Changer d'édition

La gratuité bientôt élargie aux lignes frontalières
Grande Région 2 min. 29.10.2021
Transports publics

La gratuité bientôt élargie aux lignes frontalières

Actuellement, le Luxembourg finance pour 14 millions d'euros des cars circulant entre Grand-Duché et Lorraine.
Transports publics

La gratuité bientôt élargie aux lignes frontalières

Actuellement, le Luxembourg finance pour 14 millions d'euros des cars circulant entre Grand-Duché et Lorraine.
Photo : Patrick Jacquemot
Grande Région 2 min. 29.10.2021
Transports publics

La gratuité bientôt élargie aux lignes frontalières

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Limitée au seul territoire luxembourgeois, la mesure permettant aux usagers de monter sans rien payer dans un transport public pourrait s'étendre au-delà du pays pour les usagers des bus circulant d'un pays à l'autre. Resterait juste à confirmer le rayon d'action de cette mesure.

Heureux les usagers des cars, trains et trams du Luxembourg. Ils sont les premiers citoyens à qui un pays a offert la gratuité de l'ensemble de ses moyens de transports publics. C'était en mars 2020. Mais il se pourrait bien que ce bénéfice grappille quelques kilomètres encore, à la plus grande joie des usagers frontaliers. La réponse est entre les mains du ministre de la Mobilité qui vient d'être interpellé sur le sujet par une de ses collègues de parti, la députée Chantal Gary (Déi Gréng).


Plus de passages de bus au P+R de Metzange
Les lignes 300 et 298 qui relient Thionville à Luxembourg vont changer mi-décembre. L'une dans son itinéraire, l'autre son cadencement.

Il est vrai que, depuis la dernière conférence intergouvernementale franco-luxembourgeoise, l'idée planait. Le Grand-Duché avait profité de l'occasion pour rappeler à son voisin qu'il mettait déjà 14 millions d'euros chaque année pour faire fonctionner ces liaisons. Par la voix de François Bausch, le Grand-Duché avait aussi confirmé son intention de mettre en place une ligne supplémentaire entre Esch-sur-Alzette et Audun-le-Tiche (voire même au-delà sur le Pays-Haut). Mais il était aussi question d'étendre «partiellement la gratuité des transports en bus exploités par la partie luxembourgeoise».

Et c'est sur ce point que la députée verte demande confirmation. Car, dans les débats menés le 19 octobre dernier, il a bien été question de porter cette gratuité «jusqu'à cinq kilomètres de la frontière» côté français. Mais avec cette limitation apportée dans le communiqué officiel signé par les deux Etats : «analyse en cours»...

Le 19 octobre dernier, les ministres des Transports français et luxembourgeois sont visiblement tombés d'accord. Mais sur quoi?
Le 19 octobre dernier, les ministres des Transports français et luxembourgeois sont visiblement tombés d'accord. Mais sur quoi?
Photo : Claude Piscitelli

Ce geste ferait baisser le prix de bien des billets ou des abonnements (40€/mois) actuellement achetés par les salariés lorrains qui empruntent ces cars. Une baisse de coût qui pourrait favoriser un peu plus encore l'intérêt pour ces liaisons et la fréquentation de ces lignes filant aussi bien vers Longwy, Villerupt, Audun, Cattenom, Thionville, Yutz ou Piennes.

Aux yeux de la députée, ces ristournes (quelques euros) seraient bienvenues car, dans certains cas, elles permettraient de compenser -en partie- les frais qu'ont certains passagers prenant ces bus depuis des P+R payants installés aux abords des communes citées. En rendant encore plus favorables les conditions d'accès, le Luxembourg pourrait voir une partie des automobilistes prendre leur véhicule personnel pour ces déplacements quotidiens.


Lok , Busse , RGTR  , Oeffentlicher Transport , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Un réseau de transport plus vert et interconnecté
Pour Chantal Gary (Déi Gréng), rapporteuse du projet de loi sur le financement du réseau de bus RGTR, il faut restructurer entièrement la mobilité dans le pays au lieu de mettre un «pansement sur chaque demande».

Un argument de poids pour l'élue écologiste qui encourage le ministre de la Mobilité à aller vers cette extension de gratuité qui permettrait, par ricochet, de non seulement alléger le trafic sur un réseau routier au bord de la saturation (1 bus plein = 50 autos en moins), diminuer la consommation d'énergie fossile et réduire les émissions polluantes. D'ailleurs, dans sa question parlementaire, la députée n'entend pas limiter cette bulle de gratuité au seul territoire français proche mais bien à l'ensemble des «pays voisins». Les navetteurs allemands ou belges peuvent donc aussi croiser les doigts en attendant la réponse du ministre Bausch...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Grand-Duché s'est engagé à verser cette enveloppe pour renforcer les liaisons ferroviaires entre la Moselle et le Luxembourg. Et cela passera notamment par la mise en place de trains à conduite semi-automatisée.
Monter dans bus, tram ou train sans débourser le moindre euro est devenu une réalité voilà tout juste un an. Une aubaine contrariée par la crise covid. Mais ce n'est que partie remise avant l'afflux des passagers, est persuadé le ministre de la Mobilité, François Bausch.
Lokales,Neue Tramlinie Bahnhof Gare.Öffentlicher Transport,Micro Trottoir,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Suite à l'accident de trains survenu mardi, le trafic ferroviaire reste suspendu entre le Luxembourg et Thionville. Aucun train ne circule et cette situation risque de perdurer jusqu'à ce week-end. Voici les différentes possibilités pour les frontaliers français qui doivent rentrer chez eux.
Des cars de substitution ont été mis en place mercredi afin d'acheminer les usagers des TER vers Thionville.