Changer d'édition

Le zoo d'Amnéville tente d'éponger ses dettes
Grande Région 03.10.2019

Le zoo d'Amnéville tente d'éponger ses dettes

Le spectacle «Tiger World» a particulièrement coûté au zoo d'Amnéville.

Le zoo d'Amnéville tente d'éponger ses dettes

Le spectacle «Tiger World» a particulièrement coûté au zoo d'Amnéville.
Photo: Shutterstock
Grande Région 03.10.2019

Le zoo d'Amnéville tente d'éponger ses dettes

Un mystérieux investisseur a conclu un accord avec le parc zoologique qui attend désormais l'aval du tribunal de grande instance de Metz. Si ce texte est validé, les dettes engendrées depuis quelques années par le complexe seront «en partie effacées».

(SW) - Avec plus de 50 millions d'euros de dettes, l'avenir du zoo d'Amnéville semblait bien incertain. Malgré une forte fréquentation, le complexe était en recherche d'un investisseur depuis plusieurs années, pour sauver le parc.

Placé en redressement judiciaire en 2016, le zoo était plus ou moins «sorti de sa phase difficile» en 2018, d'après les actionnaires.

«Aller de l'avant»

Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, selon nos confrères de France Bleu Lorraine, l'arrivée d'un fonds d'investissement au zoo est désormais officielle. Des échanges avec un mystérieux investisseur - dont le directeur du zoo, Michel Louis, taira le nom - ont été conclus le mois dernier avec un accord présenté au tribunal de grande instance de Metz.

Un texte dans lequel une grande partie de la dette serait donc effacée. «Allégé de ce problème, on va pouvoir aller de l'avant», se réjouit le directeur du parc, ajoutant qu'aucun salarié ne sera licencié.

Blocage des banquiers

Mais avant ces réjouissances, l'accord conclu doit encore obtenir l'aval du tribunal de Metz, qui statuera prochainement, selon France Bleu Lorraine, qui n'avance toutefois pas de date précise.

Pour rappel, le zoo d'Amnéville avait dû faire face au surcoût engendré par la création de son spectacle de tigres «Tiger World». Alors que le directeur du parc avait demandé un rééchelonnement de ses dettes, - sur dix ans au lieu de sept -, une partie de ses banquiers avaient refusé.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Le site d'Amnéville doit se professionnaliser»
Eric Munier, le maire de la commune mosellane, a annoncé mardi un investissement de 20 millions d'euros pour le réaménagement des voies d'accès du site touristique, qui poursuit son émancipation grâce aussi à l'injection de fonds privés.
Le zoo d'Amnéville est l'une des attractions phares de tout le pôe touristique du secteur.