Changer d'édition

L'Allemagne restreint les passages depuis la Moselle
Grande Région 3 min. 28.02.2021

L'Allemagne restreint les passages depuis la Moselle

La mesure va impacter le passage de quelque 16.000 salariés mosellans travaillant en Allemagne chaque jour.

L'Allemagne restreint les passages depuis la Moselle

La mesure va impacter le passage de quelque 16.000 salariés mosellans travaillant en Allemagne chaque jour.
Photo : dpa
Grande Région 3 min. 28.02.2021

L'Allemagne restreint les passages depuis la Moselle

Après avoir classé le département en "zone Covid à haut risque", Berlin impose des tests aux entrants sur son territoire depuis la Lorraine. L'Allemagne renonce toutefois à la quasi-fermeture imposée à la République tchèque et l'Autriche.

(AFP) - «Le département français de Moselle sera considéré à partir du 2 mars à 00h00 comme zone affectée par les variants» du virus du Covid-19, soit la catégorie la plus élevée dans l'échelle de risque en Allemagne pour le coronavirus, qui en compte trois, a indiqué dimanche le ministère de la Santé. En conséquence, à partir de mardi les personnes entrant sur le territoire allemand «devront présenter un test PCR ou antigène» négatif, a-t-il ajouté. Un test datant de 48 heures maximum sera a priori nécessaire.

Le président de la région Grand Est, qui inclut la Moselle, Jean Rottner, s'est dit lui «surpris» par une «décision extrêmement brutale». Une chose est pourtant acquise: l'Allemagne n'a pas l'intention d'introduire des contrôles de douane permanents à sa frontière avec la Moselle, contrairement à ce qu'elle avait fait au printemps 2020 au début de la pandémie à la frontière française, ce qui avait créé des tensions avec Paris et entre les populations locales.  Contrairement aussi à ce que Berlin a déjà mis en place en février avec la République tchèque et le Tyrol autrichien. 

«La frontière ne sera pas fermée», a indiqué dimanche un porte-parole du ministère de l'Intérieur, notamment car les régions allemandes limitrophes de la Moselle, la Sarre et la Rhénanie-Palatinat, ne l'ont pas demandé, mais aussi parce que les autorités régionales de part et d'autre de la frontière »coopèrent étroitement» sur cette question. Les contrôles policiers doivent être aléatoires et à l'intérieur du territoire allemand dans la zone frontalière, a-t-il précisé.

La France va donc bénéficier d'une forme de traitement de faveur car le passage d'une région en catégorie zones de variants implique normalement une quasi-fermeture des frontières. «Cela on n'en veut pas» pour les 16.000 travailleurs frontaliers de Moselle, a martelé Clément Beaune, dimanche. Il a aussi suggéré des tests «qui ne soient pas obligatoires chaque jour mais tous les deux ou trois jours».

A la frontière avec la Moselle, «il faut donner l'exemple et revenir à un dispositif plus allégé», a plaidé Clément Beaune, en arguant d'un «esprit franco-allemand coopératif» pour «éviter de revenir à ce qu'on a vécu douloureusement» au début de la pandémie. Des propos dans la droite ligne de ce qui avait été préconisé ces derniers jours par les partenaires de la Grande Région.

La Moselle, depuis plusieurs jours, a entrepris un vaste effort dans sa campagne vaccinale. Notamment pour rassurer Berlin, le gouvernement d'Angela Merkel étant non seulement inquiet de la prolifération des cas dans le département voisin mais aussi de la montée en puissance des variants britannique et sud-africain côté lorrain. Moselle et Meurthe-et-Moselle ont d'ailleurs été placées en «surveillance renforcée» par les autorités françaises.


Sur le même sujet

Jusqu'alors fermement opposé à l'introduction de tout dispositif qui autoriserait les personnes vaccinées à avoir plus de droit que les autres, le Luxembourg met un peu d'eau dans son vin en évoquant, vendredi, sa volonté de «poursuivre les réflexions».
La France va demander des tests PCR négatifs de moins de 72 heures pour les déplacements non professionnels de frontaliers entre l'Allemagne et le département de la Moselle. La mesure pourrait être effective dès le lundi 1er mars.
Medical staff carry out a COVID-19 PCR tests in a "Partybus" with music and disco lights converted into a mobil lab in Ishoj, Denmark, on February 23 2021 amid the novel coronavirus / COVID-19 pandemic. (Photo by Mads Claus Rasmussen / Ritzau Scanpix / AFP) / Denmark OUT
Affaibli par l'explosion des nouveaux variants sur son sol, le département français pourrait voir l'accès à l'Allemagne se restreindre dès ce lundi. Une solution impensable pour le ministre des Affaires étrangères luxembourgeois.
Politik, Jean Asselborn, campagne en vue de l’élection du Luxembourg au Conseil des droits de l’homme pour le mandat 2022-2024 Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort