Changer d'édition

L'ombre d'un reconfinement plane sur le Grand Est
Grande Région 3 min. 29.12.2020

L'ombre d'un reconfinement plane sur le Grand Est

Particulièrement touchées, Nancy et son agglomération pourraient vivre un confinement local, plaide son maire, Matthieu Klein.

L'ombre d'un reconfinement plane sur le Grand Est

Particulièrement touchées, Nancy et son agglomération pourraient vivre un confinement local, plaide son maire, Matthieu Klein.
Photo: Lex Kleren/archive
Grande Région 3 min. 29.12.2020

L'ombre d'un reconfinement plane sur le Grand Est

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Face à la recrudescence des nouvelles infections au covid-19 observée côté français, certains décideurs lorrains plaident pour «une action rapide» et la mise en place de nouvelles mesures pour éviter une saturation des services hospitaliers.

Bien que la campagne de vaccination ait débuté au Luxembourg comme en France, ses effets ne se feront pas sentir dans l'immédiat. Raison pour laquelle les autorités gardent les yeux rivés sur l'évolution des différents indicateurs de l'épidémie. Notamment dans le Grand Est où certains signaux sont d'ores et déjà jugés inquiétants, alors même qu'une éventuelle nouvelle flambée de contaminations liée aux retrouvailles familiales de Noël ne devrait être visible qu'aux alentours du 5 janvier, selon les experts français.

Parmi les voyants rouges à s'allumer figure le taux d'incidence, à savoir le nombre de tests positifs pour 100.000 habitants. Depuis le début du mois de décembre, ce taux se situe au-delà des 200 cas en Meurthe-et-Moselle et en Moselle, alors qu'il reste sous la barre des 150 dans l'ouest de la France. «Du 14 au 20 décembre, 12.760 nouveaux cas [de Covid-19, ndlr] ont été enregistrés, soit une augmentation de 70 % en trois semaines», a averti l’Agence régionale de santé (ARS) le 24 décembre dernier. Au niveau de la région Grand Est, le taux d'incidence se fixait, le 28 décembre, à 203 cas pour 100.000 habitants, contre 125 au niveau national.


L'avenir du Luxembourg passera par la Grande Région
Épicentre économique d'un territoire qui regroupe 12 millions de personnes, le Luxembourg devrait conserver encore un temps son rôle d'aimant. A condition toutefois de mieux tirer profit des «interdépendances existantes» et de «créer de nouvelles synergies» avec ses voisins.

Des données qui poussent les responsables politiques, notamment lorrains, à plaider pour la mise en oeuvre de nouvelles mesures. C'est notamment le cas de Mathieu Klein (PS) qui se dit favorable à un reconfinement local. Interrogé lundi sur les ondes de France Inter, le maire de Nancy estime «ne pas voir aujourd'hui d'autres solutions opérationnelles pour ralentir la progression de l'épidémie, pour protéger notre système de soins». Une décision qui s'appliquerait, selon lui, «aux territoires qui sont aujourd'hui les plus touchés, dont le Grand Est et la métropole de Nancy en particulier.»

Une position partagée par Jean Rottner (LR), président de la région Grand Est et médecin urgentiste de formation, qui ne cache pas sa crainte de voir «une recrudescence des hospitalisations aux urgences» dans les jours à venir. Interrogé sur les ondes de France Bleu Lorraine, il plaide pour un «confinement local court pour ne pas trop perdre». Reste désormais à savoir si ce nouveau tour de vis sanitaire se fera «au niveau de la région, de quelques départements, de quelques grandes villes».

Centralisation oblige, cette décision sera prise par le gouvernement qui se réunit ce mardi matin dans le cadre d'un conseil de Défense. Quelle que soit la décision, les élus locaux plaident pour que des leçons soient retirées de ces événements. Notamment en ce qui concerne la vaccination. «Je souhaite que les régions les plus touchées soient les régions dans lesquelles le vaccin soit déployé rapidement», estime Mathieu Klein.

Pour mémoire, le Grand Est représente la principale origine des frontaliers travaillant au Luxembourg, puisque la moitié des quelque 200.000 non-résidents actifs au Grand-Duché résident en Lorraine. Notamment le long du sillon lorrain qui dessert Thionville, Metz et Nancy.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Le couvre-feu à 18h risque de s'avérer insuffisant»
Au lendemain de l'annonce du renforcement des mesures sanitaires dans 20 départements français, dont neuf situés dans le Grand Est, les élus se montrent dubitatifs, estimant qu'il s'agit d'un geste plus symbolique que réellement efficace.
L'avenir du Luxembourg passera par la Grande Région
Épicentre économique d'un territoire qui regroupe 12 millions de personnes, le Luxembourg devrait conserver encore un temps son rôle d'aimant. A condition toutefois de mieux tirer profit des «interdépendances existantes» et de «créer de nouvelles synergies» avec ses voisins.
Le Grand Est passe au rouge
La région connaît une nouvelle hausse des cas de covid-19. Selon les chiffres publiés jeudi par l'Agence régionale de santé, le taux d'incidence moyen a atteint 53,8 infections pour 100.000 habitants la semaine dernière.
A youth wearing a protective face mask passes by a sign asking to wear a mask in Rennes, western France, on September 7, 2020. (Photo by Damien MEYER / AFP)
«La Lorraine a besoin du moteur luxembourgeois»
Premier maire socialiste de Nancy depuis la Seconde Guerre mondiale, Mathieu Klein entend mettre en place une nouvelle dynamique vouée à intégrer pleinement la 20e ville de France dans la Grande Région. Via notamment une connexion rapide et directe au Findel.
Nancy, Mathieu Klein, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort