Changer d'édition

Le site PSA de Trémery passe à l'électrique
Grande Région 2 min. 21.11.2019

Le site PSA de Trémery passe à l'électrique

Outre la Peugeot 208, cette nouvelle ligne d'assemblage fournira également les versions électriques de la DS3 Crossback et de l'Opel Corsa.

Le site PSA de Trémery passe à l'électrique

Outre la Peugeot 208, cette nouvelle ligne d'assemblage fournira également les versions électriques de la DS3 Crossback et de l'Opel Corsa.
Photo: dpa
Grande Région 2 min. 21.11.2019

Le site PSA de Trémery passe à l'électrique

Le constructeur automobile a inauguré mercredi sa première ligne de montage de moteurs électriques dans son usine de Trémery en Moselle. Elle doit fournir les équipements des trois premiers modèles de la marque.

(ER/AFP) -  L'installation de la nouvelle ligne dans la région messine, qui a représenté un investissement de 10 millions d'euros, marque un «tournant» pour l'usine qui a longtemps été la plus importante de moteurs diesel au monde, tous constructeurs confondus, a souligné Marc Bauden, directeur de l'usine de Trémery.

Cette «ligne d'assemblage de chaîne de traction 100% électrique» fournira les versions électriques de la Peugeot 208, de la DS3 Crossback et de l'Opel Corsa qui seront commercialisées à partir de début 2020, a expliqué Yann Vincent, directeur industriel de PSA.

Sa capacité de production, de 120.000 moteurs par an aujourd'hui, montera à 180.000 au second semestre de 2020. A partir de 2022, la cadence montera fortement, à 900.000 unités annuelles, grâce à la création à Trémery d'une coentreprise avec l'industriel japonais Nidec, a-t-il ajouté.


ARCHIV - 12.01.2016, USA, Detroit: Ein Fiat Chrysler Automobiles (FCA) Logo bei der North American International Auto Show (NAIAS). (zu "Opel-Mutter PSA und Fiat Chrysler bestätigen Fusionsgespräche") Foto: Uli Deck/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Fiat Chrysler veut se fiancer avec PSA
Quelques mois après sa fusion avortée avec Renault, le constructeur automobile italo-américain discute d'un rapprochement avec l'autre grand groupe français du secteur afin de donner naissance au n°4 mondial du secteur.

L'usine a produit 1,8 million de moteurs thermiques (essence et diesel) l'an dernier avec un effectif de 2.500 salariés, mais ce volume diminuera à 1,6 million d'unités dès cette année, du fait de la baisse des motorisations diesel, ont rappelé les dirigeants de PSA.    

Site unique

Cette nouvelle ligne d'assemblage rend aussi «le site emblématique de la transformation du groupe pour répondre à l'immense défi, environnemental et réglementaire, de la transition énergétique» de l'industrie automobile, a déclaré Yann Vincent lors de l'inauguration. PSA prévoit de «proposer une version électrifiée pour 100% de sa gamme "de véhicules" en 2025», a-t-il rappelé.

Trémery sera l'unique site de fabrication de moteurs électriques du constructeur, ses capacités permettant de faire face aux besoins de volumes attendus pendant de nombreuses années. Jusqu'en 2022, les principaux composants seront achetés à des fournisseurs, puis l'usine produira les moteurs complets dans le cadre de la coentreprise avec Nidec, ont indiqué les dirigeants de PSA.


Outre le rachat des marques Opel et Vauxhall, qu'il espère faire revenir dans le vert d'ici à 2020, PSA (marques Peugeot, Citroën et DS) va reprendre conjointement avec la banque française BNP Paribas la filiale financière de GM Europe pour 900 millions d'euros.
Pour 1,3 milliard d'euros: PSA achète Opel à General Motors
PSA a annoncé lundi être parvenu à un accord avec General Motors (GM) afin d'acquérir sa filiale automobile européenne déficitaire pour 1,3 milliard d'euros, ce qui va donner naissance au deuxième constructeur de véhicules du Vieux continent.

Selon Yann Vincent, la conversion à l'électrique n'aura «aucun impact sur l'emploi dans les cinq ans» à Trémery, bien que la fabrication d'un moteur électrique requière «30% de volume de travail en moins» qu'un essence ou un diesel. «C'est un point que nous surveillons de près, avec les organisations syndicales», a-t-il souligné.    


Sur le même sujet

Fiat Chrysler veut se fiancer avec PSA
Quelques mois après sa fusion avortée avec Renault, le constructeur automobile italo-américain discute d'un rapprochement avec l'autre grand groupe français du secteur afin de donner naissance au n°4 mondial du secteur.
ARCHIV - 12.01.2016, USA, Detroit: Ein Fiat Chrysler Automobiles (FCA) Logo bei der North American International Auto Show (NAIAS). (zu "Opel-Mutter PSA und Fiat Chrysler bestätigen Fusionsgespräche") Foto: Uli Deck/dpa +++ dpa-Bildfunk +++