Changer d'édition

François Bausch enterre la ligne Longwy-Belval-Thionville
Grande Région 3 min. 17.11.2021
Transports transfrontaliers

François Bausch enterre la ligne Longwy-Belval-Thionville

Le ministre de la Mobilité est nettement plus favorable à multiplier les liaisons bus ou train entre Thionville et Luxembourg.
Transports transfrontaliers

François Bausch enterre la ligne Longwy-Belval-Thionville

Le ministre de la Mobilité est nettement plus favorable à multiplier les liaisons bus ou train entre Thionville et Luxembourg.
Photo : Lex Kleren
Grande Région 3 min. 17.11.2021
Transports transfrontaliers

François Bausch enterre la ligne Longwy-Belval-Thionville

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A ceux qui gardaient espoir de voir la liaison ferrée rouvrir entre le Nord de la Meurthe-et-Moselle, le Sud du Luxembourg et le Nord mosellan, le ministre de la Mobilité apporte un démenti tranchant.

On ne peut pas tout avoir. Ainsi, le Grand-Duché a-t-il déjà signifié à la France qu'il l'aiderait à financer le centre de maintenance pour rames ferroviaires qui doit ouvrir du côté de Metz. Un geste de 45 millions d'euros, à ajouter à divers cofinancements en matière de transports publics servant les intérêts lorrains autant que luxembourgeois. Et s'il s'est engagé à encourager d'autres investissements permettant de renforcer le cadencement des trains sur le sillon mosellan, entre Nancy et Luxembourg, pas question de relancer le trafic sur l'axe Thionville-Belval-Longwy. Un axe qui n'est plus emprunté depuis 2016.


Le rail lorrain bénéficiera de 110 millions du Luxembourg
Le Grand-Duché s'est engagé à verser cette enveloppe pour renforcer les liaisons ferroviaires entre la Moselle et le Luxembourg. Et cela passera notamment par la mise en place de trains à conduite semi-automatisée.

Ce choix, François Bausch (Déi Gréng) s'en est expliqué mercredi. Dans une réponse parlementaire au député Georges Mischo (CSV), le ministre de la Mobilité écrit que pareille «revitalisation» ne figure pas à l'ordre du jour. L'argument ayant entraîné la fermeture de cette ligne Ouest-Est faisant halte dans la ''capitale des Terres rouges'' (trop faible fréquentation) reste ainsi valable aujourd'hui encore. Et cela même si le nombre de frontaliers originaires de France ne cesse de croître (112.000 désormais) tout comme les perspectives d'emplois et de logements au Sud du Luxembourg.

Et quitte à être complet sur la question, le ministre écologiste ajoute dans son courrier que «la réalisation d'une ligne de bus à haut niveau de service entre Thionville et Esch-sur-Alzette n'est pas étudiée». Fermez le ban sur la question. 


Le tram rapide ne fera halte qu'à Foetz
Désolé pour les habitants de Pontpierre, mais la prochaine ligne reliant la Ville à la capitale des Terres rouges leur filera sous le nez. Le ministre de la Mobilité vient de détailler les raisons de son choix.

Pour mémoire, le Luxembourg dépense déjà de l'ordre de 14 millions d'euros chaque année pour assurer les lignes bus RGTR transfrontalières depuis ou vers la Lorraine. Un effort qui ne cesse de prendre de l'envergure. 

Concrètement, depuis 2019, l'offre de cars a été augmentée de 40% (+180 rotations par jour ouvrable) à destination de la France. Un même élan étant constaté vers l'Allemagne (+ 60%, avec +200 courses par jour ouvrable) ou encore plus sensiblement vers la Belgique où rien n'existait auparavant (+130 courses par jour ouvrable désormais).

Dans sa réponse au parlementaire, également bourgmestre d'Esch, le ministre de la Mobilité rassure par contre sur la bonne poursuite de l'étude concernant le remplacement de la navette ferroviaire entre Audun-le-Tiche et Esch. Et cela non seulement par la réalisation d'une piste cyclable, mais aussi l'ouverture d'un corridor de priorisation pour bus permettant de garantir des allers-retours rapides entre les deux communes voisines.


CFL multimodal, Dudelange - Photo : Pierre Matgé
CFL Multimodal entend profiter du rattrapage français
Dévoilée lundi, la stratégie du gouvernement français en matière de fret ferroviaire prévoit d'investir quelque 700 millions d'euros d'ici 2024 dans un mode de transport délaissé depuis plusieurs années. Un positionnement dont entend bien bénéficier la filiale des CFL.

Cette liaison irait «au moins» jusqu'à l'actuelle gare audunoise. Mais déjà à plusieurs reprises François Bausch a fait état de son intention de prolonger cette ligne vers le Pays Haut lorrain. Histoire d'aller chercher au plus près des travailleurs frontaliers qui pourraient ainsi délaisser leur voiture pour se rendre au Luxembourg.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Limitée au seul territoire luxembourgeois, la mesure permettant aux usagers de monter sans rien payer dans un transport public pourrait s'étendre au-delà du pays pour les usagers des bus circulant d'un pays à l'autre. Resterait juste à confirmer le rayon d'action de cette mesure.
Destinées notamment à améliorer le nombre de places assises disponibles, les 34 nouvelles rames prévues pour entrer en service d'ici 2026 doivent aussi intégrer un système de contrôle automatique. Objectif: améliorer l'efficacité de la gestion du réseau.
CFL,Ausbildung Lok-Fuehrer,Kiss-Zug.Foto:Gerry Huberty
L’usage du glyphosate - et des désherbants qu'il compose - est interdit aux particuliers depuis 2017 mais reste accessible aux agriculteurs. Ce qui est à l'origine de conséquences insoupçonnées.
Plus Luxembourg-ville grandit, moins la circulation de tous y est facile. Aussi, avant de mettre en route un nouveau plan de mobilité, les élus souhaitent connaître les attentes des citoyens. La Ville attend plus de 30.000 réponses.
piste cyclable Gare de Luxembourg - Luxembourg - Ville -  - 21/05/2021 - photo: claude piscitelli