Changer d'édition

La Sarre se méfie de la région Grand Est
Grande Région 2 min. 11.03.2020

La Sarre se méfie de la région Grand Est

Pour l'heure, la circulation reste ouverte entre le land de Sarre et le département voisin de la Moselle.

La Sarre se méfie de la région Grand Est

Pour l'heure, la circulation reste ouverte entre le land de Sarre et le département voisin de la Moselle.
Photo: Shutterstock
Grande Région 2 min. 11.03.2020

La Sarre se méfie de la région Grand Est

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le land allemand a fait le choix de classer les quatre départements lorrains, mais aussi l'Alsace, la Champagne-Ardenne comme «zones à risques» pour les déplacements de ses concitoyens.

A l'heure où un cinquième décès en lien avec le covid-19 a été signalé sur la région Grand Est, la Sarre se montre préoccupée. Du coup, au même titre que certaines zones d'Italie, de Chine, de Corée du Sud ou d'Iran, les autorités viennent de classifier le territoire voisin comme «zone à risques». Autrement dit, elle met en garde ses 990.000 habitants à limiter leurs contacts avec des personnes venant de Lorraine, Alsace, Champagne-Ardenne, voire à limiter leurs déplacements dans ces parties de l'Hexagone.

Il est vrai que l'épidémie de coronavirus a eu tendance à s'accélérer côté français, et particulièrement aux abords de la frontière entre Sarre et Hexagone. A elle seule, la région Grand Est déplore officiellement cinq morts mais un nombre de personnes placées en confinement allant crescendo. De quoi lui valoir le titre, ce mercredi, de «région de France la plus infectée»...


04.03.2020, Baden-Württemberg, Stuttgart: Röhrchen für einen Test auf das Virus SARS-CoV-2 liegen kurz bevor die Corona-Ambulanz des Klinikums Stuttgart im Katharinenhospital öffnet auf einem Tisch. In der Corona-Ambulanz können sich Patienten testen lassen. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Un travailleur frontalier de la clinique Bohler infecté
Un premier cas de Covid-19 a été signalé auprès d'un résident français travaillant à la clinique Dr. Bohler au Kirchberg. L'Inspection sanitaire luxembourgeoise enquête pour identifier les personnes qui ont été en contact avec le porteur du virus.

Au 10 mars, 460 sujets avaient été mis à l'isolement. Mais si l'institut Robert Koch a décidé d'élargir la carte de ses zones à risques, son choix est principalement motivé par la situation défavorable subie en Moselle, département géographiquement en contact avec la Sarre et dont sont originaires la plupart des 15.000 salariés français travaillant entre Merzig et Sarrebruck.

Sur ce seul département de la Moselle, 47 habitants sont actuellement à l'isolement et un mort des suites de l'infection pulmonaire a été confirmé. Juste à proximité, l'Alsace figure elle parmi les points d'infection les plus vifs de tout le pays, ce qui là peut justifier un peu plus le choix allemand. En tout, Haut-Rhin et Bas-Rhin ont déjà enregistré trois décès et placé 364 hommes et femmes en quarantaine.

Côté Luxembourg

Qu'en sera-t-il dans les heures à venir pour le Grand-Duché? Pour l'heure, en Europe, le ministère de la Santé luxembourgeois limite ses zones à risques à deux départements français (Oise et Haut-Rhin), deux lands allemands (Nordrhein-Westfalen et Baden-Württemberg) et cinq régions italiennes (Lombardie, Vénétie, Emilie-Romagne, Piémont et Sud-Tyrol).