Changer d'édition

La flambée de l'immobilier touche aussi la Belgique
Grande Région 2 min. 26.04.2019

La flambée de l'immobilier touche aussi la Belgique

La flambée de l'immobilier touche aussi la Belgique

Grande Région 2 min. 26.04.2019

La flambée de l'immobilier touche aussi la Belgique

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Avec un prix médian pour une maison franchissant pour la première fois en 2018 la barre des 200.000 euros, le royaume connaît lui aussi une hausse des prix des logements. Ces derniers se sont accrus de 25% entre 2010 et 2018, selon les données publiées en fin de semaine par Statbel.

Acquérir un bien immobilier en Belgique apparaît comme une opération coûteuse. De plus en plus coûteuse même, selon les conclusions du rapport annuel dédié à l'immobilier de Statbel, l'office statistique belge, publié jeudi. Si, entre 2017 et 2018, la hausse du prix des appartements est restée modérée (+2,5%), celle des maisons a connu une progression plus notable. 

C'est particulièrement le cas des habitations mitoyennes, qui ont vu leur prix de vente progresser de 5,3% sur un an. Soit une revalorisation de 10.000 euros. Entre 2010 et 2018, la hausse atteint 25%. Résultat: pour la première fois en 2018, le prix médian d'une maison franchit la barre symbolique des 200.000 euros. Autrement dit, 50% des acquisitions se sont faites au-dessus de ce montant et 50% en dessous.

Attrait de Bruxelles et du Grand-Duché

Sans surprise, la région de Bruxelles-Capitale demeure la plus chère, avec un prix médian de 376.000 euros pour une maison. À l'inverse, la Wallonie affichait en 2018 des prix de vente médians de 140.000 euros. Même tendance pour les appartements, avec un prix de 199.000 euros à Bruxelles et 145.000 euros en Wallonie.

Dans le détail, les communes wallonnes situées en périphérie de Bruxelles et du Grand-Duché apparaissent comme les plus prisées, avec des prix médians variant entre 550.000 et 240.000 euros. À Arlon, fin 2018, une maison se vendait ainsi à 242.000 euros, selon Statbel.

À titre de comparaison, au Grand-Duché, le prix médian d'une maison était en 2017 de 600.000 euros, selon les dernières données de l'Observatoire de l'habitat. Et la tendance ne serait pas prête à ralentir, à en croire Eurostat qui notait, début avril, qu'entre la fin 2017 et la fin 2018, les prix de l'immobilier au Luxembourg avaient enregistré une hausse de 9,3%. Soit la progression la plus importante enregistrée au cours de la décennie écoulée.

Une croissance sans commune mesure avec les pays voisins, puisque sur la même période, l'Allemagne enregistrait une hausse de 4,6%, contre 3,2% en France et 2,5% en Belgique.



Sur le même sujet

Le logement social suscite une nouvelle prise de conscience
Face à la flambée des prix de l'immobilier, les organismes sociaux et caritatifs sont de plus en plus mis à contribution pour accroître le parc immobilier locatif social. Désormais, les associations philanthropiques n'hésitent plus elles aussi à mettre la main au portefeuille.
Logement - Photo : Pierre Matgé
Un prêt pour ma maison
Aujourd'hui, les futurs propriétaires de biens immobiliers choisissent de contracter un prêt à taux fixe.
Province de Luxembourg: Les régions frontalières ont les maisons les plus chères
Le marché immobilier, boosté par la proximité du Grand-Duché, évolue favorablement dans la province de Luxembourg. Si une légère diminution du nombre de transactions (-4,3 %) a été constatée par la Compagnie des Notaires de la province, en 2016 par rapport à 2015, les prix sont stables, voire à la hausse pour certains types de biens.
Le prix moyen d’une maison a augmenté de 5,2 %, soit 190.241 euros contre 180.918 l’année précédente.