Changer d'édition

La désaffiliation des chauffeurs frontaliers inquiète
Grande Région 2 min. 13.04.2021

La désaffiliation des chauffeurs frontaliers inquiète

Le LCGB et la CLC reprochent au gouvernement sa position attentiste concernant le sort de ces travailleurs.

La désaffiliation des chauffeurs frontaliers inquiète

Le LCGB et la CLC reprochent au gouvernement sa position attentiste concernant le sort de ces travailleurs.
Photo: Guy Jallay
Grande Région 2 min. 13.04.2021

La désaffiliation des chauffeurs frontaliers inquiète

Faute d'accord avec les pays limitrophes, plusieurs centaines de chauffeurs routiers et conducteurs de bus ne bénéficient plus de l’intégralité des prestations sociales depuis près de douze mois. Pour la CLC, comme pour les syndicats, il y a urgence à agir.

(MD et ASdN) - Si elle n'a été dévoilée publiquement que le 31 mars dernier dans une réponse parlementaire, la situation perdure depuis plus d'un an. Depuis le mois de mai dernier, plusieurs centaines de chauffeurs routiers et conducteurs de bus frontaliers ne sont en effet plus affiliés à la sécurité sociale luxembourgeoise. A savoir, ceux employés au Grand-Duché, mais effectuant au moins 25% de leur travail dans leur pays de résidence. Avec pour conséquence, la perte du congé parental ou des allocations familiales. Des conditions que la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC) juge «inacceptables» dans un communiqué publié ce mardi.


Le congé pour raisons familiales version frontalière
Comme lors du premier confinement, le gouvernement luxembourgeois a décidé d'étendre jusqu'à l'été le bénéfice du congé pour raisons familiales à l'ensemble des parents salariés au Grand-Duché. Allemands, belges et français compris.

En cause, selon l'organisation patronale, l'absence d'«accords bilatéraux». L'objectif de ces derniers viserait en effet à déroger à un règlement européen qui «ne tient manifestement pas compte de la taille et de la spécificité du Luxembourg», souligne la CLC avant de rappeler qu’un chauffeur qui roule à l’échelle internationale se trouve «vite au-delà des frontières». 

Pour les représentants du patronat, le principal risque est donc de voir ces chauffeurs frontaliers quitter le Luxembourg. Leur travail est pourtant «d’importance systémique» pour le pays, rappelle la CLC, évoquant l'approvisionnement des supermarchés, le transport du matériel sanitaire ou encore des vaccins nécessaires à la sortie de la crise. 

Du côté des entreprises, cette absence d'accords pourrait également être lourde de conséquences. Certaines pourraient en effet être amenées à «cesser leur activité», alerte la fédération. La conjonction d’une base de salaire luxembourgeois et de charges patronales étrangères «quasiment triplées» n’étant «pas économiquement viable».   


12.10. Stau / Autobahn A3 / Düdelinger Autobahn / Grenzgänger / Frontaliers / Foto: Guy Jallay
Les frontaliers passés au crible
Profil, secteur d'activité, motivations... Qui sont véritablement ces travailleurs ? Au-delà des idées reçues, l’Association de soutien aux travailleurs immigrés (ASTI) a souhaité décrypter plus en détail ces étrangers qui traversent la frontière pour venir travailler au Grand-Duché.

Si la CLC appelle le gouvernement à agir au plus vite, cette situation a d'ores et déjà été dénoncée par le LCGB au début du mois. Le syndicat luxembourgeois reprochant à Romain Schneider (LSAP) une attitude indifférente à cette problématique en se cachant derrière un cadre légal. 

Fin mars, le ministre de la Sécurité sociale assurait néanmoins que des négociations avec les pays voisins étaient «en cours», mais que les réponses «se faisaient attendre». Selon le gouvernement, seules 800 personnes seraient concernées. La CLC, elle, dénombre plus de 5.600 routiers (4.818) et chauffeurs de bus (877). 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le congé pour raisons familiales version frontalière
Comme lors du premier confinement, le gouvernement luxembourgeois a décidé d'étendre jusqu'à l'été le bénéfice du congé pour raisons familiales à l'ensemble des parents salariés au Grand-Duché. Allemands, belges et français compris.
«Nous allons faire tomber ces frontières qui divisent»
Si, d'ici 2050, le Luxembourg doit héberger 300.000 résidents supplémentaires, cela se fera en parallèle d'une politique de réduction des émissions de CO2, selon le ministre de l'Aménagement du territoire. Pour Claude Turmes, l'avenir se jouera à l'échelle régionale.
12.10. Stau / Autobahn A3 / Düdelinger Autobahn / Grenzgänger / Frontaliers / Foto: Guy Jallay
Les frontaliers passés au crible
Profil, secteur d'activité, motivations... Qui sont véritablement ces travailleurs ? Au-delà des idées reçues, l’Association de soutien aux travailleurs immigrés (ASTI) a souhaité décrypter plus en détail ces étrangers qui traversent la frontière pour venir travailler au Grand-Duché.
12.10. Stau / Autobahn A3 / Düdelinger Autobahn / Grenzgänger / Frontaliers / Foto: Guy Jallay