Changer d'édition

La Foire de Libramont attire les éleveurs luxembourgeois
Grande Région 3 min. 03.07.2019

La Foire de Libramont attire les éleveurs luxembourgeois

L’association luxembourgeoise des éleveurs de Blondes d’Aquitaine sera également représentée à la 85e Foire.

La Foire de Libramont attire les éleveurs luxembourgeois

L’association luxembourgeoise des éleveurs de Blondes d’Aquitaine sera également représentée à la 85e Foire.
Photo: LW
Grande Région 3 min. 03.07.2019

La Foire de Libramont attire les éleveurs luxembourgeois

Alors que la foire agricole d'Ettelbruck démarre ce vendredi et durera tout le week-end, la 85e édition de la Foire de Libramont, qui se déroulera fin juillet affiche quasiment complet. Plusieurs exposants luxembourgeois y seront.

La 85e Foire agricole et forestière se déclinera, comme toutes les années impaires, en six jours, du 26 au 29 juillet, sur le champ de foire, à Libramont, les 30 et 31 juillet, dans la forêt de Bertrix où se déroulera la 20e édition de Demo Forest. La surface d’exposition avoisine les 100.000 m2. A ce jour, elle affiche presque complet, avec 97 % des surfaces occupées.

«Les exposants continuent à nous faire confiance», se réjouit Caroline Willems, la directrice commerciale de la Foire. «780 sont déjà inscrits. Près de 25 % de ceux-ci proviennent à nouveau des pays limitrophes. Une douzaine de nationalités seront représentées en exposition directe. Après la Belgique, qui représente 82 % de l’ensemble, se classent, par ordre d’importance, la France, les Pays-Bas, le Grand-Duché, l’Allemagne mais également l’Italie, le Royaume-Uni, l’Irlande, la Pologne, l’Espagne, l’Autriche et la Suisse.»

Les organisateurs, convaincus que les grandes filières forêt, bois, construction, santé sont des filières stratégiques d’avenir ont choisi le thème «Qui construira nos villes demain?» «Nous faisons le lien entre la ville et la campagne, comme nous l’avions fait, lors de l’édition 2018, centrée sur «Qui nourrira nos villes demain?», indique Jean-François Piérard, le président de la Foire.

Les reproducteurs luxembourgeois «se vendent bien»

L’association luxembourgeoise des éleveurs de Blondes d’Aquitaine sera également représentée à la 85e Foire. «Nous participons à cet événement en Belgique depuis une quinzaine d’années», explique Jean-Marie Mangen, secrétaire de l’association. «La principale raison est commerciale. A Libramont, en effet, nos reproducteurs se vendent bien. Nous faisons connaître la race en mettant en évidence ses atouts, comme le poids et la bonne rentabilité sur base du rapport entre la viande et les os. La convivialité de l’événement nous pousse également à y retourner. Nous y rencontrons, chaque année, de nombreux visiteurs luxembourgeois. Les échanges de bons procédés avec les autres éleveurs, qu’ils soient belges, français ou néerlandais sont également très fructueux. A l’échelon européen, nous rencontrons tous les mêmes difficultés. Le prix de la viande, qui avoisine les quatre euros du kilo est, en effet, beaucoup trop bas alors que le coût de l’énergie et des aliments ne cesse d’augmenter. Ce prix de vente nous permet, à peine, de rentrer dans nos frais. La viande exportée d’Amérique du Sud, en particulier d’Argentine, commercialisée à 2,50 euros le kilo, entre en concurrence avec la nôtre.»

Cette année, c’est son frère, Henri Mangen, éleveur à Bertrange, qui présentera ses bovins en exposition dans le hall 2 du LEC (Libramont Exhibition & Congress). «Il arrivera le jeudi 25 juillet, la veille de l’ouverture, avec trois jeunes mâles et une vache avec son veau», poursuit-il.

«Ainsi, il aura suffisamment de temps pour les installer et ils ne seront pas trop stressés. Sur place, les animaux ont de l’eau et de la nourriture en libre service. S’il fait chaud, des ventilateurs sont prévus. Les organisateurs prennent chaque année des mesures pour assurer le bien-être des animaux.»

Pour l’heure, l’association luxembourgeoise, qui compte 25 éleveurs, se prépare à participer à la foire agricole d’Ettelbruck programmée du 5 au 7 juillet. «Cette foire est également importante pour nous dans le sens où elle nous met en contact avec des acheteurs potentiels mais aussi avec des éleveurs de chez nous», conclut-il.