Changer d'édition

France et Luxembourg signent un plan d'alerte
Grande Région 2 min. 17.11.2021
Sécurité frontalière

France et Luxembourg signent un plan d'alerte

Policiers et douaniers luxembourgeois pourront être mobilisés comme renforts sur des opérations frontalières d'urgence.
Sécurité frontalière

France et Luxembourg signent un plan d'alerte

Policiers et douaniers luxembourgeois pourront être mobilisés comme renforts sur des opérations frontalières d'urgence.
Photo : Guy Jallay
Grande Région 2 min. 17.11.2021
Sécurité frontalière

France et Luxembourg signent un plan d'alerte

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Le plan, qui entrera en vigueur au 1er janvier 2022, vise à permettre aux forces de police des deux pays d'agir conjointement à la frontière en cas de faits-divers, d'attaque terroriste, voire de catastrophe naturelle, ou industrielle.

France et Belgique avaient déjà signé le leur le 1er novembre 2021. Voilà maintenant Luxembourg et France liés par un «plan d'alerte frontière» validé ce 16 novembre. Un document confirmant que les deux Etats sont prêts à unir leurs forces en cas de coup dur. L'idée étant de rendre les frontières quasi étanches en cas d'un événement de haute intensité. Et l'on parle là d'''incident'' aussi sérieux qu'un attentat survenu sur le territoire voisin, par exemple.


Lokales,Mit der Polizei auf Patrouille,Police,Bahnhofsviertel,Sicherheit Polizeipräsenz.Foto: Gerry Huberty/luxemburger Wort
Des policiers amenés à être de plus en plus visibles
Face au sentiment d'insécurité d'une partie de la population, le ministre de la Sécurité intérieure a présenté lundi la nouvelle organisation des forces de l'ordre qui doit aboutir à une plus forte présence policière. Un dispositif qui entre en application dès ce lundi dans la capitale.

«La réflexion de base tournait autour de l'option d'un attentat terroriste. On a cependant fait le choix d'étendre ce dispositif à beaucoup d'autres infractions. Ainsi, les policiers luxembourgeois ou français peuvent agir simultanément et en coordination après une fusillade, une attaque de banque, etc»,  indique David Boileau. Le directeur de cabinet de la préfète déléguée à la zone de défense Est ajoutant même à cette liste la possibilité de mobiliser des renforts policiers après un accident industriel ou de grosses inondations.

Policiers, gendarmes et douaniers hexagonaux d'un côté, et policiers grand-ducaux de l'autre, agiront uniquement sur leur territoire national. Une fois l'alerte donnée par le pays ''victime'', son voisin pourra notamment déployer un plan de contrôle routier à la frontière. «La mission s'adapte à l'événement. Que ce soit une coupure de circulation engendrée par une crue, ou la mise en place d'un plan de recherche d'un fugitif.» 

Le plan d'alerte frontière a été signé par Pascal Peters, directeur central de la police administrative luxembourgeoise.
Le plan d'alerte frontière a été signé par Pascal Peters, directeur central de la police administrative luxembourgeoise.
Photo : Préfecture de Moselle

Le plan alerte frontière prendra effet au 1er janvier 2022. D'ici là, France et Luxembourg se laissent le temps d'informer tous les services concernés. «L'idée est d'ensuite monter très rapidement un exercice commun, voire d'y inclure la Belgique. Cela permettrait de tester en conditions réelles la mise en oeuvre du dispositif», complète David Boileau. 

Ce plan va de pair avec la convention concernant l'utilisation et la gestion de moyens de radiocommunication transfrontalière signée le 8 octobre 2021 entre Luxembourg, Belgique et France. Déjà opérationnel depuis plusieurs années, ce dispositif de transmission rapide des informations entre les services de police va être renforcé. Il permettra aux polices des trois pays d'être plus réactives sur des opérations conjointes.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Mis une nouvelle fois en demeure par la bourgmestre de la capitale de renforcer «les moyens humains, matériels et légaux» des policiers, le ministre de la Sécurité intérieure réitère mardi sa volonté de lutter contre la criminalité dans le quartier Gare. Mais rappelle que «cela prend du temps».
Srec Police Drogen Rue de Strasbourg Bahnhofsviertel