Changer d'édition

Et c'est reparti pour une concertation autour de l'A31bis
Grande Région 7 min. 22.11.2022
Mobilité frontalière

Et c'est reparti pour une concertation autour de l'A31bis

Six réunions publiques sont organisées dans les communes concernées par le contournement de Thionville, du 22 novembre 2022 au 2 février 2023.
Mobilité frontalière

Et c'est reparti pour une concertation autour de l'A31bis

Six réunions publiques sont organisées dans les communes concernées par le contournement de Thionville, du 22 novembre 2022 au 2 février 2023.
Photo: LW/Archives
Grande Région 7 min. 22.11.2022
Mobilité frontalière

Et c'est reparti pour une concertation autour de l'A31bis

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Rencontres de proximité, réunions publiques, visites et ateliers vont rythmer une nouvelle période de concertation sur le secteur nord du projet A31bis. Comme les précédentes, cette dernière s'annonce animée.

Onze semaines. Du 21 novembre au 3 février, les Mosellans auront onze semaines pour poser leurs questions et donner leur avis sur le secteur nord du projet A31bis. Si cet aménagement autoroutier a déjà cristallisé de nombreuses oppositions au fil des discussions, ces nouveaux échanges ne visent pas à le remettre en question.


«Cette autoroute A31bis, ça va être un désastre»
Alors qu'une nouvelle période de concertation publique doit débuter en septembre, une association nouvellement créée à Florange se mobilise pour l'abandon pur et simple du tronçon nord de l'A31bis, quel que soit son tracé.

En effet, l'État français est clair dans sa communication: l'A31bis sera construite, et cette période de concertation vise uniquement à l'«éclairer sur le choix de la variante de tracé pour le contournement de Thionville». Grâce à six réunions publiques, un atelier, une visite sur le terrain, ou encore trois rencontres de proximité, la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) entend bien partager l'avancement des études sur le projet et recueillir l'avis des citoyens.

Courant de Richemont à la frontière franco-luxembourgeoise, le secteur nord de l'A31bis est concerné par deux aménagements spécifiques. Le premier, entre le nord de Thionville et le Luxembourg, consiste en l'élargissement de l'actuelle A31 en 2x3 voies de circulation. Cette dernière aura, en complément, une voie réservée aux transports en commun grâce au renforcement et à l'élargissement de la bande d'arrêt d'urgence.

Un péage pour financer le projet

L'élargissement de l'A31 étant impossible au niveau de la traversée de Thionville et de Terville, un second aménagement est prévu: la réalisation d'une nouvelle portion d'autoroute en 2x2 voies. Permettant le contournement de l'agglomération de Thionville, cette section fait l'objet de davantage de réflexions, puisque quatre variantes sont encore à l'étude: les tracés F10, F4 en tunnel profond, F5 en tunnel de surface ou F5 en tunnel profond.

Trois tracés, soit quatre variantes, sont encore dans la course pour le contournement de Thionville.
Trois tracés, soit quatre variantes, sont encore dans la course pour le contournement de Thionville.
Schéma: Préfecture de Moselle

Une fois les échanges terminés, la préfecture de Moselle fera la proposition de l'option retenue au gouvernement français. Le tracé définitif du projet doit donc être choisi une bonne fois pour toutes, avant, d'à nouveau, faire l'objet d'un débat public l'année prochaine. Côté agenda des travaux, il ne faut pas compter sur une mise en service de l'autoroute avant 2030, l'État devant ensuite nommer un concessionnaire qui lancera un appel d'offres avant le lancement du chantier, d'une durée de trois à cinq ans.


16.05.11 Lastwagenunfall ,Hettange-Grande,A31.Foto:Gerry Huberty
«Les tracés de l'A31bis, c'est la peste ou le choléra»
Mobilisés depuis de longs mois contre le projet d'A31bis, un groupe de riverains florangeois est loin d'être prêt à déposer les armes. D'autant plus qu'une menace d'expropriation due au projet plane sur certaines de leurs têtes.

Mais si la date de livraison de cette nouvelle bretelle n'est pas encore connue, le moyen de financement, lui, l'est. Et ce sont les usagers qui devront mettre la main à la poche. En effet, une mise en concession de «l'ensemble du secteur nord» est prévue, «afin d'accélérer la mise en oeuvre du projet». Concrètement, l'A31 deviendra payante du sud de Thionville à la frontière, grâce à un péage sans barrière. Des montants de deux à quatre euros par passage ont pour l'heure été estimés. En d'autres termes, l'aménagement autoroutier ne fera l'objet d'aucun financement de l'État français.

La mise en concession fera l'objet d'une réunion publique thématique dédiée, le lundi 12 décembre prochain, à 19h, à l'espace socio-culturel de Kanfen. Mais d'ici-là, d'autres rendez-vous sont au programme, dont la réunion publique d'ouverture, qui se tiendra ce mardi 22 novembre à 19h, à l'espace multifonctionnel de Veymerange, à Thionville. À noter que cette concertation sur l'A31bis est la troisième à se tenir dans la région, après celle de 2015, qui avait débouché sur la nécessité de construire cette infrastructure, et celle de 2018-2019, qui portait sur les différents tracés du contournement.

Mobiliser les habitants

Au-delà des rendez-vous physiques, les citoyens auront également la possibilité de s'exprimer sur le site dédié au projet, mais également par voie postale. Un flyer synthétisant les informations principales et les dates de rendez-vous de la concertation a été édité à 70.000 exemplaires et distribué dans les boîtes aux lettres des habitants des communes concernées.

Et s'il y a des citoyens qui ont scrupuleusement inscrit ces rendez-vous à leur agenda, ce sont bien évidemment les opposants au projet, parmi lesquels on compte la très active association Intercollectif Non à l'Autoroute A31bis Tronçon Nord, abrégée INATN. «Par rapport à cette concertation, nous avons toujours le même positionnement: le contournement n'a aucune utilité car il va rendre l'autoroute payante et va décaler les bouchons beaucoup plus loin, au niveau de la frontière luxembourgeoise», martèle Sophie Delvo, membre de l'association.


François Bausch peu favorable à un péage sur l'A31
Le ministre de la Mobilité ne voit pas dans cette mesure, la solution aux bouchons incessants sur l'autoroute empruntée par les frontaliers. Il discute donc avec les autorités françaises pour un élargissement de l'A31 avec une voie dédiée au covoiturage comme pour la future A3.

Si la Dreal a prévu d'aller à la rencontre des citoyens lors des marchés de Terville le 25 novembre, de Thionville le 26 novembre, ou encore au Leclerc de Fameck le 2 décembre, l'association compte également se mobiliser sur le terrain. «On va se poster aux marchés de Florange, Sérémange ou encore Terville afin d'aller à la rencontre des habitants et des usagers pour les informer et les mobiliser pour les réunions publiques.»

Les opposants à cette route sont donc bien loin d'être découragés par la communication de l'État français. «Un projet n'est validé qu'à la signature du ministre. Tant qu'il n'y a pas de signature, les choses peuvent s'arrêter à tout moment. C'est ce qu'il s'est passé pour l'A45, près de Lyon. Là, on va montrer que la mobilisation est forte, et que les gens ne veulent pas de cette bretelle d'autoroute», poursuit Sophie Delvo, qui espère bien faire pencher la balance en faveur des anti-A31bis.

Il s'agit d'un investissement dans une route inutile, qui attaquera le pouvoir d’achat des usagers, qui ne vont pas forcément être plus rapidement au Luxembourg.

Sophie Delvo

À l'image des autorités, l'INATN va par ailleurs proposer ses propres réunions publiques afin de présenter le projet du point de vue des usagers, mais également de discuter de sa dimension environnementale. Portée par Alternatives 31, un collectif d'associations locales et nationales mobilisées contre l'A31bis, la première réunion aura lieu mardi 29 novembre à Sérémange.

Durant ces rendez-vous, l'association entend bien marteler son avis sur le projet. «Il s'agit d'un investissement dans une route inutile, qui attaquera le pouvoir d'achat des usagers, qui ne vont pas forcément être plus rapidement au Luxembourg», résume la membre de l'INATN. Plutôt que la réalisation de ce projet autoroutier, les opposants préconisent un investissement massif dans le ferroviaire, et les autres moyens de transport en commun.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A l'occasion de la rentrée politique, Michel Paquet, président de la communauté de communes de Cattenom et environs, liste les projets de son territoire. Evidemment, les sujets liés au Luxembourg voisin sont nombreux. Tout comme les appels du pied.
Afin de déterminer la nature du trafic sur l'axe reliant la Lorraine au Grand-Duché, un contrôle de près de 1.500 usagers a eu lieu en début de semaine. Des données utiles surtout pour le dossier de la future A31bis.
16.05.11 Lastwagenunfall ,Hettange-Grande,A31.Foto:Gerry Huberty
Après cinq mois de concertations publiques, le ministère de la Transition écologique et solidaire français a fait part de ses conclusions concernant l'A31bis. Si le dossier avance doucement, il faudra tout de même se montrer encore un peu patients.
A31 Metz Thionville Luxembourg, Peage, Foto Lex Kleren
Voilà un débat qui promettait d'être animé; et qui n'a pas déçu. Ce mardi 13 novembre au soir, une première réunion publique concernant le projet de l'A31 bis, qui doit traverser du nord au sud l'axe mosellan entre Nancy et Luxembourg, avait lieu dans le centre des Congrès de Metz. Nous y étions.
Le rapport Duron a été remis ce jeudi à la ministre des Transports française, Élisabeth Borne. Y figurent un projet de péage «free flow» - c'est-à-dire sans barrière - pour l'A31 déjà existante et quelques détails sur le projet d'A31bis qui devrait voir le jour.
Contrairement à la plupart des autoroutes françaises, le trafic le long de l’A31 ne cesse d’augmenter, en raison principalement de l’effet d’attraction des grands pôles urbains du secteur.