Changer d'édition

Le zoo d'Amnéville change de tête
Grande Région 04.05.2020

Le zoo d'Amnéville change de tête

Grande Région 04.05.2020

Le zoo d'Amnéville change de tête

De la tour Eiffel au parc animalier, c'est le grand écart que s'apprête à réaliser Anne Yannic. Dans un contexte économique très difficile, l'ex-dirigeante du Club Méditerranée va prendre la présidence du site touristique fondé par Michel Louis.

(DH) - «Je suis heureuse de rejoindre l'aventure du zoo d'Amnéville pour un nouveau départ. J'ai conscience que le zoo a un rôle déterminant à jouer dans l'écosystème de notre société», a commenté Anne Yannic, la nouvelle présidente dans le communiqué diffusé par Prudentia Capital.

C'est ainsi que le nouvel actionnaire du parc zoologique de la cité thermale a intronisé sa nouvelle présidente. Cette dernière va assurer «toutes les fonctions de la direction générale et aura pour mission de professionnaliser le zoo». Les priorités que lui ont assignées les nouveaux actionnaires sont claires: «la gestion financière et la refonte des politiques commerciales et marketing». Des objectifs déjà traduits par une présence accrue via les réseaux sociaux alors que le contexte économique très difficile a poussé les zoos et les parcs animaliers à demander des aides étatiques partout en Europe.

La nouvelle responsable du zoo d'Amnéville (58 ans) a dirigé, entre autres, et pendant trois ans, l'exploitation de la tour Eiffel qui accueille chaque année près de sept millions de visiteurs. Elle a aussi occupé le poste de directrice générale des marchés France, Belgique et Suisse du Club Méditerranée.

Par ailleurs, le communiqué de Prudentia Capital ne fait pas mention du devenir de Michel Louis, le dirigeant historique du zoo. Un haut lieu du tourisme en Lorraine qui, avant l'arrivée des nouveaux investisseurs, était étranglé par une dette de 53 millions d'euros et n'avait pas bonne presse suite à «l'affaire Olaf» alors que 120 dossiers ont été remis aux prud'hommes.  


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le zoo d'Amnéville voit naître trois tigres blancs
Ils s'appellent Aran, Hyun et Fouyou et ont poussé leurs premiers rugissements le 5 janvier en Moselle. Un événement rare pour cette espèce de félin qui n'a pas été vue à l'état sauvage depuis les années 1950.
Amnéville veut se donner un second souffle
Un important programme d'investissement de plus de sept millions d'euros doit à terme, renforcer l'attractivité économique et touristique du site mosellan. Parallèlement, les équipements de base comme le pôle thermal ou encore le snowhall vont également subir un important lifting.
Le bébé ours polaire fait ses premiers pas
S'il ne possède toujours pas de nom, le fils de Nora, né le 9 novembre dernier, s'est offert pour la première fois ce jeudi aux yeux du public ravi du zoo de Schönbrunn à Vienne.
Âgé d'un peu plus de trois mois, le bébé ours polaire n'a pas encore reçu de nom
Prudentia Capital croque le zoo d'Amnéville
Le fonds d'investissement vient de s'octroyer la part du lion dans les actions du site de loisirs lorrain. En passe à des difficultés financières et des doutes sur la bonne gestion de ses personnels, le zoo voit sa dette en partie épongée.
Le zoo d'Amnéville fixé sur son sort le 3 janvier
La Chambre de commerce du tribunal de Metz se prononcera début janvier sur le plan d'apurement du parc animalier dont les dettes s'élèvent à 53 millions d'euros. L'avenir du site, qui emploie 160 personnes, est en jeu.
amneville zoo, natalite precoce au zoo amneville, bebe amneville zoo, foto feller tania, nouveau animaux bebe zoo amneville, 28.05.2014, loup, wolf, gorilla, lion
Nouvelle révélation sur le zoo d'Amnéville
Selon nos confrères de France Bleu Lorraine, le parc animalier est accusé d'avoir essayé de se débarrasser du cadavre d'un ours polaire dans une déchetterie de la région en juillet 2018.
Le zoo d'Amnéville accusé de pollution sauvage
L'établissement se retrouve dans la tourmente après la publication d'une enquête de France Bleu, mercredi, révélant une gestion douteuse des finances et des ressources humaines. Des dysfonctionnements que la direction rejette en bloc.
Les accusations portées contre le zoo sont lourdes, à en croire nos confrères de France Bleu.