Changer d'édition

«L'OGBL s'alliera à ce mouvement jusqu'au bout»
Grande Région 13 min. 19.01.2023
Réforme des retraites

«L'OGBL s'alliera à ce mouvement jusqu'au bout»

Près de cent représentants de l'OGBL seront présents à la manifestation de Metz.
Réforme des retraites

«L'OGBL s'alliera à ce mouvement jusqu'au bout»

Près de cent représentants de l'OGBL seront présents à la manifestation de Metz.
Photos: Carlo Nilles
Grande Région 13 min. 19.01.2023
Réforme des retraites

«L'OGBL s'alliera à ce mouvement jusqu'au bout»

Charles MICHEL
Charles MICHEL
En France, ce jeudi 19 janvier est marqué par un important mouvement de protestation contre la réforme des retraites. Présidente de l'OGBL, Nora Back apporte son soutien à ses homologues français et appelle à «ne rien lâcher».

Ce jeudi 19 janvier devrait être marqué, en France, par une forte mobilisation face à la réforme des retraites. Quel regard portez-vous sur cette réforme?

Cette réforme est inacceptable et l'on rejoint les actions des syndicats français. C'est assez symbolique d'avoir, pour une fois en France, un front syndical uni. On est directement touché. On a beaucoup de frontaliers français. Ils ont des carrières mixtes et vont donc être concernés. Les ménages où l'un travaille en France et l'autre au Luxembourg vont voir leur pouvoir d'achat et leur qualité de vie être affectés. Ensuite, si quelque chose se trame en France, des discussions vont aussi avoir lieu au Luxembourg... Donc, cette réforme, on la rejette. Il n'y a pas de raison de toucher à nos systèmes de retraite.


France's Prime Minister Elisabeth Borne walks off the stage after presenting the government's plan for a pension reform during a press conference in Paris on January 10, 2023. - The French government announced proposals for raising the retirement age and overhauling the pension system on January 10, in a potentially explosive reform fraught with danger for the president. (Photo by Bertrand GUAY / POOL / AFP)
L'âge légal de la retraite en France décalé à 64 ans en 2030
Il faudra aussi avoir cotisé 43 ans dès 2027 au lieu de 2035 pour bénéficier d'une retraite à taux plein en France. La Première ministre Elisabeth Borne a dévoilé une réforme qui annonce déjà des manifestations.

Y aura-t-il des représentants de l'OGBL ce jeudi à Metz?

Oui. Près d'une centaine de collègues militants vont rejoindre la manifestation à Metz. Moi, je ne pourrai malheureusement pas y être, car j'ai une réunion prévue de longue date au Conseil économique et social.

Au Luxembourg, l'âge légal est de 65 ans...

La question de l'âge légal du départ en retraite revient régulièrement dans les discussions. La Commission européenne met en garde notre gouvernement  quant aux finances de notre système des retraites. Régulièrement, l'IGSS dresse un bilan de notre système des retraites et il a été fait en 2022. Donc, on sait qu'il va revenir sur la table. Mais, pour nous, on n'est pas favorable à une réforme. C'est l'un des meilleurs du monde. Il a fait ses preuves. On l'a vu lors de la crise covid. On a su se démarquer par rapport à des pays comme les États-Unis. Et ce grâce à un système qui repose sur la solidarité et qui permet un accès aux soins à tous. En 2012, la réforme a détérioré le système et nous sommes favorables à l'abolition de tous les désavantages qui ont été introduits.

C'est très dangereux de faire peur comme ça aux citoyens.

Que pensez-vous de ce rapport de l'IGSS?

Se projeter en 2070, cela relève de la science-fiction. Or, aujourd'hui, on a des crises imminentes telles que la crise de l'environnement, du logement, des inégalités salariales. Ce sont ces questions-là qui doivent nous préoccuper.

Les membres du gouvernement d'Emmanuel Macron répètent à l'envi qu'il y a «urgence à réformer le système des retraites», sous peine de voir celui-ci «s'effondrer» et que la seule solution est l'allongement de l'âge légal de la retraite et que celle-ci est une mesure de «justice sociale». Que vous inspire cette rhétorique?

C'est très dangereux de faire peur comme ça aux citoyens. On sait ce qui se passe quand la politique intimide, menace et génère de la peur. Dans l'Histoire, les conséquences sont généralement désastreuses, car cela conduit les gens à se tourner vers des tendances fascistes et d'extrême droite. Et puis, la justice sociale ne se fait certainement pas en s'attaquant aux droits et aux acquis sociaux des travailleurs et de leur famille. 

Cette réforme aurait, selon le gouvernement, pour but de sauver le système. Or, selon l'économiste chercheur Michael Zemmour, celle-ci va conduire au «démantèlement de l'état social». Qu'en pensez-vous?

Je suis tout à fait d'accord. Il ne faut pas oublier que l'on s'attaque aux retraités, aux futurs retraités et jeunes générations. On crée un gouffre qui va se répercuter sur les prochaines générations. Je suis d'accord avec les syndicats français. Il faut faire toutes les actions syndicales possibles pour défendre ce système. 

À partir du moment où l'on s'attaque à un pilier de l'état social, tout le monde doit rester soudé. Et ça me fait chaud au cœur de voir les jeunes se mobiliser.

En 2012, il y avait eu aussi une très forte mobilisation, mais cela n'avait pas empêché le report de l'âge de la retraite de 60 à 62, en France, et de 63 à 65 ans au Luxembourg. Cela a de quoi en décourager plus d'un d'aller manifester, non?

Un épisode un peu noir pour les syndicats. Pour être tout à fait honnête, au Luxembourg, on n'a pas réussi à mettre la pression nécessaire sur le pouvoir politique. Mais, aujourd'hui, ils doivent comprendre que cela vaut toujours le coup de descendre dans la rue et de ne pas lâcher.


Corporate tax must be paid in advance in March, June, September and December
Ce simulateur vous permet de calculer votre pension
Nombre d'années travaillées, niveau d'études ou encore date des salaires perçus au Luxembourg, grâce à de multiples critères, ce simulateur permet d'estimer l'âge et le montant de votre pension luxembourgeoise.

Bon, on sortait d'une crise économique mondiale, en pleine période d'austérité menée par tous les gouvernements européens. Cette politique a lourdement nui aux classes sociales moyennes et inférieures à qui, déjà, on faisait peur. Cette réforme des retraites touchait principalement les futures générations. Cela concernait des jeunes qui ne se sentaient pas forcément concernés dans l'immédiat par cette question. Bref, il y a différentes raisons à cette absence de mobilisation.

Aujourd'hui, en France, on a l'impression que les plus jeunes sont davantage concernés et appellent à manifester contre cette réforme. Est-ce une source d'espoir?

En tant que syndicat, c'est notre rôle aussi de sensibiliser et de souder les différentes générations, mais aussi entre différents secteurs économiques, etc. À partir du moment où l'on s'attaque à un pilier de l'état social, tout le monde doit rester soudé. Et ça me fait chaud au cœur de voir les jeunes se mobiliser. Que ce soit pour le climat, pour les droits des femmes, etc. C'est touchant et nécessaire pour faire bouger les choses. 

Face à la volonté farouche de promulguer cette réforme, on imagine bien qu'une seule journée de mobilisation ne suffira pas à faire reculer le gouvernement sur la question. Est-ce que pour bloquer cette réforme, il ne faudra pas prolonger le mouvement quitte à  - ce que craint le gouvernement - bloquer le pays?

Bien sûr, il faut absolument prolonger le mouvement et ne pas lâcher. C'est notre devoir et de notre responsabilité d'augmenter la pression. On sait très bien que ce n'est pas avec une action «coup de poing» ou «one shot» qu'on réussit à faire bouger les choses. C'est un bras de fer.  Je rappelle que dans les mouvements syndicaux, on y va toujours de manière progressive...


Luxemburger Pensionen sind vergleichsweise hoch. Die monatliche Mindestpension beträgt aktuell 2.035 Euro, die monatliche Maximalpension 9.422 Euro.
Tout ce qu’il faut savoir sur la pension luxembourgeoise
Le Luxembourg a le salaire minimum le plus élevé d'Europe et la pension minimale est également appréciable. Mais comment l'obtenir? Place aux modalités pratiques grâce à notre guide.

Petit à petit, ça prend de l'ampleur et ça devient de plus en plus grand. Après, les politiques ou le patronat ou ceux qui s'attaquent à nos valeurs, nos acquis ou nos droits, s'évertuent à diviser les gens. Il faudra rester uni et, surtout, ne pas abandonner. Et je pense que c'est ce qui s'était passé en 2012 au Luxembourg. Mais cette fois, l'OGBL ralliera ce mouvement jusqu'au bout.

Depuis plusieurs années, les mesures prises par le gouvernement Macron n'ont fait que renforcer cette division et ont profité au Rassemblement national. Mais, en même temps, ce même gouvernement crie au loup. S'agit-il d'un paradoxe ou d'une dangereuse stratégie politique?

Oui, c'est assez incroyable... C'est difficile à dire. C'est quelque chose qu'on a souvent observé à travers le monde. On se dit que les politiciens, avec le temps, devraient avoir compris que le fait de diviser profite aux forces d'extrême droite. Mais ils continuent de le faire. Évidemment, cela relève d'une stratégie, mais d'un autre côté, les risques et les conséquences sont tellement dangereux, que ce n'est pas une stratégie très intelligente. 

Grande figure de Mai 68 Daniel Cohn-Bendit considère les syndicats comme «has been» et estiment que la question n'est pas le report de l'âge légal du départ en retraite, inévitable selon lui, mais la réduction du temps de travail hebdomadaire. Vous êtes favorable à cette forme, mais sans perte de salaire?

La réduction du temps de travail est une revendication de longue date de l'OGBL. Mais, attention, avec maintien du salaire. Ensuite, réduire le temps de travail ne veut pas dire allongement du nombre d'années de travail. À nos yeux, ce sont deux sujets séparés. L'argument comme quoi on vit plus longtemps, il faudrait travailler plus longtemps, n'est pas un argument recevable. On ne va quand même pas demander aux gens de travailler jusqu'à ce qu'ils aillent à l'hôpital.


schrittweise Verkürzung der Arbeitszeit auf 32 Stunden pro Woche Büro gehen Zeitkonten
La pétition pour passer à 35 heures cartonne
Si les plus de 5.200 signatures sont validées, la pétition demandant «une semaine de 35 heures de travail à temps plein» devra être débattue à la Chambre.

Le Luxembourg est l'un des pays européens où l'on travaille le plus d'heures par semaine. La semaine des 40h, sur le papier, elle semble intouchable. Or, ce n'est pas le cas. Il faut repenser tout ça. L'intensité et la charge mentale, au travail, ont augmenté à un point où les maladies physiques et psychiques ne cessent d'augmenter. Le travail rend malade. La crise du covid a révélé l'importance de la conciliation de la vie professionnelle et familiale. Et la question de la réduction du temps de travail est plus que jamais d'actualité. De plus, les études effectuées sont unanimes: une réduction du temps de travail augmente la productivité. 

Vos détracteurs vous rétorqueront que réduire le temps de travail en maintenant le même salaire, c'est totalement démagogique...

Mas pas du tout! C'est tout à fait réaliste. Mais nous sommes bien conscients qu'il y a des secteurs qui demandent des adaptations et cela doit se négocier dans les conventions collectives. Le plus important est d'augmenter l'attractivité.

Au second semestre 2022, beaucoup de postes restaient vacants au Luxembourg...

On a de gros soucis dans certains secteurs. On a du mal à trouver des personnes qualifiées. Mais c'est le cas aussi à l'étranger. La main-d'œuvre frontalière est indispensable. 

Cette réduction du temps de travail est également une proposition faite par des organisations patronales. Cela pourrait mécaniquement faire baisser le chômage, mais n'y aurait-il pas un risque d'aggraver la précarité?

S'il y a baisse de salaire oui. Déjà aujourd'hui, avec les salaires actuels, nous avons une énorme perte de pouvoir d'achat. Et l'on ne peut envisager une diminution de salaire. Au Luxembourg, le ministre du Travail a lancé cette thématique et on voit le patronat monter au front. 

En France, il est question d'une retraite minimale de 1.200 euros, soit juste au-dessus du seuil de pauvreté. Au Luxembourg, il est de 2.177 euros. Selon les statistiques, près de 116.000 personnes seraient touchées. Qu’est-ce que cela vous inspire?

Le Luxembourg est l'un des pays les plus riches du monde et il y a de plus en plus de pauvres. En 2022, en termes de travailleurs pauvres, nous sommes juste devant la Roumanie.  

En 2010, dans le projet Europe 2020 de la Commission européenne, le gouvernement luxembourgeois s'était fixé comme objectif de réduire de 6.000 les personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Résultat, on en a eu 56.000 de plus.

S'il y a de plus en plus de pauvres, il y a aussi toujours de plus en plus de millionnaires. Le Luxembourg en compte 46.200. À l'étranger, 200 millionnaires demandent à être plus taxés afin de participer au bien commun. Au Luxembourg, doit-on davantage taxer les millionnaires?

Au Luxembourg, il n'y a pas de justice fiscale. Premièrement, les entreprises sont de moins en moins imposées alors que le travail est de plus en plus imposé. L'imposition du patrimoine frise le ridicule. Enfin, les bas et moyens salaires sont proportionnellement plus imposés que les gros. Si on veut plus d'équité au Luxembourg, il faut plus d'équité fiscale. Et donc imposer davantage le capital, les revenus du capital et le patrimoine. Mais aussi les hauts salaires. Sans oublier les multinationales et tous les grands gagnants de la crise... Il y a des solutions pour trouver l'argent nécessaire afin de financer le système social. 


15.11. Wirtschaft / Finanzbeilage /Wirtschaftbeilage / Patrimoine /  Rentner / Rente  Foto: Guy Jallay
Les inégalités de genre se maintiennent à la retraite
Le Luxembourg est champion d'Europe en ce qui concerne les écarts de pension entre les hommes et les femmes, selon les derniers chiffres d'Eurostat. Pour Georges Engel, ces disparités devraient s'estomper dans les prochaines années.

Le problème, c'est que notre gouvernement ne s'est pas du tout intéressé à cette question d'inégalité. D'ailleurs, dans le discours sur l’état de la Nation de Xavier Bettel, il n'a jamais été question d'inégalité. Le mot n'y figurait même pas. Or, on revendique un plan d'action contre les inégalités. En 2010, dans le projet Europe 2020 de la Commission européenne, le gouvernement luxembourgeois s'était fixé comme objectif de réduire de 6.000 les personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Résultat, on en a eu 56.000 de plus...

Pour les entreprises, cette inéquité fiscale n'est-elle pas l'une des attractivités du Luxembourg et participe à l'évasion fiscale?

Oui, c'est vrai. Alors, on ne veut pas détruire l'économie luxembourgeoise ou l'attractivité de notre pays. Mais si on veut parler de compétitivité, il faut l'être certes au niveau des entreprises, mais aussi au niveau de la qualité de travail, du pouvoir d'achat, etc. Et on est loin d'être compétitif à ce niveau-là. Si, en 2022, on permet à Amazon de ne pas payer sa tranche indiciaire et, en même temps, de ne pas payer d'impôts, on a un petit souci...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La mobilisation contre la réforme des retraites devrait être massive ce jeudi 19 janvier. Et les perturbations nombreuses. Il y aura seulement cinq TER entre Metz et Luxembourg le matin, et quatre dans le sens inverse en fin de journée.
Le ministre des Affaires sociales Claude Haagen (LSAP) a présenté ce mardi le bilan de l'assurance pension. A partir de 2027, le taux de cotisation de 24% ne sera probablement plus suffisant.
Die Projektionen gehen davon aus, dass bis 2070 die Zahl der Aktiven um 0,6 und die der Pensionäre um 2,3 Prozent pro Jahr steigt.