Changer d'édition

L'AOC Moselle gagne du terrain en Lorraine
Grande Région 2 min. 27.09.2019 Cet article est archivé

L'AOC Moselle gagne du terrain en Lorraine

Le territoire grandit mais le cahier des charges reste toujours aussi strict pour les vignerons.

L'AOC Moselle gagne du terrain en Lorraine

Le territoire grandit mais le cahier des charges reste toujours aussi strict pour les vignerons.
Photo: Chris Karaba
Grande Région 2 min. 27.09.2019 Cet article est archivé

L'AOC Moselle gagne du terrain en Lorraine

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'appellation d'origine contrôlée était jusque-là limitée à 78 hectares. Elle vient officiellement de multiplier par plus de six sa superficie en gagnant 570 nouveaux hectares. Une reconnaissance de terroir pour plus de vignobles.

Côté français, le vignoble mosellan s’étend sur  78 hectares, dont une partie jusqu'à présent pouvait bénéficier de l'appellation d’origine contrôlée. Les vins disposant de cette AOC provenaient de trois secteurs distincts : Pays des trois frontières, Pays messin et Pays du Saulnois (près de Vic-sur-Seille). A compter de 2011, l’obtention de la labellisation était devenue possible sur le territoire de 17 communes. 

Depuis ce 24 septembre, les vignerons peuvent déboucher des bouteilles à la santé des ministres de l'Agriculture et de l'Économie qui ont approuvé l'extension de l'appellation. La zone a ainsi gagné 570 hectares en une signature. 

Un lent processus

«Cela va faciliter les démarches de tous ceux qui souhaiteraient désormais planter de nouvelles vignes. Plus besoin d'une enquête sur les parcelles de la part de l'INAO (Institut national de l’origine et de la qualité)», explique Jean-Marie Leisen, vice-président des viticulteurs de Moselle.

Sur l'ensemble du territoire désormais délimité, les zones d'obtention de l'AOC sont clairement définies. «Cela toujours en fonction de la nature des sols, de l'exposition et nature des cépages cultivés», indique celui qui aura suivi le lent processus ayant abouti à cette extension. 

Un cru réduit de moitié

Et que les amateurs des vins produits par les 19 viticulteurs reconnus sur la zone se rassurent, «aucun autre changement n'a été apporté au cahier des charges». Les producteurs de vins gris, rosés, blancs ou rouges doivent respecter les mêmes consignes. Que ce soit pour l'exploitation de cépages comme l'auxerrois, les divers pinot, gamay, riesling et autre crémant.


Certaines grappes ont complètement grillées sous les chauds rayons du soleil de cet été.
Des vignes en souffrance en raison de la météo
Dans un mois démarrent les vendanges sur les coteaux de la Moselle. Records de chaleur, sécheresse mais aussi gelées tardives ont sévèrement abîmé les raisins. La récolte s'annonce «difficile» et les quantités seront moitié moindres, avance déjà l'Institut viti-vinicole.

Pour le cru 2019, les vignerons mosellans lorrains connaissent les mêmes déboires que leurs homologues luxembourgeois: avec une vendange qui s'annonce deux fois moins importante que de coutume.

En moyenne, le vignoble AOC Moselle produit de l'ordre de 500 tonnes de raisin, permettant la mise en circulation de près de 400.000 bouteilles. Actuellement, 60% des vignes de l'appellation sont cultivées en bio.



Sur le même sujet

Des vendanges moitié moindres que la moyenne
Les récoltes estimées cette année de 50.000 à 60.000 hectolitres équivalent à la moitié du rendement habituel sur les coteaux de la Moselle luxembourgeoise. Un fait qui s'explique par les records de chaleur cet été, la sécheresse, mais aussi les gelées tardives en mai.
Les récoltes sont estimées cette année de 50.000 à 60.000 hectolitres sur les coteaux de la Moselle luxembourgeoise
Trois bouteilles millésimées 1774 aux enchères
Endormies dans une cave depuis huit générations, il pourrait s'agir des plus vieilles bouteilles de vin en circulation! Trois bouteilles de Vin Jaune du Jura, datées de 1774, seront mises en vente ce samedi à Lons-le-Saunier dans le Jura.