Changer d'édition

La centrale de Cattenom gagne du terrain
Grande Région 2 min. 23.12.2019 Cet article est archivé

La centrale de Cattenom gagne du terrain

Cattenom est la septième centrale nucléaire au monde en puissance installée.

La centrale de Cattenom gagne du terrain

Cattenom est la septième centrale nucléaire au monde en puissance installée.
Photo: Guy Wolff
Grande Région 2 min. 23.12.2019 Cet article est archivé

La centrale de Cattenom gagne du terrain

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
EDF vient d'acquérir 6 hectares autour de sa centrale nucléaire lorraine. Mais pas de quoi craindre l'implantation d'un 5e réacteur, assure la ministre de l'Environnement luxembourgeoise

La rumeur est venue de Sarre. Si Electricité de France (EDF) achetait des terrains autour de ses installations en bord de Moselle, l'arrivée d'un nouveau réacteur pouvait être crainte. La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg (Déi Gréng) a préféré se renseigner avant d'affoler les esprits. Ouf, si une vingtaine d'hectares sont bel et bien convoités par l'exploitant de la centrale nucléaire, ce n'est pas pour augmenter sa capacité de production.

En réponse au député Mars di Bartoloméo (LSAP) qui s'inquiétait de l'achat confirmé de six hectares de terrains alentours, la ministre se veut rassurante: il s'agirait juste «d'une sorte de remembrement pour rationaliser les zones» dont EDF est d'ores et déjà propriétaire. Carole Dieschbourg a même reçu l'assurance de l'exploitant que cette «surface ne permettrait pas la construction d'un nouveau réacteur».


Comme en 2016, la France va procéder à une distribution de pastilles d'iode stable dès cet automne. Une mesure qui concernera 112 communes situées à 20 km de la centrale de Cattenom, hormis au Luxembourg.
Le plan d'action de Cattenom ne passe pas la frontière
Les nouvelles mesures de protection prises en cas d'accident nucléaire sont actuellement communiquées dans un rayon de 20 km autour de la centrale. Un territoire qui a doublé en surface et inclut désormais le Sud du Luxembourg, mais géographiquement seulement.

Par contre, les terrains achetés ou échangés pourraient servir à EDF ou à une de ses filiales de développer d'autres sources de production d'énergie à l'ombre de ses quatre cheminées. Répondant ainsi au souhait du ministre de l'Energie luxembourgeois, Claude Turmes (Déi Gréng), opposant farouche à l'usage de l'atome. 

Cattenom pourrait prendre exemple sur ce qui se fera à quelques kilomètres de là, le long de l'A31, à Illange. Il est question de mettre en service, sur cette zone d'activités, un vaste champ de panneaux photovoltaïques de 25 hectares. Un équipement capable d'assurer par le seul rayonnement solaire la production de 49 mégawatts d'électricité.

Pas d'annonce d'ici deux ans

Du côté du gouvernement français de toute façon, seule la date d'une possible fin d'activité de la centrale a été évoquée: 2050. L'installation de Moselle aurait alors fonctionné soixante ans. Carole Dieschbourg assure, pour l'heure, que Paris n'a pris aucune décision de construction de nouveau réacteur nucléaire sur le territoire national. 

Si annonce il devait y avoir, la ministre luxembourgeoise croit savoir que cela n'aurait de toute façon pas lieu avant 2022-2023. 


Sur le même sujet

Turmes voit une centrale solaire à la place du nucléaire
Les réacteurs de Cattenom «n'étaient pas conçus pour durer 40 ans», rappelle Claude Turmes qui s'inquiète de «l'état de délabrement des équipements». Le ministre de l'Energie propose de créer une «grande usine à Thionville» pour produire de l'énergie solaire.
Centrale EDF  Cattenom. Atomzentrale Cattenom. exercice de sécurité. Photo: Guy Wolff
Les vagues de chaleur impactent directement Cattenom
La multiplication des épisodes de fortes températures estivales n'est pas sans conséquences pour le site lorrain. L'Autorité de sûreté nucléaire étudie donc l'impact de ces phénomènes, notamment sur l'eau de la Moselle, source de refroidissement et élément indispensable à la production d'électricité.
Sécheresse mais aussi coups de chaud plus fréquents entraînent de nouveaux impératifs pour la centrale.
Jours amende requis contre les «9 de Cattenom»
Jugés en appel à Metz pour s'être introduits dans le site de la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle) en 2017, huit militants et un salarié de Greenpeace risquent de se voir infliger une peine financière. Décision rendue le 15 janvier 2020.
Un cinquantaine de militants sont venus afficher leur soutien aux prévenus, devant le tribunal de Metz.