Changer d'édition

Le dossier A31bis en suspens jusqu'en 2021
Grande Région 5 min. 26.06.2019

Le dossier A31bis en suspens jusqu'en 2021

Le dossier A31bis en suspens jusqu'en 2021

Photo: Lex Kleren
Grande Région 5 min. 26.06.2019

Le dossier A31bis en suspens jusqu'en 2021

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Après cinq mois de concertations publiques, le ministère de la Transition écologique et solidaire français a fait part de ses conclusions concernant l'A31bis. Si le dossier avance doucement, il faudra tout de même se montrer encore un peu patients.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire français a révélé mi-juin, ses conclusions relatives aux concertations publiques ayant eu lieu depuis novembre 2018 sur le dossier A31bis.


A31 bis: "Un projet déjà obsolète, daté, dépassé"
Voilà un débat qui promettait d'être animé; et qui n'a pas déçu. Ce mardi 13 novembre au soir, une première réunion publique concernant le projet de l'A31 bis, qui doit traverser du nord au sud l'axe mosellan entre Nancy et Luxembourg, avait lieu dans le centre des Congrès de Metz. Nous y étions.

Un document de plus de 80 pages, dans lequel le maître d'ouvrage apporte des éléments de réponse aux différentes interrogations soumises par les habitants des communes concernées par ce chantier; sans toutefois en dire trop.

Ainsi, nous retrouvons, sans surprise, les mêmes interrogations qu'en février dernier lors du bilan des concertations publiques. Cinq points importants sont à retenir.

Deux tracés sur quatre validés

Initialement portés à quatre, il ne reste désormais plus que deux possibilités de contournement de la ville de Thionville. Les tracés F3 et F3 bis n'ont ainsi pas été retenus.

Reste à trancher entre le F4, qui traverse Florange, à l'ouest de Thionville et desservirait les vallées de l'Orne et de la Fensch, et le F10, qui passe par le port d'Illange et contourne Thionville par le sud, permettant de délester la circulation de la ville, mais sans desservir les vallées de l'Orne et de la Fensch, qui sont aussi des pôles d'attractivité économique.

La question du domaine de Bétange, classé monument historique, se pose toujours du côté de Florange: tous les tracés passent en effet à proximité du château et mordent dans la zone de protection, soit à moins de 500 mètres du domaine, dont le parc de 65 hectares abrite une biodiversité reconnue.

Sur ce sujet, le maître d’ouvrage a confirmé que le château de Bétange a bien été identifié parmi les enjeux du secteur: «Il sera nécessaire de trouver des mesures d’atténuation afin de limiter l’impact sur le patrimoine et les riverains».

Un péage «nécessaire»

La question du péage entre Thionville et Luxembourg a fortement mobilisé les foules durant ces quelques mois de concertation. Les habitants des villages environnants craignent un délestage important sur le réseau secondaire, qui deviendrait vite surchargé. Nombre de ces habitants se sentent également lésés à l'idée d'un péage visant les navetteurs frontaliers alors qu'eux ne fréquentent l'autoroute qu'occasionnellement.


Contrairement à la plupart des autoroutes françaises, le trafic le long de l’A31 ne cesse d’augmenter, en raison principalement de l’effet d’attraction des grands pôles urbains du secteur.
A31: un péage «free flow» devient urgent
Le rapport Duron a été remis ce jeudi à la ministre des Transports française, Élisabeth Borne. Y figurent un projet de péage «free flow» - c'est-à-dire sans barrière - pour l'A31 déjà existante et quelques détails sur le projet d'A31bis qui devrait voir le jour.

Mais «la mise à péage est une condition nécessaire pour permettre de garantir la réalisation du projet A31bis sur le secteur Nord dans des délais maîtrisés», explique le maître d'ouvrage dans son rapport, tout en expliquant que c'est le concept de péage «free flow» qui a été retenu pour cette route, afin d'éviter des ralentissements supplémentaires.

Quant au délestage sur les routes secondaires, le rapport précise que «le projet A31bis augmente la capacité routière entre Richemont et le Luxembourg et permettra donc d’éviter cette situation de congestion à venir sur l’A31 et sur le réseau secondaire. Les usagers auront le choix entre le péage sur l’autoroute et les routes départementales gratuites mais avec un temps de trajet plus long et donc une moindre attractivité par rapport à l’autoroute payante».

Pas de taxe pour les poids lourds

L'idée d'une taxe pour les poids lourds a été, en revanche, balayée d'un revers de la main. Un tel dispositif d'écotaxe est en effet soumis à une directive européenne et ne pourrait «couvrir que les frais afférents à la seule circulation des poids lourds et ne pourrait donc pas financer la totalité d'un projet», précise le rapport.

Une troisième voie potentiellement pour les bus

Alors que les villages du secteur entre Thionville et la frontière luxembourgeoise notamment, sont déjà saturés de véhicules en stationnement par manque d'aires de covoiturage, un «possible développement du covoiturage voire un développement des transports en commun sur certaines sections aux heures de pointe», a été évoqué dans le rapport.

«Le covoiturage est aussi intégré dans les projets, avec 10 millions d’euros prévus par le Luxembourg pour le développement de parking relais pour les cars et le covoiturage», précise ainsi le maître d'ouvrage.

Outre le Luxembourg, Metz Métropole s'est également montrée intéressée quant à ce projet, et souhaite lancer «une étude partenariale d'opportunité et de développement du covoiturage et des transports en commun».

Pas de travaux avant 2023

Après publication de ces conclusions, plusieurs études, d'impact environnemental notamment, vont être menées et ce jusqu'en 2021. Un premier dossier d'enquête publique, préalable aux procédures de déclaration d'utilité publique, sera alors constitué.


L'A31, axe le plus fréquenté d'Europe avec 500.000 voitures et 6.000 camions par jour.
L'A31 bis avec un tunnel et pas avant 2032?
Deux tracés sont privilégiés pour délester l'A31, dont l'un comprendrait la création d'un ouvrage d'art voué à éviter de diviser la commune de Florange. Par contre, il devrait s'écouler 12 ans minimum entre la prise de décision et la mise en service, selon le bilan des concertations publiques présenté lundi soir à Thionville.

A la suite de cette déclaration, un appel d'offres sera émis afin de sélectionner un concessionnaire qui devra réaliser les études projets de conception détaillée. «Les travaux pourront être initiés à l’issue de ces études et du recrutement des entreprises, et pourront s’échelonner à partir de 2023 jusqu’en 2032», explique le maître d'ouvrage.

Sur le secteur Nord, concernant Thionville, les travaux seront réalisés «en une seule phase sous le pilotage du concessionnaire».

Pour rappel, cet axe nord-sud, le plus fréquenté d'Europe, voit passer chaque jour plus de 500.000 automobilistes et près de 6.000 camions.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'A31 bis avec un tunnel et pas avant 2032?
Deux tracés sont privilégiés pour délester l'A31, dont l'un comprendrait la création d'un ouvrage d'art voué à éviter de diviser la commune de Florange. Par contre, il devrait s'écouler 12 ans minimum entre la prise de décision et la mise en service, selon le bilan des concertations publiques présenté lundi soir à Thionville.
L'A31, axe le plus fréquenté d'Europe avec 500.000 voitures et 6.000 camions par jour.
A31 bis: "Un projet déjà obsolète, daté, dépassé"
Voilà un débat qui promettait d'être animé; et qui n'a pas déçu. Ce mardi 13 novembre au soir, une première réunion publique concernant le projet de l'A31 bis, qui doit traverser du nord au sud l'axe mosellan entre Nancy et Luxembourg, avait lieu dans le centre des Congrès de Metz. Nous y étions.
A31: un péage «free flow» devient urgent
Le rapport Duron a été remis ce jeudi à la ministre des Transports française, Élisabeth Borne. Y figurent un projet de péage «free flow» - c'est-à-dire sans barrière - pour l'A31 déjà existante et quelques détails sur le projet d'A31bis qui devrait voir le jour.
Contrairement à la plupart des autoroutes françaises, le trafic le long de l’A31 ne cesse d’augmenter, en raison principalement de l’effet d’attraction des grands pôles urbains du secteur.