Changer d'édition

Le Grand Est a bien souffert d'une surmortalité
Grande Région 3 min. 21.07.2020

Le Grand Est a bien souffert d'une surmortalité

La surmortalité a plus fortement touché les personnes de plus de 80 ans dans la région Grand Est, au début de la crise.

Le Grand Est a bien souffert d'une surmortalité

La surmortalité a plus fortement touché les personnes de plus de 80 ans dans la région Grand Est, au début de la crise.
Photo : AFP
Grande Région 3 min. 21.07.2020

Le Grand Est a bien souffert d'une surmortalité

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La région a enregistré 48% de décès en plus sur la période allant de mars à mai 2020, par rapport aux données des cinq dernières années. En Lorraine, la Moselle et les Vosges ont visiblement payé un lourd tribut à l'épidémie de covid-19.

Il fallait s'y attendre, mais la nouvelle n'a rien de réconfortant. Longtemps, le Grand Est a été considéré comme l'un des foyers viraux les plus virulents, au démarrage de la crise covid. Et l'Institut national de la statistique français (INSEE) vient de traduire en chiffres ce qui était pressenti: du 2 mars au 10 mai, la région figurait à la deuxième place des territoires enregistrant la plus forte surmortalité, par rapport aux années passées. Lorraine, Alsace-Champagne-Ardennes réunies se voyant «privées» de la plus haute marche de ce sinistre podium par la seule Ile-de-France, deux fois plus peuplée. 

Les chiffres font frémir : 15.240 décès enregistrés sur les deux mois de référence, contre 10.300 en moyenne pour la même période entre 2015 et 2019. A scruter la situation par département, les analystes notent au passage que cette envolée du nombre de morts varie très fortement d’une zone à l’autre, avec un rapport de un à quinze entre les Ardennes (+7 %) et le Haut-Rhin (+ 113 %)... Haut-Rhin qui, sur les deux mois étudiés est l’unique département où le nombre de décès est multiplié par plus de deux. Le territoire autour de Mulhouse restant, jusqu'à mi-avril, la partie de l'Hexagone connaissant la plus forte surmortalité. 

Illustration : INSEE

Propagation incontrôlée du coronavirus oblige, avant que les mesures de confinement ne fassent leur effet, le reste de la région a lui aussi enregistré son lot de fin de vie en abondance : + 58% pour le Bas-Rhin et les Vosges, + 47% pour la Moselle, la Meurthe-et-Moselle (et plus particulièrement autour de Nancy) étant touchée dans une moindre mesure.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Tout le Nord lorrain en alerte sécheresse
La préfecture a placé vendredi le département de la Moselle en niveau d'alerte à la sécheresse, déclenchant des mesures de restriction des usages de l'eau. Depuis quelques jours, la Meurthe-et-Moselle avait déjà pris cette mesure.
11.05.11 Trockenheit , Felder ausgetrocknet,Risse,Bodentrockenheit .Foto:Gerry Huberty
L'épidémie emporte des milliers d'emplois en Europe
La pandémie de coronavirus a fait vaciller des pans entiers de l'économie européenne, compris parmi de grands noms de l'industrie ou des services. Alors que la relance est au cœur du sommet des dirigeants des 27, vendredi à Bruxelles, le point sur cette vague de suppressions d'emplois massive.
An employee works on a truck assembly line at a factory in Fuyang in China's eastern Anhui province on July 16, 2020. - China's economy returned to growth in the second quarter, rebounding more strongly than expected from a historic contraction caused by the coronavirus outbreak, official data showed on July 16. (Photo by STR / AFP) / China OUT
Le haut-fourneau d'Uckange en compétition
Le site de Moselle croit en ses chances alors que son vestige de la sidérurgie a été choisi pour représenter le Grand Est dans l'émission de France 3, "Le Monument préféré des Français"
L'avenir de Micheville se joue maintenant
A compter de vendredi, architectes et promoteurs sont attendus pour avancer leurs idées pour aménager une partie de la friche industrielle sise entre Villerupt, Audun-le-Tiche et Belval. Dans un premier temps, il est question d'établir 200 logements, un centre d'affaires, une résidence étudiante et un pôle de transports en commun.
Le covid-19 n'a guère joué sur la mortalité
Depuis le début de l'épidémie au Luxembourg, seul le mois d'avril a enregistré une surmortalité modérée par rapport aux moyennes des années précédentes. Le Statec parle d'une centaine de décès supplémentaires, entre mi-mars et fin avril.
Flowers are laid on funeral urns in Pere Lachaise cemetery, in Paris on June 7, 2020, as the cemeteries reopened from June 2, during the second phase of the easing of lockdown measures taken to curb the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. (Photo by FRANCOIS GUILLOT / AFP)
La mortalité en baisse au premier trimestre 2020
Voilà une statistique a priori surprenante. Alors que l'épidémie de coronavirus a déjà fauché 96 personnes au Luxembourg, le nombre total de décès enregistrés entre le 1er janvier et le 31 mars est moindre qu'en 2019 et 2018 pour la même période. La tendance s'inverse toutefois après le 15 mars.