Changer d'édition

«Donner un avenir durable à Hambach»
Grande Région 2 min. 30.07.2020

«Donner un avenir durable à Hambach»

Paris a demandé une contre-expertise sur le projet de vente par Daimler de son usine de Hambach qui produit la Smart.

«Donner un avenir durable à Hambach»

Paris a demandé une contre-expertise sur le projet de vente par Daimler de son usine de Hambach qui produit la Smart.
Photo: AFP
Grande Région 2 min. 30.07.2020

«Donner un avenir durable à Hambach»

La ministre française déléguée à l'Industrie est attendue jeudi après-midi en Moselle, dans l'hexagone. Elle doit y rencontrer les organisations syndicales, et en apprendre plus sur les projets d'Ineos, seul repreneur à l'heure actuelle.

(ASdN) - Les syndicats de Smart attendent Agnès Pannier-Runacher de pied ferme. La ministre déléguée en charge de l'Industrie se rendra jeudi après-midi sur le site d'Hambach, quelques jours après que Paris a demandé une contre-expertise sur le projet de vente de l'usine mosellane par Daimler. Si elle entend rassurer les organisations syndicales, inquiètes pour l'avenir des 1.600 salariés de l'usine et ses sous-traitants, la ministre compte bien aussi prendre le pouls du projet du potentiel repreneur britannique Ineos

Agnès Pannier-Runacher, ministre française déléguée en charge de l'Industrie
Agnès Pannier-Runacher, ministre française déléguée en charge de l'Industrie
Photo: Gézelin Grée

S'il est le seul annoncé, la ministre déléguée en charge de l'Industrie ne semble pas réfractaire au repreneur. Selon elle, Ineos pourrait être en mesure de relever le challenge. Un défi qui consiste à être «crédible, industriel, capable d'investir et de s'inscrire sur le long terme», explique-t-elle à nos confrères de France Bleu mardi dans une interview. 

Pour autant, la ministre française laisse la porte ouverte à d'autres repreneurs. «Ce qui m'importe c'est de m'assurer de ce que nous mettons dans le site», précise-t-elle, avant d'ajouter que l'objectif est avant tout de permettre «de donner un travail à l'ensemble des salariés du site.»

Pour autant, pas de précipitation. Si elle dit comprendre l'angoisse des salariés et de leur famille, la ministre entend agir «de manière professionnelle et non émotionnelle». Un cabinet privé a ainsi été mandaté afin de pouvoir «donner des informations de qualité» aux élus, aux organisations représentatives des salariés et à la sous-traitance.


VP 3481962, FRANKREICH, HAMBACH, 06.12.2012, 
Produktion Smart Fortwo Electric Drive
[JEGLICHE VERWENDUNG nur gegen HONORAR und BELEG. URHEBER/AGENTURVERMERK wird gemaess Paragraph 13 UrhG und unserer AGB ausdruecklich verlangt. Es gelten ausschliesslich unsere AGB. Tel: +49-(0)228-935650, www.vario-images.com]
De la Smart au 4x4, en Moselle
A Hambach, le site de production de la mini-voiture signée Daimler est en vente depuis le 4 juillet. Mais déjà un constructeur a fait savoir son intérêt pour un éventuel rachat. Ineos serait prêt à y établir les ateliers pour son futur modèle "Grenadier"

Quant aux projets du potentiel repreneur, Agnès Pannier-Runacher n'y voit pas d'inconvénients... mais quelques conditions. Car si Ineos envisage de produire un véhicule SUV thermique, pour la ministre, il faut que «ce véhicule ait un successeur, des petits frères qui soient, soit à hydrogène, soit électriques». 

Pour ce faire, le groupe britannique peut toutefois compter sur le gouvernement français. «Nous sommes prêts à les accompagner en ce sens, mais il faut qu'ils partagent avec nous leur stratégie produit», souligne la ministre. Car pour elle, «donner un avenir durable à Hambach, c'est donner un avenir sur des produits à l'empreinte carbone beaucoup plus réduite que celle qui est envisagée dans le projet Ineos».

 Ecoutez l'interview dans son intégralité :  


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La reprise de l'usine Smart de Hambach sur les rails
Le groupe britannique Ineos, spécialisé dans la chimie, envisage de reprendre le centre de production du groupe allemand Daimler. Il voudrait y assembler son Grenadier, l'imposant 4x4 thermique conçu par sa branche automobile.
Employees work on the assembly line of the Smart ForTwo car at the Smart factory of Hambach, eastern France, on December 11, 2012. The third-generation Smart electric drive is scheduled to be launched in the U.S. and Europe by the second quarter of 2013 and Smart plans to mass produce the electric car with availability in 30 markets worldwide. 
AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN
La responsabilité de Daimler pour Smart pointée du doigt
Le constructeur allemand Daimler, qui se sépare de son usine Smart à Hambach, a une «responsabilité envers l'ensemble des personnes qui travaillent sur le site», considère la ministre déléguée à l'Industrie en visite sur place jeudi.
French Junior Industry Minister Agnes Pannier-Runacher speaks to journalists at the Smart factory in Hambach, eastern France, on July 30, 2020, after a meeting with unions concerning German car maker Daimler's intention to sell the site which employs up to 1,500 workers. - Pannier-Runacher said that "additional contracts" could be requested from German group Daimler which wants to sell its Smart production site in Hambach to ensure that all employees have work. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
De la Smart au 4x4, en Moselle
A Hambach, le site de production de la mini-voiture signée Daimler est en vente depuis le 4 juillet. Mais déjà un constructeur a fait savoir son intérêt pour un éventuel rachat. Ineos serait prêt à y établir les ateliers pour son futur modèle "Grenadier"
VP 3481962, FRANKREICH, HAMBACH, 06.12.2012, 
Produktion Smart Fortwo Electric Drive
[JEGLICHE VERWENDUNG nur gegen HONORAR und BELEG. URHEBER/AGENTURVERMERK wird gemaess Paragraph 13 UrhG und unserer AGB ausdruecklich verlangt. Es gelten ausschliesslich unsere AGB. Tel: +49-(0)228-935650, www.vario-images.com]