Changer d'édition

La police met la main sur 42 kg d'héroïne en Moselle
Grande Région 16.12.2020 Cet article est archivé

La police met la main sur 42 kg d'héroïne en Moselle

Cannabis, marijuana et khat sont de loin les drogues les plus saisies au Luxembourg. Même si 2019 a marqué des prises records d'héroïne.

La police met la main sur 42 kg d'héroïne en Moselle

Cannabis, marijuana et khat sont de loin les drogues les plus saisies au Luxembourg. Même si 2019 a marqué des prises records d'héroïne.
Grande Région 16.12.2020 Cet article est archivé

La police met la main sur 42 kg d'héroïne en Moselle

La prise effectuée à Hayange correspond à près de 10% de la totalité de l'héroïne saisie en France cette année. Le trafiquant se ravitaillait aux Pays-Bas, mais ses communications ont pu être décryptées par les enquêteurs.

(AFP) - Un individu de 32 ans qui écoulait en France des drogues dures a été interpellé, mis en examen et écroué après que la police a découvert 42 kilos d'héroïne à son domicile, à Hayange. Mais outre l'héroïne, 4 kilos de cocaïne, 17 kilos de produits destinés à couper la drogue, 115.000 euros en liquide, 4 véhicules et un pistolet automatique ont également été saisis dans le logement du trafiquant.

Cette opération, menée par la brigade de recherches de Thionville et la section de recherches de Metz, a été rendue possible par le «crackage des codes par la gendarmerie nationale» de l'application de télécommunication cryptée néerlandaise Encrochat, a expliqué le procureur de la République de Thionville, Brice Partouche.

Les autorités ont ainsi pu «prendre connaissance du contenu de cette messagerie», ce qui a permis depuis juin 2020 des vagues d'interpellations «dans un très grand nombre de dossiers».

En septembre, une opération menée aux Pays-Bas, en Belgique, en Espagne, en Hongrie et en Slovaquie après l'interception de communications sur Encrochat avait déjà permis l'arrestation de 17 personnes impliquées dans un réseau criminel de trafic de drogue.


Sur le même sujet

Fermetures de frontières et contrôles douaniers renforcés freinent l'entrée de stupéfiants au Grand-Duché. Pour les toxicomanes, l'état de manque risque de se faire plus fortement ressentir. Afin d'y répondre, de nouvelles pistes sont explorées auprès de certains toxicomanes.
Dans le but de lutter contre la présence, le trafic et l'abus de stupéfiants en milieu carcéral, un outil électronique de détection de substances a été présenté mardi au centre pénitentiaire de Luxembourg.
Présentation du dispositif IONSCAN 600
Le ministère de la Santé publie ce lundi son rapport national sur la consommation de drogues illicites. La baisse de consommation observée ces dernières années semble se confirmer.
Drugs Drogen Fixerstuff