Changer d'édition

Le quotidien des frontaliers peu impacté par le G7 à Metz
Grande Région 8 4 min. 06.05.2019

Le quotidien des frontaliers peu impacté par le G7 à Metz

Le quotidien des frontaliers peu impacté par le G7 à Metz

Photo: Sophie Wiessler
Grande Région 8 4 min. 06.05.2019

Le quotidien des frontaliers peu impacté par le G7 à Metz

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Si l'accès à «la plus belle gare de France», dans la capitale mosellane, est restreint en raison de la venue de plusieurs ministres internationaux en ce premier weekend du mois de mai, les difficultés de circulation dans le quartier impérial n'ont pas découragé les frontaliers à se rendre au Luxembourg.

Le quartier gare de la ville de Metz fait figure d'une prison à ciel ouvert, durant ce premier weekend du mois de mai. Alors que le sommet du G7 entame sa seconde et dernière journée dans la capitale mosellane, les routes et rues avoisinant le centre des Congrès sont très difficiles d'accès. Que vous soyez riverains, frontaliers ou juste de passage n'y change rien.

C'est simple, l'ensemble de la police nationale a été mobilisée pour assurer la sécurité de ce sommet, selon le gouvernement français. Des barrières anti-émeutes de plusieurs mètres ont été installées à chaque intersection autour de la gare et du centre des Congrès, où se déroule l'événement.

Pour les Messins habitant dans ce quartier, c'est donc accréditation obligatoire pour pouvoir circuler. A pied, ou en voiture. «Je dois laisser mon véhicule au garage, interdiction de la sortir. C'est n'importe quoi», tempête un riverain au micro de nos confrères de France 3 Lorraine, samedi après-midi.

Un «état de siège» qui n'est pas sans rappeler le 18ème conseil des ministres franco-allemand, qui s'est déroulé en avril 2016 et avait complètement vidé les rues de la ville, remplaçant les marcheurs par des centaines de policiers.

Ce lundi matin, le ton est plus calme dans la rue aux Arènes. Un jeune papa se promène avec son bébé en plaisantant: «Je n'ai jamais eu autant de facilité à trouver une place de stationnement dans le coin. Il n'y a plus personne».

Habitué à se rendre au centre Pompidou chaque lundi matin, il déchante toutefois rapidement. L'accès au musée est impossible. Une promenade du côté du parc de la Seille? Faisable, si vous acceptez de faire un long détour. Après dix minutes de détour, las, le père de famille finit par abandonner et rebrousser chemin.

Ils sont nombreux à tourner en rond pour tenter d'arriver à destination. Une jeune femme, paniquée au téléphone, explique à son interlocuteur les nombreux détours qu'elle a dû emprunter, sans toutefois arriver à entrer dans la zone. «Tout est bloqué, je dois faire le tour, je comprends pas, ça me saoule là», s'emporte-t-elle.

Elle n'est pas la seule dans ce cas. Des dizaines de personnes demandent conseil aux forces de l'ordre présentes, pour tenter de trouver un point d'accès. «On vient de devant la gare, on nous dit de passer par le côté et là tout est fermé aussi... Jusqu'où faut-il aller ?!», paniquent deux étudiantes ayant un cours exceptionnel ce jour en plein cœur de la zone interdite.

Du côté des frontaliers, l'organisation était de mise. Prévenu depuis plusieurs jours, chacun a su s'organiser. «Je pars 15 minutes plus tôt que d'habitude pour faire le détour nécessaire», explique l'un d'entre eux. Sans compter les contrôles supplémentaires à l'intérieur de la gare, où les quais sont inaccessibles sans titre de transport.


Pour les commerçants de cette zone, la grise mine est au rendez-vous, malgré les quelques rayons de soleil qui pointent. Le centre commercial Muse a ainsi dû fermer ses portes samedi et lundi. Un gros manque à gagner pour ce mastodonte, récemment élu meilleur centre commercial d'Europe. Plusieurs commerces situés tout près de la zone sécurisée ont également décidé de fermer leurs portes jusqu'à la fin du sommet.

Compte tenu de ces circonstances, le préfet de la Moselle a donc autorisé les commerces à ouvrir le mercredi 8 mai, jour férié en France. En attendant, le quartier impérial retrouvera une vie normale à compter de 19 heures, ce lundi soir.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Metz, capitale mondiale de l’environnement
Ces dimanche 5 et lundi 6 mai, la ville lorraine accueille un G7 tout spécial sur les enjeux de la transition énergétique. La société civile s'est également invitée pour dénoncer «la mascarade» des grandes puissances face à «l'urgence climatique».