Changer d'édition

Le patron des TER lorrains tape du poing
Grande Région 2 min. 27.08.2019

Le patron des TER lorrains tape du poing

La Région va investir 100 millions d'euros dans l'achat de 16 nouvelles rames à double niveau, entre 2021 et 2025.

Le patron des TER lorrains tape du poing

La Région va investir 100 millions d'euros dans l'achat de 16 nouvelles rames à double niveau, entre 2021 et 2025.
Grande Région 2 min. 27.08.2019

Le patron des TER lorrains tape du poing

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
En visite en Moselle, ce mardi, le Président de la Région Grand Est a rappelé à la SCNF ses obligations de mieux gérer la circulation des liaisons transfrontalières.

Jean Rottner, de passage à Montigny-les-Metz ce mardi, ne s'est pas contenté de découvrir le site qui, en 2024, accueillera l'atelier de maintenance des TER circulant d'Épinal à Luxembourg. Le président de la Région Grand Est a aussi sérieusement sermonné les représentants de la SNCF. 

En effet, le président est las d'entendre quotidiennement les reproches des quelque 12.000 abonnés empruntant les rames TER pour passer la frontière. Pas un jour sans son incident, son retard, son problème pour des passagers légitimement demandeurs d'un service de meilleure qualité.


L'incident s'est déclaré vers 6h ce matin, bloquant de nombreux passagers.
Les TER repartent au ralenti vers le Luxembourg
En raison d'un engin en panne sur les voies, le trafic ferroviaire a été particulièrement perturbé sur le réseau dès 6h ce mardi matin. Le trafic reprend petit à petit.

C’est à l'opérateur -la SNCF donc- «de résoudre ce quotidien insupportable», pour reprendre les mots du président. Le Républicain Lorrain rapporte même qu'agacé par la situation, l'élu a bien rappelé que la Société nationale des chemins de fer français devait «trouver rapidement le chat noir qui sévit sur cette ligne».

Car, du côté de la Région Grand Est, le travail est fait. Aux heures de pointe, le cadencement des trains pour les salariés transfrontaliers a ainsi été multiplié par trois en quelques années, passant à un départ toutes les 10 minutes. Près de 90 millions vont être investis dans un nouveau centre de maintenance des TER.

Trop tardivement

Cet équipement, basé à Montigny-les-Metz, entrera en service dans cinq ans. Trop tardivement, grogneront certains, pour accélérer l'implantation du système de sécurité ERTMS sur l'ensemble des trains du réseau. 

De fait, il est désormais établi que de nombreuses liaisons TER stopperont à Thionville, à défaut de pouvoir circuler au Grand-Duché, à compter du 1er janvier 2020. Résultat: un transfert de quai à quai à prévoir pour les passagers. 

Il faut aussi compter sur l'augmentation du nombre de wagons en service. Encore insuffisant pour l'heure, le chiffre devrait grimper en... 2021. «La Région a signé un protocole de 100 millions d'euros pour le transfert de 16 rames double niveau, nouvelle génération, disposant de 1.000 places assises» pour la seule ligne Épinal-Luxembourg, a annoncé Jean Rottner.

Mais déjà, il est à prévoir que ces seules dépenses ne suffiront pas. De la bouche même du président régional, à l'horizon 2028, la fréquentation des lignes transfrontalières devrait passer de 8.000 à 23.000 usagers.



Sur le même sujet

À eux de vous faire préférer le train
Pour répondre à la croissance constante des frontaliers français travaillant au Luxembourg, comme de ses usagers, la SNCF entend doubler ses capacités d’ici 2026. Analyse des détails de sa stratégie.