Changer d'édition

Le traçage des malades suscite le débat
Grande Région 4 min. 29.04.2020

Le traçage des malades suscite le débat

La mise en place d'une application de traçage va de pair avec une stratégie de dépistage.

Le traçage des malades suscite le débat

La mise en place d'une application de traçage va de pair avec une stratégie de dépistage.
Photo: Hauke-Christian Dittrich/dpa
Grande Région 4 min. 29.04.2020

Le traçage des malades suscite le débat

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Face à l'absence de stratégie commune de déconfinement au sein de l'Union européenne, le recours à l'utilisation des smartphones apparaît en revanche comme une piste partagée. Mais elle soulève des craintes, notamment au Luxembourg.

Les smartphones comme nouvelle barrière sanitaire? Telle est l’épineuse question débattue ces dernières semaines dans plusieurs pays européens. Car si aux yeux de la Commission européenne, le traçage des malades apparaît comme un «élément important» pour le bon déroulement du déconfinement, les 27 semblent particulièrement divisés sur la question. 

En effet, si l'Autriche, l'Islande ou la Norvège ont d'ores et déjà lancé leur propre application s'inspirant du modèle chinois, la question est loin de faire l'unanimité. En cause, les inquiétudes sur la vie privée et libertés individuelles. 


La vie privée, prochaine victime de la pandémie?
Surveiller les citoyens via leurs smartphones peut aider à contenir la pandémie de coronavirus, mais aussi coûter cher en libertés publiques et à la protection des données.

Au Luxembourg, si Xavier Bettel (DP) affirmait haut et fort son opposition dès début avril à l’utilisation d’une telle application, un mois plus tard, la donne semble avoir changé. Devant les députés mardi, le chef du gouvernement s’est ainsi dit «ouvert» à une forme de traçage, mais à certaines conditions. A savoir, la mise en place d'un pistage manuel et uniquement sur base du volontariat. 

Un revirement de situation que le Premier ministre justifie par le refus de voir le Luxembourg «pris au dépourvu». Une référence à une potentielle action européenne qui aboutirait à la création d'une application commune. Et pour cause, «une pression externe de la part de nos partenaires européens existe», explique Sven Clement (Piraten) à nos confrères de Quotidien avant d'ajouter que certains pays pourraient «[imposer] l’utilisation d’une telle application pour permettre à nouveau la circulation et les voyages». Un enjeu de taille après six semaines de confinement.

Un débat nécessaire

Sauf que l'Allemagne a d'ores et déjà porté un coup à cette idée en annonçant préférer une autre application. Une volte-face justifiée notamment par un défaut de protection de la vie privée des utilisateurs et la volonté d'un lancement des plus rapides. Comme au Grand-Duché, Berlin souhaite que l'utilisation de sa future application soit anonyme et fonctionne sur une base volontaire.

Mêmes craintes côté français, où les autorités se sont pourtant engagées à mettre en place un tel dispositif d'ici le 11 mai. Mais dans l'Hexagone, la notion de «traçage» reste politiquement sensible et peine à convaincre. Le Premier ministre français Edouard Philippe a ainsi assuré mardi qu'un débat serait organisé «lorsque l'application en cours de développement fonctionnera et avant sa mise en oeuvre».  

La Belgique a, elle, opté pour une solution alternative afin de contrôler la propagation de l’épidémie. Car si le plat pays n'utilisera pas d'application, un traçage sera tout de même bel et bien mis en place, affirmait vendredi la Première ministre Sophie Wilmès. Un mal nécessaire pour l’épidémiologiste Marius Gilbert pour qui ce dispositif permettra «de couper les chaînes de transmission du virus». Mais surtout, affirmait-il à la fin avril, de remplacer le confinement collectif «par des mesures individuelles et ciblées». 

A chacun donc sa stratégie, mais la question du traçage est loin d'être résolue, et devrait encore rester quelques semaines sur le devant de la scène. Car comme l'indiquent les spécialistes, les mesures de protection en vigueur actuellement pourraient rester d'actualité «encore quelques semaines, voire quelques mois.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Luxembourg réfléchit à une forme de traçage
Le Premier ministre et la ministre de la Justice ont échangé avec les députés, mardi matin, sur la manière dont pourraient être utilisés les smartphones pour lutter contre la propagation du covid-19. Un sujet pour le moins sensible.
Les Belges tracés pour stopper le virus
L’une des mesures les plus spectaculaires annoncées par le Conseil national de sécurité est le traçage des patients infectés. Par observation humaine, non par voie électronique.
Scepticisme face à une éventuelle «application corona»
Soucieux de la protection des données personnelles, le gouvernement pose un regard critique sur les programmes destinés au traçage et à la surveillance du covid-19. Quand bien même ce genre d'outil pourrait s'avérer très utile dans une stratégie de sortie de crise graduelle.
La stratégie belge pour le déconfinement
La Belgique a désigné un groupe d’experts pour réfléchir à sa sortie de quarantaine. Aucun scénario ne sera simple à réaliser dans le pays de 11,5 millions d'habitants.
A couple wearing protective face masks carry their groceries on April 5 , 2020, in Brussels, as a strict lockdown is been in place for the past 3 weeks to stop the spread of COVID-19, the disease caused by the novel coronavirus. (Photo by Aris Oikonomou / AFP)
L'Allemagne choisit la stratégie sud-coréenne
Multiplier les tests et placer les malades en quarantaine: pour empêcher une saturation de ses hôpitaux, où le personnel manque, le gouvernement allemand est en train d'adopter la stratégie coréenne face au coronavirus.
Two woman walk by a restaurant with a sign up which reads "We Stay at Home" in Berlin's Kreuzberg district on March 27, 2020 during the new coronavirus COVID-19 pandemic. (Photo by David GANNON / AFP)