Changer d'édition

Tout bonus pour les communes frontalières belges
Grande Région 2 min. 31.08.2021
Gaichel 2021

Tout bonus pour les communes frontalières belges

Alexander De Croo peut avoir le sourire. Le Premier ministre belge n'a pas fait le déplacement au Kirchberg pour rien.
Gaichel 2021

Tout bonus pour les communes frontalières belges

Alexander De Croo peut avoir le sourire. Le Premier ministre belge n'a pas fait le déplacement au Kirchberg pour rien.
Photo : Chris Karaba
Grande Région 2 min. 31.08.2021
Gaichel 2021

Tout bonus pour les communes frontalières belges

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Elles se partageaient de l'ordre de 34 millions d'euros, ce sera à l'avenir 48 millions. Ainsi les communes belges limitrophes du Grand-Duché viennent-elles de recevoir un cadeau quasi inespéré. Avec assurance d'une augmentation de 5% chaque année, pendant une décennie.

Ah, les accords de Martelange! Depuis 1975, ils permettent au Luxembourg et à la Belgique de s'entendre sur la répartition d'une manne. De l'ordre de 5,5 milliards d'euros, excusez du peu. Sur cette collecte faite par l'Union économique belgo-luxembourgeoise de diverses taxes et accises, le gâteau se partage ainsi : une grosse part pour le royaume (4,5 milliards) et une portion congrue pour le Grand-Duché. Sachant que sur cette enveloppe de 1 milliard d'euros, le Luxembourg concédait encore 34 millions à répartir entre diverses villes et villages belges.


Coronavirus Home office - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
34 jours de tolérance fiscale pour les télétravailleurs belges
10 jours de plus sans changement de régime d'imposition: voilà le délai supplémentaire sur lequel les gouvernements luxembourgeois et belge viennent de s'entendre. Une bonne nouvelle pour les quelque 49.000 frontaliers du royaume.

A l'occasion de la 11ème Gaichel, les deux Etats se sont entendus sur un nouveau montant de répartition. Le Luxembourg ne mettra plus 34 mais 48 millions au pot. Le «Fonds des frontaliers» a ainsi gagné en une journée 40% d'un coup. 

Mais en réalité, au terme d'années de négociation, c'est bien plus qui a été consenti entre «pays non pas seulement voisins, mais amis» (dixit Xavier Bettel). Ainsi, les deux ministres des Finances ont accepté que le montant accordé progresse de 2,4 millions d'euros supplémentaires par an. Pierre Gramegna et Vincent Van Peteghem signant aussi une «clause de révision» mais dans dix années seulement. 

Une «prévisibilité précieuse»  

Mais, à l'heure d'annoncer en conférence de presse, les futures modalités de la mesure autrement baptisée «Fonds Reynders», le ministre des Finances luxembourgeois s'est bien gardé de dire quelle commune obtiendrait quoi. Chacun restant souverain sur son territoire, il a renvoyé la balle à son homologue belge, déjà reparti pour Bruxelles. «Cela relèvera de la compétence de la Belgique!»

Pour l'heure, il faut tout de même savoir que cette rétrocession fiscale compte pour beaucoup dans les finances des communes belges frontalières. Il est question de 7,6 millions d’euros tombant dans les caisses d'Arlon, 2 millions pour Attert, ou 2,5 millions encore pour Messancy. 

Aussi, Pierre Gramegna avait-il entièrement raison de souligner que cette triple annonce (montant à la hausse, réévaluation annuelle et accord pour une décennie) allait offrir une «prévisibilité précieuse» aux collectivités de Wallonie concernées. Précieuse, c'est le mot!

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Évoquée depuis 2014, la possibilité de créer un parking à destination des frontaliers belges sur les anciens ateliers de la SNCB a été rejetée par le nouveau ministre fédéral de la Mobilité. Un projet pourtant jugé prioritaire par le gouvernement du Grand-Duché.
Park & Ride-Schild, P&R, Foto Lex Kleren
A défaut de recevoir la Première ministre belge mercredi (visite annulée), le Luxembourg a reçu confirmation de Bruxelles que le gouvernement belge renouvelait l'accord sur le home-working jusqu'au 31 décembre. A la France de suivre maintenant, l'Allemagne poursuivant elle aussi le dispositif.
Les négociations entre la Belgique et le Luxembourg en vue du doublement du seuil légal annuel de travail hors de leur bureau pour les frontaliers belges sont au point mort. La faute au veto du Grand-Duché opposé à toute compensation financière.
Le passage de 24 à 48 jours de télétravail pour les frontaliers belges entraînerait un manque à gagner pour le fisc belge
Nécessaires au fonctionnement de l'économie, les salariés qui franchissent quotidiennement la frontière pour se rendre sur leur lieu de travail habitent majoritairement dans un rayon de 30 km autour du pays. Des zones densément peuplées et amenées à l'être encore plus.