Changer d'édition

Le P+R de Viville à nouveau remisé au placard
Grande Région 2 min. 07.06.2021

Le P+R de Viville à nouveau remisé au placard

Option favorite du Grand-Duché, la création d'un P+R à Viville ne constitue pas une priorité pour le gouvernement fédéral belge, a confirmé une fois encore le nouveau ministre de la Mobilité.

Le P+R de Viville à nouveau remisé au placard

Option favorite du Grand-Duché, la création d'un P+R à Viville ne constitue pas une priorité pour le gouvernement fédéral belge, a confirmé une fois encore le nouveau ministre de la Mobilité.
Photo: Anouk Antony
Grande Région 2 min. 07.06.2021

Le P+R de Viville à nouveau remisé au placard

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Évoquée depuis 2014, la possibilité de créer un parking à destination des frontaliers belges sur les anciens ateliers de la SNCB a été rejetée par le nouveau ministre fédéral de la Mobilité. Un projet pourtant jugé prioritaire par le gouvernement du Grand-Duché.

Même bord politique, même portefeuille ministériel et même volonté de développer le rail comme solution de mobilité. Et pourtant, François Bausch (Déi Gréng) et Georges Gilkinet (Ecolo) ne s'accordent pas sur tout, comme l'illustre le désaccord autour du projet de P+R de Viville. Si le Luxembourgeois a encore réaffirmé en décembre dernier que l'aménagement des anciens ateliers de la SNCB constituait l'option favorite, le Belge défend une approche différente.


La SNCB ne voit pas l'intérêt actuel d'étendre le parking de la gare de Viville, en Belgique.
Le P+R de Viville reste l'option favorite du Luxembourg
Dans les limbes depuis 2014, le projet de P+R sur les anciens ateliers de la SNCB aux portes d'Arlon garde la préférence du Grand-Duché. Alors même que d'autres idées sont défendues par les élus wallons.

Présent la semaine dernière au Luxembourg pour évoquer la question du financement des travaux de la liaison Bruxelles-Luxembourg, Georges Gilkinet a livré les conclusions de la remise à plat effectuée du dossier, fermant la porte à tout espoir de mise en place rapide du projet. «On veut créer un endroit où mettre beaucoup de voitures, mais sans dessertes de trains en plus», avait indiqué le ministre fédéral de la Mobilité en jugeant que cela consistait à «prendre le problème à l'envers».

Une fin de non-recevoir qui n'est pas passée inaperçue en province de Luxembourg où plusieurs élus s'étonnent de ce choix. Notamment du fait qu'il se trouve en contradiction avec la position exprimée par le ministre wallon de la Mobilité, défenseur du projet. «Ce décalage entre le discours et la pratique est à déplorer, alors qu'une démarche volontariste en matière de gestion des transports est aujourd'hui inévitable», assure Anne-Catherine Goffinet (cdH), députée wallonne citée par nos confrères de La Meuse Luxembourg. Mélissa Hanus (PS), députée fédérale, va plus loin et pointe du doigt «un non-sens complet» puisque cette décision aura pour finalité de «mettre fin à un projet qui soutient l'augmentation de l'offre ferroviaire».

Repoussée à 2024, puis à 2026 par le précédent gouvernement fédéral, la réalisation d'un parking de 1.000 places avait été suspendue en raison des conclusions de l'analyse de la SNCB qui estimait que la construction d'un tel ensemble n'était pas nécessaire. Et ce, pour la simple et bonne raison que les capacités du P+R actuel de la gare de Viville étant jugées suffisantes puisque seule «une dizaine de navetteurs» utilisent le site pour le moment. Une donnée amenée potentiellement à évoluer puisque d'ici 2050, la Wallonie devrait connaître une croissance de 5,8% de sa population et le Luxembourg attirer un total de 131.210 nouveaux salariés, dont une partie de frontaliers belges, selon les estimations de l'Observatoire interrégional du marché de l'emploi.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que la création d'un vaste parking à destination des frontaliers avait été repoussée au-delà de 2026 par le dernier gouvernement fédéral, le nouveau ministre de la Mobilité annonce sa volonté d'échanger avec François Bausch sur la faisabilité de ce projet évoqué depuis 2014.
Bahnhof Gouvy - erste Bahnstation in Richtung L¸ttich/LiËge in Belgien nach Ulflingen. Der Zug ist eine "automotrice" der SNCB der Serie "Desirio 08" / Foto: Armand WAGNER
Le projet de vaste parking aux portes d'Arlon n'est pas encore près de sortir de terre. Pour le ministre de la Mobilité, les premières avancées dans ce dossier ne seront envisageables qu'après 2026, après la fin des travaux sur la ligne 162 qui relie Namur à la frontière luxembourgeoise.
une nouvelle mobilisation en faveur du Park & Ride de Viville et du départ direct des trains, de cette gare, vers le Luxembourg. Lundi, Ecolo a organisé une opération symbolique en gare de Viville.
La création d’un vaste P+R à Arlon-Viville, est à nouveau reportée côté belge. La SNCB n’en fait pas une de ses priorités pour les années 2020-23.
Park & Ride P&R Rodange - 24.03.2016 - © claude piscitelli