Changer d'édition

La bande de covoiturage s'avère être un fiasco
Grande Région 3 min. 02.12.2019

La bande de covoiturage s'avère être un fiasco

Après pratiquement sept mois d'existence, le bilan officieux de la bande de covoiturage sur la E411 entre Arlon et Sterpenich est clairement négatif

La bande de covoiturage s'avère être un fiasco

Après pratiquement sept mois d'existence, le bilan officieux de la bande de covoiturage sur la E411 entre Arlon et Sterpenich est clairement négatif
Photo: Pierre Matgé
Grande Région 3 min. 02.12.2019

La bande de covoiturage s'avère être un fiasco

Opérationnels depuis le 7 mai, les onze kilomètres de couloir réservés au «car-sharing» sur l'autoroute E411 entre Arlon et la frontière grand-ducale ne recueillent pas le succès escompté auprès des navetteurs. Pour le moment, en tout cas...

Fruit d'un investissement de 12.650.000 euros de la Sofico et de sept mois de chantier, la bande de circulation réservée au covoiturage sur l'autoroute E411 entre Arlon et Sterpenich ne rencontre pas le succès attendu auprès des 47.170 travailleurs frontaliers belgesInaugurée le 7 mai, cette «troisième voie», réservée aux véhicules transportant au minimum trois personnes, et où la vitesse est limitée à 50 km/h, est supposée désengorger une portion d’autoroute accueillant chaque jour en moyenne 40.000 véhicules.

Si la Sofico (Société de financement complémentaire des infrastructures) préfère attendre un an pour dresser un premier bilan, Laurent Mertz, secrétaire général de l'Aleba, qui fréquente quotidiennement ce tronçon, voit «au maximum deux, trois véhicules emprunter cette bande alors que le reste du trafic est embouteillé», s'étonne-t-il chez nos confrères de La Meuse. Pire, le secrétaire général de l'Aleba trouve cette bande de covoiturage «dangereuse» et en tire la conclusion peu flatteuse que «ce projet est ridicule au niveau de l’investissement et de l’utilisation qui en est faite.»


Le couloir de covoiturage opérationnel sur l'E411
Après plus de sept mois de travaux, les trois voies reliant Arlon à Sterpenich sont ouvertes à la circulation depuis ce mardi 7 mai au matin. Avec une petite particularité, unique en Europe, visant à privilégier le car-sharing.

Rappelons que ce tronçon Arlon-Sterpenich représente l'un des deux projets pilotes de ce type mis en œuvre en Région wallonne, avec celui, long de quatre kilomètres, entre Wavre et Rosières en direction de Bruxelles. Mais là aussi, selon les dires de Benoît Godart, porte-parole de l’institut VIAS, dans les colonnes de La Meuse, «je la fréquente régulièrement et je vois sa non-utilisation.»

Ces réalisations s’intègrent dans la vision «Fast 2030» du Gouvernement wallon, et la Région wallonne dispose de deux ans pour tester ces nouveaux dispositifs, mais, déplore Laurent Mertz, «il n’y a eu aucune concertation avec les autorités luxembourgeoises pour prolonger cette bande sur le sol grand-ducal.»


Le couloir de covoiturage sur l’A6 pour 2023?
Les premières mesures sur l'accès de la bande d'arrêt d'urgence aux véhicules transportant plus de trois personnes, aux bus et aux taxis ont été dévoilées ce lundi. Le chantier devrait commencer en 2021 et devrait durer deux ans.

Côté grand-ducal, comme l'avait précisé le 6 mai dernier François Bausch (Déi Gréng), le ministre de la Mobilité et des Travaux publics, ce n'est qu'en 2021 qu'est censé débuter le chantier du système de couloir de covoiturage et de bus sur l’autoroute A6, dans le prolongement du tronçon belge. Quant à la mise en service effective du dispositif, elle est prévue pour 2023. Ce projet fait partie intégrante de la stratégie Modu 2.0, qui prévoit pour 2025 de réduire la congestion du trafic aux heures de pointe tout en transportant 20% de personnes de plus qu’en 2017. 

Ce flop côté belge n'est en tout cas pas de nature à décourager l'initiative au Luxembourg, puisqu'on assure, du côté du ministère de la Mobilité, que l'«on va continuer dans la même optique, car nous croyons au système de covoiturage, mais à condition de disposer des infrastructures adéquates.»

D'ailleurs, embraye Danielle Frank, la chargée de communication dudit ministère, «notre application "Copilote" lancée en septembre 2018 a connu un très gros succès dès le début, avant de se tasser par la suite, mais cela s'explique par le fait que beaucoup d'utilisateurs y avaient alors trouvé leur compte, et n'avaient donc plus besoin d'elle.»


Sur le même sujet

De nouveaux travaux sur l'E411
Après plusieurs mois de galère pour les frontaliers belges se rendant au Luxembourg, l'autoroute reliant Sterpenich à Arlon sera à nouveau sujette à une réfection au cours du mois d'août.
19.9. Chantier E411 / Stau rund um die Autobahn aus Belgien / Autobahn E411 Höhe Autelbas  Foto:Guy Jallay
Le couloir de covoiturage opérationnel sur l'E411
Après plus de sept mois de travaux, les trois voies reliant Arlon à Sterpenich sont ouvertes à la circulation depuis ce mardi 7 mai au matin. Avec une petite particularité, unique en Europe, visant à privilégier le car-sharing.
Le couloir de covoiturage sur l’A6 pour 2023?
Les premières mesures sur l'accès de la bande d'arrêt d'urgence aux véhicules transportant plus de trois personnes, aux bus et aux taxis ont été dévoilées ce lundi. Le chantier devrait commencer en 2021 et devrait durer deux ans.
L'E411 enfin libérée
Après plus de sept mois de travaux, l'autoroute entre Arlon et Sterpenich rouvre ses deux voies ce mardi. Un troisième couloir, dédié au covoiturage, ouvrira le 7 mai prochain.
Arlon-Sterpenich en covoiturage d'ici «début mai»
A en croire le planning avancé par le ministre wallon des Travaux publics, les véhicules qui circuleront sur l'E411 en direction de Sterpenich pourront emprunter la voie spécifique en cours de réalisation dans quelques semaines. La vitesse y sera toutefois limitée à 50 km/h.
19.9. Chantier E411 / Stau rund um die Autobahn aus Belgien / Autobahn E411 Höhe Autelbas  Foto:Guy Jallay