Changer d'édition

Le zoo d'Amnéville accusé de pollution sauvage
Grande Région 2 min. 04.12.2019

Le zoo d'Amnéville accusé de pollution sauvage

Les pratiques illégales auraient commencé dès 2011, poussant de nombreux employés à saisir les prud'hommes.

Le zoo d'Amnéville accusé de pollution sauvage

Les pratiques illégales auraient commencé dès 2011, poussant de nombreux employés à saisir les prud'hommes.
Photo : Luxemburger Wort
Grande Région 2 min. 04.12.2019

Le zoo d'Amnéville accusé de pollution sauvage

L'établissement se retrouve dans la tourmente après la publication d'une enquête de France Bleu, mercredi, révélant une gestion douteuse des finances et des ressources humaines. Des dysfonctionnements que la direction rejette en bloc.

(AA) - Salaires démesurés, liste noire des employés, enveloppes de cash, rejets sauvages dans la forêt... Les éléments reprochés à la direction du zoo d'Amnéville dans une enquête de France Bleu, mercredi, sont graves. Depuis 2011 et la mort du directeur adjoint, les irrégularités dans la gestion des ressources humaines et des finances se seraient multipliées sur le site basé sur la zone de loisirs d'Amnéville, en difficulté financière.


Le zoo d'Amnéville est l'une des attractions phares de tout le pôe touristique du secteur.
«Le site d'Amnéville doit se professionnaliser»
Eric Munier, le maire de la commune mosellane, a annoncé mardi un investissement de 20 millions d'euros pour le réaménagement des voies d'accès du site touristique, qui poursuit son émancipation grâce aussi à l'injection de fonds privés.

C'est une liste symptomatique de la gestion autoritaire de l'établissement. 214 noms, dont de nombreux salariés, figurent sur une «black list» tenue par plusieurs employés de l'administration et mise en ligne par France Bleu. Certains y sont qualifiés d'«éléments perturbateurs», au côté de dizaines d'autres personnes soupçonnées d'être «sympathisants d'associations animalistes», «anti-cirque» ou «anti-zoo».

Si certains salariés sont épinglés par la liste noire, d'autres sont récompensés par des voyages dispendieux aux frais du zoo. «Trois semaines de vacances tous frais payés» aux quatre coins du monde pour dix employés choisis par Michel Louis, le patron des lieux, selon France Bleu. Des pratiques discutables qui ont mené à 120 saisines du conseil des prud'hommes, notamment pour licenciements abusifs.

Les problèmes ont commencé à s'accumuler à la mort de l'ancien directeur adjoint, selon des salariés.
Les problèmes ont commencé à s'accumuler à la mort de l'ancien directeur adjoint, selon des salariés.
Photo : Luxemburger Wort

Autre signe d'une gestion douteuse des finances, une partie des salaires serait remise en liquide à certains membres du personnel. Un dresseur évoque ainsi «10% de son salaire» payé en cash. A cette habitude s'ajoutent des salaires parfois démesurés. Un proche du directeur cite, par exemple, le cas d'une «caissière payée plus de 3.000 euros» mensuels.


Plus de 30 naissances au zoo d'Amnéville
Le célèbre zoo de Lorraine poursuit son expansion: de nombreux animaux sont nés au cours du mois de juin, dont un tapir et un hippopotame des plus mignons.

L'environnement n'est pas épargné non plus. Des centaines de mètres cubes de rejets sauvages sortent de tuyaux installés par le zoo et aboutissant dans la forêt d'Hagondange. Des eaux usées qui contiendraient parfois «des produits détergents comme du chlore ou de l’acide chlorhydrique», comme l'affirme un employé.

Quand l'eau n'est pas tout simplement rejetée en pleine nature sans autorisation, elle est gâchée par négligence. Quelque 100.000 litres seraient ainsi perdus tous les jours, en raison d'une fuite dans le bassin des otaries. Un problème connu depuis... 1998.

Le bassin des otaries causerait la perte de 100.000 litres d'eau par jour en raison d'une fuite identifiée depuis près de 20 ans.
Le bassin des otaries causerait la perte de 100.000 litres d'eau par jour en raison d'une fuite identifiée depuis près de 20 ans.
Photo : Luxemburger Wort

Bien qu'aucun cas de maltraitance d'animaux ne soit connu, une pratique dérangeante aurait cours à Amnéville. Celle d'enterrer certains animaux sur le terrain de l'entreprise, pour économiser les coûts d'équarrissage. Un éléphant, un boa et un puma auraient été, entre autres, concernés par cette pratique. 


Le zoo d'Amnéville est l'une des attractions phares de tout le pôe touristique du secteur.
Le zoo d'Amnéville tente d'éponger ses dettes
Un mystérieux investisseur a conclu un accord avec le parc zoologique qui attend désormais l'aval du tribunal de grande instance de Metz. Si ce texte est validé, les dettes engendrées depuis quelques années par le complexe seront «en partie effacées».

Pour le directeur du zoo, Michel Louis, toutes ces révélations seraient «bidon» et le fruit d'«un complot» ourdi contre lui. Afin de se «protéger en cas de liquidation» de l'entreprise qu'il dirige, le chef d'entreprise a lui-même saisi le conseil de prud'hommes. Une audience qui se tiendra le 3 février 2020 à Metz.


Sur le même sujet

Nouvelle révélation sur le zoo d'Amnéville
Selon nos confrères de France Bleu Lorraine, le parc animalier est accusé d'avoir essayé de se débarrasser du cadavre d'un ours polaire dans une déchetterie de la région en juillet 2018.
Bausch et la diplomatie des pandas
François Bausch a profité de sa visite de travail en Chine pour effectuer un petit détour par le Centre de recherche sur l'élevage de pandas de Dujiangyan.
3.Tag China Reise Francois Bausch,Besuch Panda Aufzucht Station in Dujiangyan,Panda Breeding Research Center,China.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort