Changer d'édition

L'Allemagne condamne des actes anti-français
Grande Région 12.04.2020 Cet article est archivé

L'Allemagne condamne des actes anti-français

Comme ici à Schengen, l'Allemagne a renforcé les contrôles des entrées sur son territoire.

L'Allemagne condamne des actes anti-français

Comme ici à Schengen, l'Allemagne a renforcé les contrôles des entrées sur son territoire.
Photo : Pierre Matgé
Grande Région 12.04.2020 Cet article est archivé

L'Allemagne condamne des actes anti-français

Le ministre allemand des Affaires étrangères a condamné des agressions verbales ou vexations subies récemment par des Français en déplacement dans les zones frontalières allemandes, moins touchées par le covid-19.

(AFP) -  «Le coronavirus ne connaît pas de nationalité (...) Cela fait mal de voir comment nos amis français sont parfois insultés et attaqués à cause du covid-19. Un tel comportement n'est pas possible», a twitté samedi le ministre allemand des Affaires étrangères.

Heiko Maas faisait écho à une déclaration de la ministre de l'Economie de la Sarre, région limitrophe du Grand Est français, Anke Rehlinger, qui a récemment présenté ses excuses de la part de l'Allemagne. «On entend dire que les Français sont insultés et qu'on leur jette des œufs. Quiconque fait cela pèche contre l'amitié de nos peuples», avait-elle regretté le 8 avril .

Les faits remontent au mois de mars pour l'essentiel. A l'époque plusieurs maires de villes de Sarre, région limitrophe du Nord-Est de la France et du Grand-Duché, se sont émus d'insultes à l'égard de Français se trouvant dans la région, dans le contexte de la pandémie du nouveau coronavirus. Celui de Sarrebruck, la capitale régionale de Sarre, Uwe Conrad, a jugé ces attitudes «inacceptables». 

Plusieurs frontaliers français travaillant en Allemagne ont effectivement signalé qu'on leur avait craché dessus lors de promenades ou à la caisse de supermarchés. L'un d'eux s'est entendu dire «Retourne dans ton pays du corona!», a-t-il expliqué. La consule de France en Sarre, Catherine Robinet, a confirmé la réalité d'incidents «isolés» dans cette région allemande, après la décision des autorités sanitaires allemandes de déclarer le Grand Est français zone à risque concernant le coronavirus. 

L'Allemagne et la France ont réintroduit des contrôles à leur frontière en raison de la pandémie mais des exceptions sont prévues pour les travailleurs frontaliers. Avec plus de 2.000 personnes officiellement décédées, la région Grand Est constitue le premier foyer de contamination en France alors que sa voisine allemande, la Sarre, ne comptabilise de son côté que 41 victimes officiellement recensées par l'institut Robert Koch. Globalement, l'Allemagne affiche un taux de mortalité très inférieur à la France pour un nombre de cas avérés similaire. 


Sur le même sujet

Sitôt les congés de Pâques achevés, la Chambre se réunira au Cercle Cité de Luxembourg. Les locaux de la Chambre n'étaient pas assez fonctionnels pour le respect strict des conditions d'hygiène et la continuité du travail parlementaire.
Poliitik, Chamber zieht in den Cercle Cité um, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
L'absence de clarté sur le port des masques, le manque de données sur le matériel, un système qui repose en grande partie sur les frontaliers. Propulsée ministre de la Santé juste avant la crise sanitaire, Paulette Lenert, fait le point.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 Stock  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
L'Allemagne bloquera toute circulation venant de Suisse et d'Autriche. Les travailleurs frontaliers français pourront passer. Le Luxembourg n'entre actuellement pas dans les restrictions mises en place à compter de lundi.
15.03.2020, Mecklenburg-Vorpommern, Ahlbeck: Ein polnischer Beamter steht am Grenzübergang Ahlbeck - Swinemünde. Polen hat seit Sonntagmorgen wegen der Corona-Krise für alle Ausländer die Grenzen geschlossen. Polnische Staatsbürger dürfen zwar weiterhin einreisen, müssen aber in Quarantäne. Foto: Stefan Sauer/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++