Changer d'édition

La commune de Mont-Saint-Martin charge François Bausch
Grande Région 5 min. 01.12.2022
Suppression des lignes RGTR

La commune de Mont-Saint-Martin charge François Bausch

Serge De Carli ne nie pas les phénomènes d'insécurité mais assure que des solutions existent pour remettre en place ces lignes suspendues.
Suppression des lignes RGTR

La commune de Mont-Saint-Martin charge François Bausch

Serge De Carli ne nie pas les phénomènes d'insécurité mais assure que des solutions existent pour remettre en place ces lignes suspendues.
Photo: Claude Piscitelli
Grande Région 5 min. 01.12.2022
Suppression des lignes RGTR

La commune de Mont-Saint-Martin charge François Bausch

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Depuis le 19 septembre dernier, les lignes transfrontalières des bus RGTR reliant Mont-Saint-Martin au Luxembourg sont suspendues. Un non-sens complet pour la commune frontalière française qui tire à boulets rouges sur le ministre Bausch.

«Que les choses soient claires, la commune de Mont-Saint-Martin n'est en rien responsable de la fermeture des lignes du RGTR après 18h30.» Le ton est donné par Serge De Carli. Le maire de la commune française frontalière souhaitant couper court aux rumeurs revenant avec insistance ces derniers mois sur les réseaux sociaux. 


L’aire réservée aux gens du voyage, les Roms, avenue de l’Europe, à Mont-Saint-Martin, en France, aux frontières conjointes de la Belgique et du Grand Duché, déménagera prochainement. Il est prévu de l’installer route de l’Abattoir, toujours sur le sol français mais à proximité de la frontière belge et de la rue Nizette à Aubange.
«Ici, il existe un certain potentiel de criminalité»
Caillassage, agressions et menaces répétées envers les chauffeurs ont poussé le ministère des Transports à supprimer le 19 septembre les lignes transfrontalières 703 et 732 en direction de Mont-Saint-Martin.

En effet, rappelons que depuis le 19 septembre dernier, les lignes transfrontalières des bus RGTR 703 et 732 reliant Mont-Saint-Martin au Luxembourg ont été suspendues. La faute à plusieurs caillassages et agressions commises à l'encontre des bus concernés ainsi que de leurs chauffeurs qui déploraient cette insécurité dans nos colonnes au début de ce mois-ci. 

Serge De Carli reconnait ces faits et ne le cache pas. «Je condamne ces actes de la manière la plus ferme qui soit et la sécurité de tous les usagers de ces bus ainsi que des chauffeurs ne se discute pas. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que Mont-Saint-Martin a été la première ville vidéo-protégée du secteur avec des dizaines de caméras. Les événements qui nous occupent aujourd'hui nous suggèrent d'ailleurs de renforcer ce système de vidéosurveillance. Nous avons déjà été confrontés à des problèmes similaires par le passé, sur les lignes du TGL (transport du grand Longwy), et nous étions parvenus à les endiguer grâce à la police.»

Des problèmes similaires à ceux vécus aujourd'hui ont déjà eu lieu par le passé sur les lignes du TGL (transport du grand Longwy.
Des problèmes similaires à ceux vécus aujourd'hui ont déjà eu lieu par le passé sur les lignes du TGL (transport du grand Longwy.
Photo: Claude Piscitelli

Des solutions existent selon la commune

Toutefois, le maire estime que des solutions existent afin de remettre en place ces lignes «cruciales», selon ses propres dires, tout en garantissant la sécurité des chauffeurs et des usagers. Mieux encore, il a semble-t-il cherché à les faire valoir auprès du ministre de la Mobilité, François Bausch (déi Gréng), ce dernier étant derrière la décision de suspension. Malheureusement, Serge De Carli explique s'être retrouvé face à un mur. «Je n'ai jamais été sollicité vis-à-vis de cette décision. Après des demandes répétées, nous avions finalement obtenu une rencontre avec le ministre Bausch vendredi dernier, au Kirchberg.»

Des frontaliers ont littéralement peur de perdre leur emploi car ils ne peuvent plus se déplacer sur leur lieu de travail.

Serge De Carli, maire de Mont-Saint-Martin

Un entretien qui ne s'est pas forcément passé comme prévu. «On m'a finalement fait savoir que le ministre serait absent. Étant présent à Paris dans le cadre du congrès des maires, c'est mon 1er adjoint qui s'est rendu sur place. Ce dernier a été reçu par un ''technicien'' du cabinet de la Mobilité luxembourgeois (Il s'agissait de Sergio Prado, responsable des bus RGTR de l'administration des transports publics, NDLR), ce qui n'a pas permis de déboucher sur des pistes concrètes.»


Mont-Saint-Martin souffre de la concurrence luxembourgeoise
Ce jeudi matin, le ministre français de la Santé, François Braun, était en visite dans le nord de la Meurthe-et-Moselle et notamment à l'hôpital privé de Mont-Saint-Martin. Il a entre autres été question de la concurrence avec le Luxembourg.

Parmi ces pistes, la commune plaide notamment pour des arrêts alternatifs qui éviteraient de passer par les rues où les caillassages ont eu lieu, le temps pour la police de mettre la main sur les fauteurs de trouble. «Je pense à un arrêt sur le boulevard de Metz ainsi qu'à proximité de l'Auchan. Certes, les usagers devront marcher un peu plus, mais cela serait déjà beaucoup moins contraignant qu'à l'heure actuelle, où des frontaliers ont littéralement peur de perdre leur emploi, car ils ne peuvent plus se mouvoir.»

De nombreux frontaliers dans une situation difficile

Il y a effectivement urgence pour les quelques 30% d'habitants de la commune française qui travaillent au Luxembourg. «Et parmi cette population de travailleurs frontaliers, il y a beaucoup de femmes vivant seules et effectuant notamment des tâches ménagères en soirée, dans des entreprises au Luxembourg. Elles sont donc des centaines à être privées de mobilité depuis septembre et doivent trouver des solutions au jour le jour afin de pouvoir se rendre sur leur lieu de travail.»

Ce qui se passe aujourd'hui est injuste et constitue un véritable coup de canif à cet espoir de coopération entre les villes du bassin transfrontalier et le Luxembourg

Serge De Carli, maire de Mont-Saint-Martin

Bref, un manque «flagrant de coordination entre l'État luxembourgeois et les villes frontalières», pour le maire. «Surtout au regard de la mobilité douce prônée dans l'agglomération des trois frontières dans le cadre de la transition écologique», tance Serge De Carli. «De notre côté, on travaille de manière active sur cette question transfrontalière. Certes, nous bénéficions du pouvoir d'achat des Luxembourgeois et des frontaliers, mais le Luxembourg profite aussi de notre main-d'œuvre. Ce qui se passe aujourd'hui est injuste et constitue un véritable coup de canif à cet espoir de coopération entre les villes du bassin transfrontalier et le Luxembourg.»


«En santé, la Grande Région doit devenir exemplaire»
Améliorer l'accès aux soins tout en renforçant l'attractivité du territoire pour les soignants, c'est ce que permettrait davantage de coopération autour de la santé entre le Luxembourg, la France, l'Allemagne et la Belgique.

C'est ainsi que la commune de Mont-Saint-Martin a pris un certain nombre d'initiatives afin de faire entendre sa voix face au Luxembourg et plus particulièrement le ministère de la Mobilité. 

La plus notable d'entre elles est sans doute une pétition pour le rétablissement de ces lignes «Nous avons également sollicité la présidence du pôle métropolitain frontalier qui devrait également prendre contact avec le ministre Bausch afin de lui faire part de nos propositions qui pour le moment restent sans réponse. Nous comptons également faire remonter le sujet à l'Assemblée nationale, et donc jusqu'à la Première ministre Elisabeth Borne.» Une chose est donc claire: Mont-Saint-Martin n'a pas dit son dernier mot.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les villes d'Esch-sur-Alzette et de Thionville ont signé, mardi matin, une convention de coopération et de partenariat. L'objectif est de relancer une collaboration tombée aux oubliettes, à travers des projets concrets.
Laure, Amélie et Mary ont toutes les trois la particularité d'avoir résidé de longues années au Grand-Duché avant de devoir le quitter. Et ce pour des raisons essentiellement économiques. Reportage au cœur du Nord lorrain.
Virgule , Audun le Tiche , Deitsch Oth , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
A l'occasion de la rentrée politique, Michel Paquet, président de la communauté de communes de Cattenom et environs, liste les projets de son territoire. Evidemment, les sujets liés au Luxembourg voisin sont nombreux. Tout comme les appels du pied.
Impôt, infrastructures ou encore mobilité, le maire de Mont-Saint-Martin souhaite une meilleure collaboration avec le Luxembourg. Serge de Carli rêve de la fin des barrages administratifs pour des échanges plus étroits avec le Grand-Duché.