dans le collimateur des ONG. Elle le soupçonne d’avoir cherché à attribuer ces licences d’armes en catimini, au mépris du traité qui en régit la vente.

En Wallonie, la fabrication et la vente d’armes oscillent en permanence entre intérêts économiques et scrupules humanitaires. Cette schizophrénie doit en partie au fait que la FN Herstal fait partie d’un groupe - «Herstal Group» - dont l’unique actionnaire est la Région wallonne. Un groupe qui a des ramifications internationales puisqu’il possède également deux sociétés américaines de renommée mondiale investies dans la fabrication d'armes de chasse: Repeating Arms Company (Winchester) et Browning Arms Company.

Des massacres et des ventes  

En 2019, le Groupe Herstal a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 828 millions d’euros, similaire à celui de l’année précédente. Le résultat net consolidé était de 44 millions d’euros, en retrait par rapport à 2018. La FN emploie 3000 personnes de par le monde, dont 1.600 en Belgique.

L’an dernier toujours, à l’occasion de la 5e Conférence des États parties au Traité sur le commerce des armes (TCA), l’ONG Amnesty International avait appelé la Belgique à se conformer à ses engagements. «Les armes wallonnes, de grande qualité, méritent mieux qu’un marketing axé essentiellement vers des criminels de guerre et qui, du reste, pourraient un jour se retourner contre nous», avait déclaré Philippe Hensmans, le directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

Mais en dépit des massacres perpétrés au Yémen, la Région wallonne a continué à vendre des armes à l’Arabie saoudite, pays qui est partie prenante aux hostilités. Ce conflit a déjà fait plus de 100.000 morts.

4.400 emplois

Plus globalement, en 2018, les montants liés aux licences d'armes octroyées par la Wallonie se chiffraient à 950 millions d'euros, soit une augmentation de 35% par rapport à 2017. La «meilleure année» en dix ans. Un montant de 225 millions d’euros avait été encaissé rien qu’avec les ventes d’armes à destination de l’Arabie saoudite. Ce qui n’avait pas empêché le socialiste Elio Di Rupo de bloquer deux licences destinées à la force aérienne saoudienne, un choix justifié par son rôle dans le conflit… yéménite.

Ce prurit aura été de courte durée, comme le révèle aujourd’hui la décision du Conseil d’Etat. C’est que si l’on ajoute CMI Defence à la FN,  l’emploi de 4.400 personnes dépend très largement en Wallonie du marché des armes avec l’Arabie saoudite. Ce n’est pas un détail…

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La compagne d’un terroriste belge fait débat
Après les attentats de Bruxelles, la petite amie d’ Ali El Haddad Asufi (un des terroristes présumés) a continué à travailler pendant quatre ans chez Swissport. Sans jamais être inquiétée.
A girl lights a candle as people pay tribute to the victims of Tuesday's bomb attacks at the Place de la Bourse in Brussels, Belgium, March 26, 2016.  REUTERS/Francois Lenoir
La loi belge sur l’IVG renvoyée aux calendes grecques
La droite et l’extrême droite flamandes ont fait obstacle pour la quatrième fois au vote du nouveau texte de loi. Le thème de l'interruption volontaire de grossesse étant devenu l’otage des discussions pré-gouvernementales.
La bonne santé de l’armement wallon
2017 a été une bonne année pour l’industrie wallonne de l’armement. Une industrie qui brasse large puisqu’elle fabrique tout aussi bien des armes de guerre, de chasse ou de collection. L’Arabie saoudite reste un très bon client de la Région.
 Action de protestation contre la subvention de l'UE du commerce de l'armement devant le siège de la 
Commission européenne.