Changer d'édition

Le climat dans les livres de classe
Grande Région 1 3 min. 12.09.2019

Le climat dans les livres de classe

Deux jeunes étudiantes belges veulent que l'urgence climatique figure au programme dans les écoles du pays.

Le climat dans les livres de classe

Deux jeunes étudiantes belges veulent que l'urgence climatique figure au programme dans les écoles du pays.
Photo: Shutterstock
Grande Région 1 3 min. 12.09.2019

Le climat dans les livres de classe

En Belgique, de jeunes activistes demandent que l’urgence climatique soit au programme de l’enseignement secondaire.

Par Max Helleff (Bruxelles)

Elles sont devenues en quelques mois les icônes de toute une jeunesse en croisade contre les atteintes faites à l’environnement. A 18 ans, Adélaïde Charlier et Anuna De Wever sont les figures de proue du mouvement «Youth for Climate» qui a contribué à mettre chaque mardi des dizaines de milliers de jeunes dans les rues des villes belges, répondant en cela à l’appel lancé par la Suédoise Greta Thunberg.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

A la faveur de la rentrée scolaire, Adélaïde Charlier et Anuna De Wever, la Wallonne et la Flamande, se tournent cette fois vers le monde belge de l’enseignement et lui demandent d’inscrire à son programme l'urgence climatique.

500 écoles alertées

«Mesdames, Messieurs les enseignants, nous avons besoin de vous», peut-on lire dans un communiqué envoyé à l’agence Belga. Parlez-nous de notre planète, informez-nous de son état et de l'impact que cela a et aura sur nous. Ne laissez pas les jeunes s'endormir sur les bancs de cette ignorance-là», plaident les deux jeunes femmes.

Une lettre a été envoyée à 500 écoles de la Communauté française ainsi qu'à la toujours ministre de l’Enseignement Marie-Martine Schyns – le casting du nouveau gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles n'est dévoilé que ce vendredi. Adélaïde Charlier et Anuna De Wever y demandent que les enseignants organisent «un semestre d'informations et d'actions» autour de l'urgence climatique entre septembre et décembre prochain.

Information «verte»

Sans surprise, elles espèrent profiter du large écho médiatique qui sera donné successivement au sommet des Nations Unies sur le Climat à New York à la fin de ce mois et à la COP 25 qui se déroulera en décembre au Chili.

La jeune Suédoise Greta Thunberg a réussi à mobiliser des millions d'enfants pour alerter sur l'urgence de la situation.
La jeune Suédoise Greta Thunberg a réussi à mobiliser des millions d'enfants pour alerter sur l'urgence de la situation.
Photo: AFP

La problématique environnementale et climatique n’est abordée aujourd’hui qu’à la marge dans l’enseignement, lequel dépend des Communautés et de l’inspiration des partis politiques au pouvoir. L’information «verte» distribuée aux élèves est souvent fonction de la volonté ou non des directions des écoles et de leurs enseignants. Des sites pédagogiques sont toutefois mis à disposition par les autorités publiques.

Ecolo en soutien

Au registre «Sciences», la réforme de l’enseignement francophone (le «Pacte d’excellence») prévoit toutefois d’enseigner aux élèves de première secondaire (12-13 ans) ce que sont les déchets «biodégradables et non biodégradables» ainsi que le «cycle de vie d’un objet de consommation».

Reste à voir dans quelle mesure la demande de «Youth for Climate» trouvera l’oreille des nouveaux gouvernements. Côté francophone, un appui pourrait être apporté par Ecolo qui fera partie des coalitions composant les gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles au cours des cinq années à venir.

«Jeunes qui brossent les cours» 

En Flandre, en revanche, la N-VA de Bart De Wever qui s’active à former le prochain gouvernement régional, a pris fait et cause ces dernières années pour le milieu de l’industrie, défendant notamment bec et ongles le recours au nucléaire.

Bart De Wever ne cache pas le peu de considération qu'il accorde aux manifestations pour le climat organisées par les jeunes en Belgique.
Bart De Wever ne cache pas le peu de considération qu'il accorde aux manifestations pour le climat organisées par les jeunes en Belgique.
Photo: Belga

Bart De Wever n’a jamais caché par ailleurs le peu de considération que lui inspirent «ces jeunes qui brossent les cours» le mardi, au motif d’aller manifester pour le climat.

Troisième grève mondiale à venir

Précisons ici qu’il n’existe aucun lien de parenté entre Bart et Anuna, les deux De Wever, bien qu’ils soient nés tous les deux à Mortsel, en province d’Anvers.

Dimanche dernier, l'asbl Emergences, soutenue par la Coalition Climat et Adélaïde Charlier représentant le mouvement «Youth For Climate», a attiré quelque 2.000 personnes dans les rues de Bruxelles. Un tour de chauffe avant la troisième grève mondiale pour le climat prévue le 20 septembre prochain…

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«La jeunesse n'accepte pas l'inaction politique»
Alors que les étudiants luxembourgeois se lancent ce vendredi dans une troisième grève pour le climat, de multiples événements auront lieu tout au long de la semaine du 22 septembre. Avec une manifestation monstre prévue vendredi prochain. Explications.
Klima Demo, Schüler demonstrieren für eine bessere Klimapolitik,  Place de l'Europe, Foto: Guy Wolff/Luxemburg
Nouvelle manifestation pour le climat à la rentrée
Après avoir remis un rapport complet de 40 pages comprenant des demandes et propositions concrètes pour sauver le climat, les étudiants de «Youth for Climate» ont annoncé une nouvelle mobilisation dans les rues de la capitale le 20 septembre prochain.
Klima Demo, Schüler demonstrieren für eine bessere Klimapolitik,  Place de l'Europe, Foto: Guy Wolff/Luxemburg
«Nous voulons simplement faire bouger les choses»
Cyril, Thaïs et Zélie font partie des milliers de jeunes qui ont défilé pour le climat dans les rues de Luxembourg, il y a tout juste un mois. Un combat loin d'être terminé pour les lycéens, qui restent mobilisés et envisagent l'avenir.
online.fr, Sophie Wiessler im Gespräch mit   Cyril de Waha, Thaïs Lasar,  Zélie Guisset,  jeunes pour le climat au Luxembourg, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort