Changer d'édition

Le réacteur n°3 de Cattenom pose soucis
Grande Région 05.10.2021
Centrale nucléaire

Le réacteur n°3 de Cattenom pose soucis

Seuls deux réacteurs sur quatre restent en fonctionnement dans la centrale des bords de Moselle.
Centrale nucléaire

Le réacteur n°3 de Cattenom pose soucis

Seuls deux réacteurs sur quatre restent en fonctionnement dans la centrale des bords de Moselle.
Photo : Guy Jallay
Grande Région 05.10.2021
Centrale nucléaire

Le réacteur n°3 de Cattenom pose soucis

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Pour la deuxième fois en deux semaines, l'installation a dû être mise à l'arrêt ce mardi. Plutôt préoccupant pour une unité qui vient de faire l'objet de sept mois de maintenance.

«Intervention de maintenance sur un filtre situé sur une des turbopompes» : voilà ce qui avait motivé mi-septembre, l'arrêt du réacteur n°3 de la centrale nucléaire de Cattenom. Une interruption surprenante d'autant que la cheminée n'avait plus craché de panache de vapeur, de mars à septembre 2021, en raison de la visite décennale qui avait vu l'ensemble du réacteur être inspecté et conforté. Mais dix jours plus tard, première panne. Ce mardi, un mois pile après le redémarrage, une seconde pause vient d'être signalée...


Der Zugang zum Kernkraftwerk ist im Katastrophenszenario nur über den Wasserweg möglich.
Cattenom passe en mode catastrophe
S'inspirant de l'incident nucléaire de Fukushima, la centrale électrique lorraine est en exercice toute cette semaine. Occasion de mettre en action la Force d'action rapide nucléaire, spécialisée dans la gestion de ce type de scénario

Ainsi, le réacteur âgé de trente ans s'est-il cette fois mis hors service «automatiquement» ce 5 octobre vers 3h40 du matin. Si EDF a immédiatement signalé l'incident, «sans impact sur la sécurité du personnel et sur l’environnement», le gestionnaire du site lorrain n'a pas encore indiqué la cause de cette mise à l'arrêt. Se contentant d'informer que «les équipes de la centrale procèdent aux contrôles et au diagnostic qui permettront de déterminer l’origine de l’événement».

Du coup, la centrale (située à une dizaine de kilomètres du Luxembourg) ne tourne plus que sur deux réacteurs, les n°1 et 4. En effet, l'unité de production est actuellement en arrêt programmé. Là encore, il s'agit d'une pause pour des activités de maintenance.

Le réacteur n°3 incriminé en ce début d'automne sort donc pourtant de sa troisième phase de révision générale. Un investissement majeur pour le site qui a vu l'intervention de quelque 3. 000 intervenants extérieurs, la réalisation de 20.000 opérations et plus de 150 modifications entreprises sur les installations en plus des nombreux examens réglementaires. Une révision à plus de 200 millions d'euros qui semble donc ne pas avoir porté tous ses fruits.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Commission européenne approuve un mécanisme susceptible de favoriser la construction de centrales au gaz pour compenser la fin de l'atome en Belgique. Hic : ces équipements sont de gros émetteurs de CO2. Un mal pour bien?
Cyclists ride past cooling towers at a power station on the outskirts of Beijing Wednesday Aug. 4, 2004. China is facing its worst energy shortage in decades, with the electricity shortfall expected to hit 30 million kilowatts.  With blackouts and brownouts affecting many provinces China's government has ordered emergency shipments of coal by road and waterways to help make up the shortfall. (AP Photo/Greg Baker)
Si la centrale nucléaire lorraine connaissait un accident sérieux, le Luxembourg pourrait être rayé de la carte. Le film "An Zero" (diffusé mercredi sur Arte) et une appli vous invitent à une immersion personnelle dans la catastrophe.
(FILES) - A file picture taken on December 5, 2011 shows the French nuclear plant in Nogent-sur-Seine 95 kilometres, (60 miles) southeast of Paris. In a report released on January 31, 2012, the Court of Accounts estimated investments already made in the French nuclear power sector at 228 billion euros.   AFP PHOTO /FRANCOIS NASCIMBENI
Depuis vendredi, l'unité n°3 de la centrale nucléaire lorraine est à l'arrêt. Et pour six mois même. Le temps pour les équipes de mener la révision décennale qui permettra le redémarrage du réacteur pour dix ans de plus.
Visite Centrale Nucléaire de Cattenom.Atomzentrale . Foto:Gerry Huberty
La troisième plus grosse centrale nucléaire de France, dont le premier réacteur a été mis en service il y a 30 ans, devrait encore survivre autant, jusqu'en 2046, indique EDF.
La centrale nucléaire de Cattenom devrait durer encore 30 ans.