Changer d'édition

«Le couvre-feu à 18h risque de s'avérer insuffisant»
Grande Région 2 min. 30.12.2020

«Le couvre-feu à 18h risque de s'avérer insuffisant»

Pour les élus de la région Grand Est, les annonces réalisées mardi soir par Olivier Véran, ministre de la Santé, ne répondent pas aux besoins des territoires où est actif le virus.

«Le couvre-feu à 18h risque de s'avérer insuffisant»

Pour les élus de la région Grand Est, les annonces réalisées mardi soir par Olivier Véran, ministre de la Santé, ne répondent pas aux besoins des territoires où est actif le virus.
Photo: AFP
Grande Région 2 min. 30.12.2020

«Le couvre-feu à 18h risque de s'avérer insuffisant»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Au lendemain de l'annonce du renforcement des mesures sanitaires dans 20 départements français, dont neuf situés dans le Grand Est, les élus se montrent dubitatifs, estimant qu'il s'agit d'un geste plus symbolique que réellement efficace.

Pour lutter contre la circulation rapide du covid-19 dans l'Est de la France, le gouvernement aura donc opté pour une mesure inédite. Celle d'un couvre-feu avancé dans les 20 départements les plus touchés. Une liste où figurent neuf départements de la région Grand Est. Applicable à compter du 2 janvier prochain, la mesure devrait durer «le temps nécessaire», indiquait mardi soir Olivier Véran, ministre français de la Santé.

Sauf que cette décision, prise à Paris, est loin de faire l'unanimité au sein des élus concernés. Notamment lorrains, les quatre départements étant tous soumis à la future mesure. Partisan d'un confinement local, Mathieu Klein (PS), juge que «le couvre-feu est une mesure tardive qui risque de s'avérer insuffisante». Interrogé par nos  confrères de France Bleu Lorraine Sud, le maire de Nancy déplore notamment le manque de concertation et réitère ses craintes quant aux effets réels du dispositif. «Sans effets rapides (...), la question d'un confinement se posera à nouveau», assure-t-il. 

Mêmes interrogations pour François Grosdidier (LR) qui estime que la décision du gouvernement sert avant tout au gouvernement «à se donner bonne conscience». Sollicité par CNews, le maire de Metz juge que «si les urgences sont réellement saturées, il faut reconfiner localement». A savoir «un vrai confinement (...) où les gens ne vont pas travailler mais font du télétravail et où les collégiens et les lycéens restent à la maison».

De son côté, Jean Rottner (LR), président de la région Grand Est, ne cache pas sa déception quant aux annonces réalisées. Partisan d'un reconfinement local «bref, efficace» et d'une politique sanitaire qui «prend les devants», le médecin urgentiste de formation évoque sur France Bleu Alsace «une position attentiste» du gouvernement qui «essaie de voir comment évolue l'épidémie».

Diplomate, le président de la région Grand Est fait tout de même état d'«un signal que tente de donner le gouvernement», qualifié dans la foulée de «symbole». Dans un message posté sur Twitter, Jean Rottner se veut toutefois optimiste en faisant référence à de «premières courbes post 'fêtes de Noël' (...) plutôt encourageantes».

A noter que les échanges entre les élus locaux et les préfets se poursuivent ce mercredi matin. La situation sanitaire dans les départements concernés par le renforcement du couvre-feu sera détaillée dans l'après-midi. A voir si un accord aura été trouvé en matière de vaccination, les maires de Nancy et Metz plaidant par exemple pour que les doses soient administrées en priorité dans les territoires les plus impactés, stratégie pour l'heure non prévue par le ministère de la Santé.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Vers un couvre-feu avancé à 18h dans le Grand Est
Pour contenir l'épidémie de covid-19, le gouvernement français prévoit des mesures supplémentaires là où le virus circule rapidement. Des décisions applicables dès le 2 janvier après concertation avec les élus, préfets et agences régionales de santé.
People walk through the almost deserted shopping high street in Leipzig, eastern Germany on December 14, 2020 amidst the ongoing novel coronavirus / Covid-19 pandemic. - The federal eastern state of Saxony is the first federal state in Germany to go into a hard lockdown, with the rest of the country to follow on Wednesday, December 16, 2020, with non-essential shops and schools to close, as Europe's biggest economy battles to halt an "exponential growth" in coronavirus infections. (Photo by JENS SCHLUETER / AFP)
L'ombre d'un reconfinement plane sur le Grand Est
Face à la recrudescence des nouvelles infections au covid-19 observée côté français, certains décideurs lorrains plaident pour «une action rapide» et la mise en place de nouvelles mesures pour éviter une saturation des services hospitaliers.
Nancy,Mairie, Gemeindehaus, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort