Changer d'édition

Florange, «un événement industriel et symbolique»
Grande Région 6 min. 30.11.2022
Fermeture des hauts-fourneaux il y a 10 ans

Florange, «un événement industriel et symbolique»

En Moselle, la cokerie, en cause dans deux épisodes de pollution, est maintenant fermée.
Fermeture des hauts-fourneaux il y a 10 ans

Florange, «un événement industriel et symbolique»

En Moselle, la cokerie, en cause dans deux épisodes de pollution, est maintenant fermée.
Photo: AFP
Grande Région 6 min. 30.11.2022
Fermeture des hauts-fourneaux il y a 10 ans

Florange, «un événement industriel et symbolique»

Pascal MITTELBERGER
Pascal MITTELBERGER
Il y a 10 ans, le 30 novembre 2012, la fermeture des hauts-fourneaux d'ArcelorMittal Florange, était annoncée. Un coup de tonnerre au cœur d'une bataille industrielle, sociale et politique.

Il y a eu des mois de lutte humaine, syndicale et sociale. On se rappelle aussi l'espoir suscité par les dirigeants politiques de l'époque, François Hollande en tête, mais aussi Arnaud Montebourg. Une débauche d'énergie pour, au final, une énorme désillusion: le 30 novembre 2012, la fermeture des hauts-fourneaux d'ArcelorMittal Florange, les derniers du bassin sidérurgique lorrain, était actée. Dix ans plus tard, retour sur cet épisode marquant avec Pascal Raggi, enseignant-chercheur à l'Université de Lorraine, spécialiste de l'histoire de la désindustrialisation de la région.

Les hauts-fourneaux d'ArcelorMittal à Florange.
Les hauts-fourneaux d'ArcelorMittal à Florange.
Photo: Archives LW/AP

Dans l'histoire de la désindustrialisation du bassin sidérurgique lorrain, quelle place occupe l'annonce de cette fermeture?

Pascal Raggi: «C'est très important parce que c'est à la fois un événement industriel, c'est évident, mais aussi un événement symbolique. Ce ne sont pas les premiers hauts-fourneaux que l'on a fermés en Lorraine, mais, par contre, ce sont les derniers, si l'on excepte ceux de Pont-à-Mousson, qui ne sont pas du même type. C'est pour cela que c'est un moment très particulier.»

Il y a eu beaucoup de confusion du grand public. On a l'impression que tout s'arrête, alors que ce n'est pas vrai.

Pascal Raggi

Avec l'idée qu'une page se tourne...

«Exactement, et il y a aussi eu beaucoup de confusion du grand public. On a l'impression que tout s'arrête, alors que ce n'est pas vrai. Il reste de la sidérurgie en Lorraine, il y a des choses qui fonctionnent très bien. Mais cette filière chaude de fabrication de la fonte à partir de grands hauts-fourneaux, c'était vraiment très symbolique.»


(FILES) This file photo taken on April 24, 2013,  shows blast furnaces of steel giant ArcelorMittal at the Florange site, in Hayange, eastern France. - The coking plant at the ArcelorMittal site in Florange, which employs 170 people, "will be shut down at the end of April, with an aim for a definitive shutdown as soon as practicable", the group announced on April 6, 2020, in a press release following a meeting of the Social and Economic Committee (CSE). (Photo by Jean-Christophe VERHAEGEN / AFP)
La fin a sonné pour la cokerie de Florange
La cokerie du site d'ArcelorMittal à Florange (Moselle) «sera arrêtée fin avril avec une visée d'arrêt définitif dans les meilleurs délais», a annoncé l'aciériste. Le site emploie 170 personnes.

À propos de cette confusion: cet épisode de Florange a connu une forte médiatisation et a aussi été fortement politisé. Mais, est-ce peut-être cette médiatisation qui a eu un effet pervers et a conduit le grand public à penser que la sidérurgie lorraine n'existait plus? 

«Je crois que ça a eu un effet pervers, comme vous dites. Je reprends votre expression parce que ça a touché aussi aux représentations, que les gens avaient déjà, d'une industrie qui était obsolète et qui était en train de disparaître, avec une vision un peu old school, à la Zola, de cette industrie. Ce qui ne correspond pas du tout à la réalité parce que c'étaient des hauts-fourneaux performants. Il y a eu un double effet: de sidération, mais aussi de déploration.»

François Hollande
François Hollande
Photo: Archives/AFP

On le disait, cette fermeture a aussi une histoire politique. Il y a notamment eu les propos du candidat François Hollande, prononcés sur une camionnette en février 2012 à Florange, et qu'on lui a ensuite reprochés à l'annonce de la fermeture, quand il était président de la République. Une fermeture de site sidérurgique en Lorraine avait-elle déjà connu une telle dimension politique? 

«Oui, mais les gens s'en souviennent moins. C'était au moment de la fermeture des usines à Longwy, avec le plan Barre en 1978-79. Et François Mitterrand, là aussi futur président, est venu défiler avec les sidérurgistes.»

Et c'est finalement sous son mandat de président que cette industrie s'éteint définitivement à Longwy...

«C'est un peu plus complexe que cela et je vais prendre un rôle difficile, je vais être l'avocat de François Mitterrand (rires). À mon avis, au départ, à la fin des années 70, il a l'idée que la droite a mal fait le travail d'un point de vue industriel et que quand les socialistes auront les clés, ils feront mieux. Mais ensuite, d'après les archives, il y a un infléchissement: au moment du tournant de la rigueur, en 1983, il voit que ce n'est pas possible de sauver la sidérurgie comme il l'aurait voulu. À ce moment-là, il va aller vers des fermetures et c'est ressenti comme une trahison. Mais quand on regarde les archives, on voit bien qu'au départ, il veut sauver la sidérurgie avec une vraie politique sociale et socialiste. Mais il est confronté à la réalité économique.»

Le Luxembourg, comme la Lorraine, s'est bâti sur la sidérurgie. Mais à la différence de la Lorraine, le Luxembourg a pris conscience relativement tôt que cette poule aux œufs d'or allait de moins en moins bien.

Pascal Raggi

Dans vos travaux de recherche, vous vous intéressez aussi à la sidérurgie côté luxembourgeois. Y a-t-il des points de comparaison avec l'histoire lorraine ou, au contraire, des différences?

«Ce qui est comparable au départ, c'est le niveau de développement industriel de la Lorraine et du Grand-Duché. Côté luxembourgeois - et ce n'est pas moi qui le dis, mais ce sont des collègues économistes - on parle même d'un État sur-industrialisé, qui était à la base de la richesse du pays, avec cette activité minière et sidérurgique de l'Arbed qui était une énorme entreprise. Dans les années 70, avant la crise, 25.000 personnes y travaillaient, alors que le pays ne comptait que 350.000 habitants. Le Luxembourg, comme la Lorraine, s'est bâti sur la sidérurgie. Mais à la différence de la Lorraine, le Luxembourg a pris conscience relativement tôt que cette poule aux œufs d'or allait de moins en moins bien.»

ArcelorMittal emploie des milliers de personnes en Lorraine et au Luxembourg.
ArcelorMittal emploie des milliers de personnes en Lorraine et au Luxembourg.
Photo: AFP

Le virage a donc été pris plus tôt et plus vite?

«Oui, et le pays fait appel à d'autres industries, avec l'arrivée de grosses entreprises américaines, dans un objectif de diversification, pour sortir de la mono-industrie. Et puis, par la suite, il y a évidemment eu la modification des règles bancaires qui a permis au Luxembourg de développer ce secteur économique.»


ArcelorMittal emploie 26.000 personnes en Ukraine.
Des bénéfices en baisse pour ArcelorMittal
Le groupe basé au Luxembourg a réduit de 30% sa consommation de gaz en Europe afin de contrer la hausse des prix de l'énergie.

Malgré tout, et même si cela n'a plus rien à voir avec l'âge d'or des années 60-70, aujourd'hui, la sidérurgie existe toujours au Luxembourg et en Lorraine à travers, principalement, un seul et même acteur, ArcelorMittal...

«Cette histoire continue effectivement de part et d'autre de la frontière. Mais cette façon de fonctionner, transfrontalière, est tout sauf récente. L'Arbed était liée aux entreprises minières et sidérurgiques françaises. Ce qui est un peu nouveau, c'est que la Lorraine et le Luxembourg font partie d'un même grand groupe mondial. Donc les décisions ne sont plus prises par des acteurs territoriaux, par exemple l'État luxembourgeois ou français, mais c'est une politique globale d'une grande entreprise mondiale qui est présente sur tous les continents.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Luxembourgeois a été actif pendant près de 50 ans dans l'industrie sidérurgique du pays, ce qui lui a valu d'être décoré de la grand-croix de l'ordre national du mérite en 2012.
9.8.ArcelorMittal / ITV Joseph Kinsch / Beilage 100 Joer Stohl / Stahlbeilage foto: Guy Jallay
Quand les friches reprennent vie (2/4)
Au Luxembourg, Esch-Belval est l'exemple le plus réussi d'une reconversion de friche industrielle. En Grande Région, d'autres sites connaissent, plus modestement, une seconde vie culturelle et touristique. Après le Saarpolygon lundi, direction Uckange.