Changer d'édition

Le Luxembourg a choisi son consul pour le Grand Est
Grande Région 4 min. 25.11.2020

Le Luxembourg a choisi son consul pour le Grand Est

A 49 ans, le natif de Dudelange endosse le costume de consul honoraire.

Le Luxembourg a choisi son consul pour le Grand Est

A 49 ans, le natif de Dudelange endosse le costume de consul honoraire.
Photo : DR
Grande Région 4 min. 25.11.2020

Le Luxembourg a choisi son consul pour le Grand Est

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Yves Wendling, médecin en Moselle et natif de Dudelange, vient de prêter serment. C'est lui désormais le 6ème consul honoraire représentant le Grand-Duché en France, plus spécialement dans les départements lorrains.

C'est fait, il a prêté serment. Mais que ce fut long pour Yves Wendling, 49 ans, de se voir gratifier du titre de consul du Luxembourg pour la région Grand Est. Plus de deux ans que sa candidature circule ainsi d'administrations en ministère, d'un côté de la frontière à l'autre, de la Tour Eiffel à la Gëlle Fra mais, maintenant, il est bien le successeur de Jean-Claude Schwartz qui a occupé cette fonction pendant 35 ans.

Consul de Luxembourg, en quoi consiste ce poste?

Yves Wendling : «Le Grand-Duché dispose en France non seulement d'une ambassadrice basée à Paris, Martine Schommer, mais aussi de six consuls honoraires. Notre rôle revient d'abord à aider tout citoyen luxembourgeois qui se retrouverait en difficulté en France, et pour moi plus particulièrement sur le Grand Est (Ardennes, Champagne, Lorraine, mais pas Alsace).

Un autre volet de la mission consiste à défendre localement les intérêts du Luxembourg et ses entreprises. Enfin, je suis reconnu comme interlocuteur auprès des autorités locales françaises pour traiter des sujets qui intéressent la vie de nos deux Etats

Aviez-vous une prédisposition particulière pour cette fonction de consul honoraire?

«Mes origines ont dû jouer en ma faveur. Même si je suis médecin à Fameck (près de Thionville), je suis né à Dudelange d'une maman purement luxembourgeoise et d'un père originaire d'Audun-le-Tiche. Donc je connais bien cette réalité frontalière. J'ai eu ces dernières années des engagements politiques qui m'ont aussi permis de m'intéresser aux relations que nous devons entretenir entre pays et citoyens voisins d'une même Grande Région.


ITW Ambassadeur de France Bruno Perdu à l’occasion du 14 Juillet
«La France doit un immense merci au Luxembourg»
L'épisode covid-19 aura marqué une nouvelle étape dans les relations entre l'Hexagone et le Grand-Duché. A l'occasion du 14 Juillet, l'ambassadeur de France revient sur cette nécessité de poursuivre une collaboration fructueuse pour les deux pays.

Mais avant d'être officialisé, il a fallu postuler. Déposer un CV, discuter avec l'ambassadrice à Paris, voir si le Quai d'Orsay côté français et le ministère des Affaires étrangères à Luxembourg soutenait ma candidature et attendre, enfin, la signature de la nomination par le Grand-Duc.

Maintenant, au travail...

«Et il ne manque pas. Mais j'arrive à un instant où les relations entre France et Luxembourg n'ont jamais été aussi bonnes. L'aide procurée lors de la première vague avec l'accueil de malades du covid dans les hôpitaux luxembourgeois a été un geste fort. Et les liens entre Xavier Bettel et Emmanuel Macron sont une réalité qui compte pour ce territoire. Mais je sais que les dossiers sont là : celui de la mobilité, celui de la formation et de l'emploi.


Leute Menschen Arbeiten Gewerkschaft zusammen verschieden viele divers (Shutterstock)
Le travail entre les mains de 73% de non-Luxembourgeois
Les résidents luxembourgeois ne constituent que 26% de la population active au Grand-Duché. Plutôt «cols blancs», ils sont «surreprésentés dans les secteurs les plus rémunérateurs», indique la dernière étude du Statec.

J'entends qu'il manque beaucoup de médecins, d'infirmières, d'aide-soignants dans les deux pays, alors s'il faut activer un lieu de formation je le ferai. Il y a un dossier qui se monte à Micheville, près de Belval, ce peut-être une solution. Mais ce n'est pas la seule profession sur laquelle France et Luxembourg peuvent adopter une stratégie de formation, d'embauches.

Il y a aussi la question de la réciprocité fiscale qui remonte à la surface. Quel est votre avis?

"Ma position est celle de l'Etat luxembourgeois : pas question. En Europe, la règle est que l'impôt sur le revenu revient au pays sur lequel l'activité est pratiquée, donc pour les frontaliers français au Luxembourg. A ceux qui pestent sur le fait que leurs concitoyens ne payent pas cet impôt en France, je ferai remarquer que cette population qui vient travailler au Grand-Duché rapporte et dépense aussi plus d'argent en France. Cela amène des recettes de TVA ou d'impôts locaux supplémentaires. 

Je suis persuadé qu'il vaut mieux poursuivre sur la voie des cofinancements de projets utiles de part et d'autre. A l'exemple du parking qui se construit aux abords de l'A31 à Thionville ou des aménagements de quai de gare (pour accueillir des TER plus longs et à meilleur cadencement) ou encore ces lignes de bus que l'on doit développer encore. Car parmi les 107.000 frontaliers français tous ne travaillent pas à la capitale ou près d'une gare, il faut donc étendre la couverture vers et depuis ces zones où les emplois se créent. Régler cette question de la mobilité, via l'autoroute et d'autres modes est primordial".

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le bus préféré au rail entre Esch et Audun
La future liaison en tram rapide entre Luxembourg et Esch-sur-Alzette sera prolongée par une connexion en autocar vers Audun-le-Tiche et le futur quartier de Micheville. Oui, mais quand?
16.10. Esch / Alzette / Gare , Bahnhof , CFL / TICE  Foto:Guy Jallay
Le tiers payant pour tous en 2023
La mise en place, l'an prochain, d'une appli à destination des affiliés à la Caisse nationale de santé est le premier pas qui permettra bientôt à chaque assuré de ne plus avoir à avancer ses frais médicaux.
lokales
Longwy doit jouer sa carte auprès du Luxembourg
Le maire de Longwy sait combien la proximité entre la «Cité des émaux» et le Grand-Duché sera un des atouts pour les années à venir. Elle a désormais les moyens d'accueillir plus de navetteurs et leur offrir un quotidien agréable.
online.fr, Langich, Longwy, Tourismus, Sommerserie, Bürgermeister Jean-Marc Fournel,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Ne plus être à dix pour parler avec le Luxembourg»
Réélu en juin dernier, Pierre Cuny ambitionne de mettre en place «un développement harmonieux» entre les territoires français et luxembourgeois. Et pour cela, le maire de Thionville souhaite mettre l'accent sur les «synergies», notamment en matière de fiscalité.
Thionville, Diedenhofen, Pierre Cuny, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
«Metz n'a pas à demander de réparations au Luxembourg»
Le nouveau maire de la capitale lorraine ne veut plus entendre parler de rétrocession du Grand-Duché vers les communes lorraines. Par contre, François Grosdidier entend que le dialogue s'instaure sur les dossiers de la mobilité et de la formation.
Metz, Bürgermeister, François Grosdidier, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort