Changer d'édition

Esch et Thionville veulent «travailler fusionnellement»
Grande Région 3 min. 29.11.2022
Coopération transfrontalière

Esch et Thionville veulent «travailler fusionnellement»

La convention de coopération et de partenariat entre les villes d'Esch-sur-Alzette et Thionville a été signée mardi matin.
Coopération transfrontalière

Esch et Thionville veulent «travailler fusionnellement»

La convention de coopération et de partenariat entre les villes d'Esch-sur-Alzette et Thionville a été signée mardi matin.
Photo: Virgule/Pascal Mittelberger
Grande Région 3 min. 29.11.2022
Coopération transfrontalière

Esch et Thionville veulent «travailler fusionnellement»

Pascal MITTELBERGER
Pascal MITTELBERGER
Les villes d'Esch-sur-Alzette et de Thionville ont signé, mardi matin, une convention de coopération et de partenariat. L'objectif est de relancer une collaboration tombée aux oubliettes, à travers des projets concrets.

Ce sont deux villes de taille similaire, situées au coeur d'un même territoire marqué au fer rouge par une histoire commune, industrielle, sidérurgique. Deux villes qui connaissent, aujourd'hui, des dynamiques semblables avec, notamment, une démographie en hausse.


Virgule , Audun le Tiche , Deitsch Oth , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
«Luxembourgeoise, je ne peux pas vivre dans mon pays»
Laure, Amélie et Mary ont toutes les trois la particularité d'avoir résidé de longues années au Grand-Duché avant de devoir le quitter. Et ce pour des raisons essentiellement économiques. Reportage au cœur du Nord lorrain.

Quoi de plus logique, donc, de voir les deux «métropoles du fer», Esch-sur-Alzette côté luxembourgeois, Thionville côté lorrain, signer une convention de coopération et de partenariat. Le bourgmestre eschois Georges Mischo et le maire thionvillois Pierre Cuny l'ont fait mardi matin, en présence d'autres élus des deux communes, mais encore du consul du Luxembourg pour le Grand Est, Yves Wendling. 

On s'entend bien, on a les mêmes idées, les mêmes perspectives pour le territoire.

Georges Mischo, bourgmestre d'Esch-sur-Alzette

A vrai dire, la petite cérémonie symbolique, à l'hôtel de ville d'Esch-sur-Alzette, permet de ressusciter et relancer une collaboration un peu tombée aux oubliettes. Une précédente convention avait été signée en 2009 mais n'avait abouti qu'à un seul projet commun, dans le domaine théâtral. 


«Notre avenir, c'est le Luxembourg»
A l'occasion de la rentrée politique, Michel Paquet, président de la communauté de communes de Cattenom et environs, liste les projets de son territoire. Evidemment, les sujets liés au Luxembourg voisin sont nombreux. Tout comme les appels du pied.

Cette fois-ci, Georges Mischo comme Pierre Cuny ont promis de mettre tous les ingrédients nécessaires pour faire vivre, sur le terrain, cette coopération transfrontalière. «Il y a quelques mois, nous avons déjà relancé le groupement Tonicités, qui réunit Arlon, Longwy, Metz, Thionville, Luxembourg, Esch-sur-Alzette, rappelle le bourgmestre eschois. De là est née l'idée de travailler ensemble, de manière plus rapprochée, avec Pierre Cuny et la ville de Thionville. On s'entend bien, on a les mêmes idées, les mêmes perspectives pour le territoire.»

550.000 habitants et des problématiques communes

Au-delà de cette entente sincère entre les deux hommes, Georges Mischo et Pierre Cuny ont un autre avantage: le premier préside le syndicat intercommunal Pro-Sud (onze communes), le second la communauté d'agglomération Portes de France (treize communes) et même le Pôle métropolitain frontalier (huit intercommunalités du nord-lorrain).


L'avenir du Luxembourg passera par la Grande Région
Épicentre économique d'un territoire qui regroupe 12 millions de personnes, le Luxembourg devrait conserver encore un temps son rôle d'aimant. A condition toutefois de mieux tirer profit des «interdépendances existantes» et de «créer de nouvelles synergies» avec ses voisins.

Davantage qu'un partenariat entre deux villes, il y a surtout «l'envie de faire avancer de manière forte et durable ce territoire de 550.000 habitants», dixit le maire de Thionville, qui veut donc «travailler fusionnellement» sur des sujets tels que la mobilité - Esch comme Thionville ont développé un projet de bus à haut niveau de service -, la santé, la petite enfance, l'apprentissage, le sport, la culture ou encore les échanges scolaires.

Nous voulons faire de notre territoire une modélisation de ce qui doit être fait en Europe.

Pierre Cuny, maire de Thionville

Des paroles et des idées qu'il faudra convertir en actes et projets concrets, afin de «transformer notre marché du travail transfrontalier en un bassin de vie commun», résume Georges Mischo. 

D'ailleurs, pour Pierre Cuny, les habitants ont un temps d'avance sur les élus sur cette question. «Ici, on ne parle plus de frontière mais d'Europe. Les habitants se sont totalement affranchis de la frontière depuis très longtemps. Alors que pour nous, jusqu'à il y a une dizaine d'années, il y avait une fracture totale entre nos deux territoires.»

Aujourd'hui, il s'agit clairement de ne faire qu'un et de montrer l'exemple. «Nous voulons faire de notre territoire une modélisation de ce qui doit être fait en Europe», conclut Pierre Cuny. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Rencontres de proximité, réunions publiques, visites et ateliers vont rythmer une nouvelle période de concertation sur le secteur nord du projet A31bis. Comme les précédentes, cette dernière s'annonce animée.
Trois chantiers se déroulant simultanément risquent de rendre la vie dure aux frontaliers et usagers de l'A31.
Engagé en 2017 dans le cadre d'un projet transfrontalier et européen, l'aménagement d'un réseau de pistes cyclables en site propre à la frontière entre Luxembourg, France et Belgique touche à sa fin. Six gares sont ainsi reliées.
Sur le terrain, la coopération transfrontalière des secours est une réalité depuis des décennies. Elle s'est néanmoins formalisée au cours des années et des accords bilatéraux, permettant par exemple aux pompiers du Luxembourg d'intervenir en France.